Les 25 ans du Krach de 1987 : était-ce mieux dans le temps ?

Publié le 19/10/2012 à 16:58, mis à jour le 19/10/2012 à 17:27

Les 25 ans du Krach de 1987 : était-ce mieux dans le temps ?

Publié le 19/10/2012 à 16:58, mis à jour le 19/10/2012 à 17:27

Par Stéphane Rolland

Photo:Bloomberg

C’était la pire baisse d’une journée pour les marchés américains. Le « Lundi noir » du 19 octobre 1987, le Dow Jones a effacé 22,6% de sa valeur en quelques heures. Malgré la gravité de la situation, il semblerait que la vie des investisseurs était meilleure «dans le bon vieux temps».

À cette époque, la baisse subite évoquait la Grande Dépression des années 1930. Le S&P/TSX à Toronto est dans un moins piteux état, mais perd tout de même 11%. La catastrophe est cependant évitée et les indices vont reprendre leur ascension jusqu’à la crise des sociétés technologiques au tournant des années 2000.

« Je m’en souviens bien, raconte Stephen Jarislowsky, président et fondateur de Jarislowsky Fraser. La Bourse montait de mois en mois, mais a terminé avec une variation nulle. Il n’y avait aucune raison pour expliquer cette panique. C’était émotionnel, ça ne reflétait pas la vraie valeur des marchés. »

Sylvain Ratelle, vice-président et stratège de Valeurs mobilières Banque Laurentienne, a commencé sa carrière à peine quelque mois avant la crise, en mai 1987. « J’ai eu de la chance parce que je n’avais pas encore un grand actif sous gestion, se souvient M. Ratelle. J’ai pu vivre ce moment en direct, sans en être trop affecté. »

C’est une question technique davantage qu’une question économique qui a provoqué la débâcle, rappelle M. Ratelle. « Il y avait eu une mauvaise nouvelle le vendredi précédent, explique-t-il. Cela justifiait une baisse de 1% à 3%, mais pas une baisse de 22%. Les systèmes informatiques ont provoqué un mouvement de ventes à la chaîne.»

Nostalgie des bons vieux malheurs?

À la une

Profils atypiques: les zèbres, qui sont-ils vraiment?

BLOGUE INVITÉ. La notion de «zèbre» a été proposée pour la première fois par la psychologue Jeanne Siaud Facchin.

Ottawa conclut un plan d'aide à Air Canada de 5,9G$

Le transporteur aérien devra rembourser les vols annulés en raison de la pandémie de COVID-19.

À surveiller: Air Canada, Goodfood et Banque BMO

Il y a 41 minutes | Dominique Beauchamp

Que faire avec les titres d’Air Canada, Goodfood et Banque BMO? Voici quelques recommandations d'analystes.