Le plan de la Laurentienne au repos forcé en raison de la pandémie

Publié le 07/04/2020 à 13:28

Le plan de la Laurentienne au repos forcé en raison de la pandémie

Publié le 07/04/2020 à 13:28

Par La Presse Canadienne
Une succursale de la Banque Laurentienne

Elle n’a pas fourni plus de détails sur les aspects du plan de transformation qui seront affectés. (Photo: Paul Chiasson/ La Presse canadienne)

Le plan de transformation de la Banque Laurentienne, dont certains effets se font toujours attendre, risque de prendre plus de temps à se concrétiser en raison de la pandémie de la COVID-19.

Dans sa présentation aux actionnaires dans le cadre de l’assemblée annuelle, mardi, le président et chef de la direction, François Desjardins, a évoqué un retard qui pourrait atteindre un an.

« (L’année) 2020 devrait être l’année au cours de laquelle nous allions terminer des initiatives majeures et nous concentrer sur la croissance, une année où le gros du travail prendrait fin, a-t-il fait valoir. Il est désormais raisonnable de s’attendre à ce que les initiatives de transformation soient ralenties ou retardées d’au moins 6 à 12 mois. »

Dans le cadre de son plan de transformation, la Laurentienne a mis fin aux services aux comptoirs pour convertir son réseau de succursales vers les services-conseils.

À l’instar d’autres entreprises, l’institution financière avait opté pour un format virtuel pour son assemblée annuelle afin de respecter les règles interdisant les rassemblements.

L’événement, qui s’est principalement déroulé en anglais, a toutefois été de courte durée. M. Desjardins et le président du conseil d’administration, Michael Mueller, n’ont pas effectué de présentation aux actionnaires. Leurs discours ont tout simplement été publiés sur le site de la banque établie à Montréal.

Une seule question a été posée au président de la banque, par le Mouvement d’éducation et de défense des actionnaires (MÉDAC).

La Laurentienne a également décliné la demande d’entrevue avec M. Desjardins formulée par La Presse canadienne et n’a pas fourni plus de détails sur les aspects du plan de transformation qui seront affectés.

« Une mise à jour sera faite lors de la divulgation de nos résultats du deuxième trimestre (le 29 mai) », a répondu une porte-parole, Hélène Soulard, dans un courriel.

En décembre dernier, la Laurentienne avait déjà annoncé qu’elle reportait d’un an, soit à 2022, l’atteinte de certaines cibles de son plan de transformation, en justifiant ce retard par des négociations syndicales qui avaient été « difficiles et coûteuses ».

La seule banque syndiquée au pays avait alors décidé de se donner plus de temps pour afficher une croissance annuelle de son résultat ajusté par action oscillant entre 5 % et 10 %. Les cibles concernant le rendement des capitaux propres attribuables aux actionnaires ordinaires ajusté, le ratio d’efficacité ajusté et le levier d’exploitation ajusté ont également été reportées.

Mardi après-midi, l’action de la Laurentienne prenait 5,1 %, ou 1,51 $, pour se négocier à 30,90 $, dans le cadre d’une séance où l’indice composé S&P/TSX du parquet torontois grimpait de 2 %.

Sur le même sujet

Banques: doit-on se préparer au pire?

Les résultats du deuxième trimestre offriront le premier aperçu des dommages de la pandémie sur les prêts des banques.

À surveiller: les titres qui ont retenu votre attention

07/03/2020 | lesaffaires.com

(Re)voici quelques recommandations qui pourraient influencer les cours prochainement.

À la une

Crise des finances publiques? Quelle crise?

30/05/2020 | François Normand

ANALYSE - Quand il y a des crises graves, les gouvernements haussent les impôts. C'est la leçon du 20e siècle.

Il y a toujours des raisons de garder espoir

BLOGUE. La Bourse s'offre un deuxième mois fort rentable grâce aux largesses monétaires.Les indicateurs se contredisent.

Santé publique: une gouvernance de broche à foin

29/05/2020 | Jean-Paul Gagné

BLOGUE. On nous a présenté Horacio Arruda comme étant l’autorité de la Santé publique au Québec. Or, il n'en est rien.