Les accords de libre échange sont méconnus des petits et moyens exportateurs

Publié le 19/07/2019 à 06:55

Les accords de libre échange sont méconnus des petits et moyens exportateurs

Publié le 19/07/2019 à 06:55

Par La Presse Canadienne

Le premier ministre Justin Trudeau a exhorté les partenaires européens cette semaine à finaliser l'accord commercial entre le Canada et l'Union européenne, mais un autre défi attend le premier ministre: amener les entreprises canadiennes à utiliser les dispositions de cet accord.

Un récent sondage gouvernemental laisse croire que la grande majorité des petits et moyens exportateurs, qui sont en mesure de tirer parti de l'Accord économique et commercial global, pourrait très bien se dire: L'AECG, quoi?

L'enquête a révélé que seulement 7 pour cent des entreprises sondées connaissaient les détails de l'accord Canada-UE, alors que moins des trois quarts en avaient même entendu parler. Seulement 9 pour cent des entreprises sondées ont déclaré avoir bénéficié de l'AECG et 17 pour cent disaient prévoir le faire à l'avenir.

L'enquête, commandée par le ministère des Affaires étrangères, a posé des questions en ligne à 507 entreprises exportatrices en mars et avril, et comportait également 40 entretiens téléphoniques «approfondis». Le rapport a été remis en juin et l'enquête a coûté plus de 132 000 $.

Les chercheurs ont posé des questions sur environ une douzaine de traités de libre-échange conclus par le Canada et ont découvert que l'AECG n'était pas le seul à nécessiter un coup de pouce promotionnel.

«Au sein des entreprises canadiennes (petites et moyennes), les accords de libre-échange conclus par le Canada étaient relativement peu connus», affirme une analyse qui accompagne les résultats.

«Peu de sociétés ont recours à ces accords de libre-échange, à l'exception de (l'Accord de libre-échange nord-américain).»

L'objectif de l'enquête était de déterminer combien de petites entreprises étaient au courant des plus récents accords de libre-échange conclus par le Canada, dans quelle mesure elles en tiraient parti et quels étaient les obstacles empêchant les entreprises d'accéder à ces marchés étrangers.

L'incertitude entourant les relations commerciales critiques entre le Canada et les États-Unis s'est accrue depuis l'élection du président Donald Trump, ce qui rend la diversification des marchés plus pressante.

En plus de l'AECG, les répondants ont été interrogés sur l'accord conclu par le Canada avec les économies des pays riverains du Pacifique. Ce pacte porte le nom de Partenariat transpacifique global et progressif (PTPGP) et comprend le Japon, la Nouvelle-Zélande et l'Australie.

Comme ce fut le cas pour l'AECG, seulement 7 pour cent des entreprises sondées connaissaient les détails du PTPGP et un peu plus de 70 pour cent en avaient entendu parler. Environ 30 pour cent des répondants ont déclaré qu'ils étaient à tout le moins assez susceptibles de commencer à négocier avec des partenaires du PTPGP.

Les questions ont également abordé d'autres accords de libre-échange. La majorité des entreprises ont déclaré n'avoir jamais entendu parler des accords bilatéraux conclus par le Canada avec l'Ukraine, Israël, le Chili, la Corée du Sud, la Jordanie, le Panama, la Colombie, le Costa Rica, le Pérou et le Honduras.

L'enquête a révélé que la valeur élevée du dollar canadien était perçue comme le principal défi par 69 pour cent des sociétés dans l'exploration de marchés éloignés.

Les résultats ont mis en évidence d'autres problèmes, notamment la réglementation incertaine dans d'autres pays, le manque de contacts, les tarifs, les obstacles linguistiques et culturels et les taxes et permis d'exportation canadiens.

M. Trudeau a évoqué les avantages de l'accord Canada-UE cette semaine à Montréal, où il a rencontré le président du Conseil européen, Donald Tusk, et Cecilia Malmstrom, la commissaire européenne au commerce.

Le Canada a ratifié l'AECG, mais jusqu'à présent, seuls 13 des 28 pays membres de l'UE ont fait de même. Plus de 90 pour cent de l'accord est entré en vigueur en septembre 2017 à titre provisoire, mais toutes les ratifications individuelles sont nécessaires à sa mise en ?uvre intégrale.

À suivre dans cette section


image

Expérience citoyen

Mercredi 26 août


image

Gestion de l'innovation 2020

Mercredi 09 septembre


image

Expérience client

Mercredi 16 septembre


image

Gestion agile

Mercredi 07 octobre

Sur le même sujet

La confiance des exportateurs canadiens atteint un creux historique

La moitié des répondants précisent que la pandémie a eu des effets très négatifs sur leurs ventes.

Toutes les mines du Québec en pause dans les prochains jours

25/03/2020 | François Normand

Des employés devront toutefois assurer la sécurité et la maintenance des sites miniers aux quatre coins du Québec.

À la une

Un projet de loi américain pourrait favoriser les MCS au Québec

05/08/2020 | François Normand

Le National Defense Authorization Act inclut une provision pour accroître l’autonomie des États-Unis pour ces minéraux.

Bourse: Wall Street ignore le ralentissement de l'emploi

Mis à jour le 05/08/2020 | LesAffaires.com et AFP

REVUE DES MARCHÉS. La montée de cas de COVID-19 a freiné la création d'emplois du secteur privé américain en juin.

Titres en action: Great-West Lifeco, Bausch Health, Teva...

Mis à jour le 05/08/2020 | AFP

Voici une sélection d'annonces qui ont fait (ou vont faire) bouger les cours de ces entreprises.