Le FMI abaisse sa prévision de croissance pour le Canada, mais demeure optimiste

Publié le 16/04/2013 à 10:55, mis à jour le 16/04/2013 à 11:09

Le FMI abaisse sa prévision de croissance pour le Canada, mais demeure optimiste

Publié le 16/04/2013 à 10:55, mis à jour le 16/04/2013 à 11:09

Par Olivier Schmouker

Le Canada va bénéficier de la reprise américaine. Photo: Bloomberg

La croissance économique du Canada devrait être de 1,5% en 2013, selon les projections du Fonds monétaire international (FMI) dévoilées ce matin. Cette progression - corrigée du +1,8% prévu en janvier dernier - serait ainsi inférieure à celle des États-Unis (+1,9%), mais nettement supérieure à celle de la zone euro, qui devrait demeurer en récession (-0,3%).

Comment expliquer cette relativement bonne santé économique du Canada? D'après les experts du FMI, elle découlera surtout de l’investissement des entreprises et des exportations nettes, qui bénéficieront de la reprise aux États-Unis. Et ce, même si «le fort endettement des ménages et la modération persistante du secteur du logement freineront la demande intérieure».

«Le principal défi que doit relever l'État canadien est de soutenir la croissance à court terme, tout en réduisant les vulnérabilités qui sont susceptibles de découler de chocs extérieurs et des déséquilibres internes», conseillent-ils. Chocs extérieurs et déséquilibres internes? Ils entendent par-là ce que les économistes dénomment «les facteurs d’incertitude», comme «les résultats budgétaires aux États-Unis», de «nouvelles perturbations en Europe» et «une baisse des cours mondiaux des produits de base».

L'atout du Canada, c'est qu'il est en mesure, tout en assainissant ses finances publiques, de «permettre aux stabilisateurs automatiques de jouer pleinement leur rôle en cas de nouvel affaiblissement de la croissance». Et les experts d'ajouter un conseil : «La politique monétaire est, à juste titre, actuellement accommodante, et il ne faudra pas lui donner un tour plus restrictif tant que la croissance n’aura pas repris de la vigueur».

C'est que la vigilance est de mise: le taux de croissance économique canadien est tombé aux alentours de 0,75% au second semestre de 2012. Et ce, «sous l’effet du rééquilibrage budgétaire, du resserrement du crédit à la consommation, d’une accalmie du marché du logement, de perturbations passagères dans le secteur de l’énergie et d’incertitudes de l’environnement extérieur pesant sur l’activité économique».

Par ailleurs, la progression du produit intérieur brut (PIB) mondial est revue à la baisse par le FMI et devrait atteindre 3,3% cette année, contre 3,5% prévus en janvier et 3,2% l'année dernière. Sans surprise, la zone euro continue de concentrer les inquiétudes de l'institution de Washington, qui doit tenir son assemblée générale cette semaine.

«À court terme, les risques proviennent principalement de l'évolution de la zone euro, notamment de la suite des événements à Chypre et de la situation politique en Italie», estime Olivier Blanchard, économiste en chef du FMI.

À suivre dans cette section


image

Marketing personnalisé

Mercredi 05 février


image

Forum Contrats publics

Mardi 11 février


image

Expérience

Jeudi 20 février


image

DevOps - Québec

Mercredi 26 février


image

Usine 4.0 – Québec

Mercredi 18 mars


image

Expérience citoyen

Mercredi 01 avril


image

Objectif Nord

Mardi 07 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 22 avril


image

CONNEXION

Jeudi 07 mai


image

Gestion agile

Mercredi 27 mai

À la une

Les années électorales américaines sont habituellement bonnes pour la Bourse

BALADO. Depuis 1928, le S&P 500 a généré un rendement moyen annuel de 9,5%, mais ça grimpe à 11,3% en année électorale.

Même 25% moins cher, vous paierez plus pour votre sans-fil

BLOGUE. C’est ça, une promesse de politicien...

Comment diable donner un feedback négatif?

BLOGUE. Voici les conseils pratiques de deux professeurs de l'ESG-UQÀM, Joëlle Carpentier et Jacques Forest.