La Pétrolière Impériale radie des actifs d'un maximum de 1,2 milliard $

Publié le 01/12/2020 à 13:05

La Pétrolière Impériale radie des actifs d'un maximum de 1,2 milliard $

Publié le 01/12/2020 à 13:05

Par La Presse Canadienne

L’Impériale a précisé que les actifs délaissés sont non développés et non productifs. (Photo: 123RF)

L’action de la Pétrolière Impériale avançait mardi, après que la société a annoncé lundi soir qu’elle radierait des actifs canadiens d’un maximum de 1,2 milliard $ parce qu’elle n’a plus l’intention de les exploiter.  

Dans un bref communiqué, l’entreprise de Calgary a expliqué avoir terminé un examen des projets d’exploitation à long terme de son portefeuille d’actifs non classiques en Alberta et annoncé qu’elle n’avait plus l’intention d’exploiter « une part importante » de ceux-ci. 

En conséquence, l’Impériale va inscrire une charge hors trésorerie d’entre 900 millions $ et 1,2 milliard $ à ses résultats du trimestre en cours. 

À la Bourse de Toronto, l’action de l’Impériale prenait 94 cents, soit 4,2 %, à 23,42 $, en matinée, malgré le recul du cours du pétrole brut. En début d’après-midi, le titre avait cédé du terrain, mais gagnait toujours 66 cents, ou 2,9 %, à 23,14 $. 

L’Impériale a précisé que les actifs délaissés sont non développés et non productifs, et a ajouté que sa décision ne touchait pas les actifs de gaz naturel qui sont aussi riches en liquides pétroliers. 

La Pétrolière Impériale a annoncé la semaine dernière la mise à pied d’environ 200 de ses 6000 employés au Canada, dans le cadre d’une initiative de réduction des coûts attribuable à la faiblesse des prix du pétrole. Elle a ajouté qu’elle réduirait d’environ 450 le nombre d’entrepreneurs auxquels elle a recours par rapport au début de l’année. 

« Nous ne nous attendions pas à ce que l’entreprise se consacre beaucoup à ses actifs non conventionnels en 2021 (et au-delà) compte tenu des efforts qu’elle consacre aux sables bitumineux ainsi qu’au rendement de ses actionnaires », a noté l’analyste Dennis Fong, de la Banque CIBC, dans un rapport. 

Il a ajouté qu’il s’attendait à ce que la décision de l’Impériale n’ait pas d’impact sur ses prévisions financières. 

L’Impériale est détenue à 69,6 % par le géant américain ExxonMobil, qui a indiqué en octobre qu’il réduirait son effectif mondial d’environ 15 %, ce qui représente environ 14 000 emplois. 

 

 

Sur le même sujet

Forte hausse des stocks américains de pétrole brut

22/01/2021 | AFP

Les données hebdomadaires ont déjoué les attentes des analystes après cinq semaines de baisse.

L'industrie pétrolière canadienne devrait hausser ses dépenses en 2021

L'Association canadienne des producteurs pétroliers s'attend à un rebond.

À la une

Le Québec doit déjà se préparer à la prochaine pandémie

22/01/2021 | François Normand

ANALYSE - On a recensé l’éclosion de plus de 300 maladies infectieuses dans le monde entre 1940 et 2004, dont l'Ebola.

Bourse: les indices de Wall Street terminent en ordre dispersé

Mis à jour le 22/01/2021 | LesAffaires.com et AFP

REVUE DES MARCHÉS. Le resserrement des mesures sanitaires dans le monde pèse sur les marchés.

Titres en action: Alphabet, Intel, Nuvei

Mis à jour le 22/01/2021 | LesAffaires.com et AFP

Voici une sélection d'annonces qui ont fait (ou vont faire) bouger les cours de ces entreprises.