La frénésie des investisseurs a profité à des titres canadiens

Publié le 03/03/2021 à 17:00

La frénésie des investisseurs a profité à des titres canadiens

Publié le 03/03/2021 à 17:00

Par La Presse Canadienne

(Photo: 123RF)

L’activité boursière canadienne a été plus mouvementée en février, alors que la frénésie des investisseurs alimentée par un mouvement s’appuyant sur les médias sociaux a fait grimper en flèche les actions de certaines sociétés comme BlackBerry. 

Le volume total sur tous les marchés boursiers de TMX — la Bourse de Toronto, la Bourse de croissance TSX, la Bourse Alpha TSX et la Bourse de Montréal — est passé à 26,2 milliards d’actions en février, comparativement à 20,6 milliards d’actions en janvier et 12 milliards d’actions en février 2020. 

La valeur des transactions a augmenté de 10,9 % par rapport à janvier pour s’établir à 251,8 milliards $, le nombre de transactions en février ayant grimpé de 15,6 % par rapport au premier mois de l’année, à près de 35,9 millions. 

Le volume quotidien moyen en février était de 1,38 milliard $, avec près de 1,9 million de transactions évaluées à un total de près de 13,3 milliards $. 

Les volumes totaux pour les deux premiers mois de 2021 ont doublé pour atteindre 46,8 milliards d’actions par rapport à la même période en 2020, tandis que le nombre de transactions a augmenté de 46 % pour se chiffrer à plus de 66,8 millions. La valeur des transactions a totalisé près de 478,8 milliards $, en hausse de 34 % sur un an. 

Le plus grand marché boursier du Canada, la Bourse de Toronto, représentait 79 % du nombre total des transactions en février et 87 % de la valeur totale. 

Il y a eu en moyenne 1,5 million de transactions par jour, évaluées à un total de 11,5 milliards $, comparativement à 1,26 million en janvier, pour une valeur de près de 10 milliards $. 

 

À la une

Québec scellera bientôt le sort de Lithium Amérique du Nord

16/04/2021 | François Normand

ANALYSE - Trois entreprises seraient encore dans la course pour acheter la minière: une québécoise et deux étrangères.

Entrepreneuriat: le «trou noir» afflige le Québec

16/04/2021 | Emmanuel Martinez

La pérennité des nouvelles entreprises est faible dans la province, démontre une étude de l’UQTR.

La devise des entrepreneurs québécois: «Je veux changer le monde»

16/04/2021 | Emmanuel Martinez

Contrairement à ceux de l'étranger, les entrepreneurs québécois veulent «changer le monde», selon une étude de l'UQTR.