La Fed s’inquiète des effets néfastes d’une guerre commerciale

Publié le 05/07/2018 à 16:51

La Fed s’inquiète des effets néfastes d’une guerre commerciale

Publié le 05/07/2018 à 16:51

Par AFP

Les incertitudes en matière commerciale pourraient nuire à l'investissement et à la confiance, estime la Fed dans les minutes de sa dernière réunion de juin publiées jeudi, mais l'économie américaine reste solide.


La banque centrale américaine cite notamment des préoccupations grandissantes parmi les entreprises face aux tensions commerciales et à la hausse de matériaux de base comme l'acier et l'aluminium.


La Fed avait décidé lors de cette réunion les 12 et 13 juin de relever ses taux d'intérêt d'un quart de point pour la deuxième fois de l'année et ses responsables avaient estimé qu'une poursuite de ce relèvement serait «appropriée».


Les marchés avaient alors estimé que le ton de la Fed laissait indiquer que celle-ci serait prête à relever ses taux encore deux fois cette année pour anticiper tout risque d'accélération de l'inflation et non une seule comme ils l'anticipaient jusqu'alors.


«La plupart des participants (à la réunion) ont noté que les incertitudes et les risques associés à la politique en matière commerciale se sont intensifiés et ont exprimé leur préoccupation que cette incertitude et ces risques puissent éventuellement avoir des effets négatifs sur le sentiment des entreprises et les dépenses en investissement», note le compte-rendu de la réunion.


Les entreprises américaines ont notamment indiqué à la Fed qu'elles en ressentaient déjà l'impact avec notamment une hausse des prix mais aussi «la réduction ou le report de projets de dépenses d'investissement en raison des incertitudes entourant la politique commerciale», tout en mettant en garde contre «d'autres effets nocifs sur les investissements à l'avenir». 


«Les conditions dans le secteur agricole se sont quelque peu améliorées mais les contacts (de la Fed) se montrent préoccupés des effets potentiels de tarifs plus élevés sur leurs exportations», souligne le rapport.


Courbe des taux


L'administration Trump s'est engagée dans une guerre commerciale avec ses principaux partenaires commerciaux, notamment la Chine, l'Union européenne et le Canada, en imposant des tarifs de 10% sur l'aluminium et de 25% sur l'acier ce qui a déclenché des mesures de rétorsion de leur part.


De nouveaux tarifs américains doivent entrer en vigueur dans la nuit de jeudi à vendredi sur 34 milliards d'importations chinoises et Pékin imposera en retour des taxes sur un montant équivalent d'importations américaines.


Mais les minutes soulignent également que l'économique américaine continue de croître et que la hausse des prix du pétrole soutiendra l'investissement dans le secteur de l'énergie.


Plusieurs secteurs éprouvent toutefois des difficultés à pourvoir les emplois disponibles ce qui, en retour, les incite à ralentir les projets de développement, à augmenter les salaires et à investir dans l'automatisation des tâches.


Si les augmentations de salaires restent modestes jusqu'à présent, les responsables de la Fed estiment que l'inflation a maintenant atteint la cible de 2%, même s'il est encore trop tôt pour considérer qu'elle se maintiendra à ce niveau.


La Fed note également que les dépenses de consommation, le principal moteur de la croissance américaine, se sont montrées solides au 2e trimestre après s'être révélées modestes au 1er et qu'elles bénéficient notamment des effets de la réforme fiscale entrée en vigueur au début de l'année.


Les minutes révèlent également que les membres de la Fed ont discuté lors de leur réunion de l'interprétation à donner à «l'aplatissement» de la courbe des taux (les taux à long terme se rapprochant des taux à court terme, voire passant en-dessous) qui signifie généralement l'imminence d'une récession.


«Un certain nombre de participants ont estimé qu'il serait important de continuer à surveiller la pente de la courbe des taux, considérant la régularité avec laquelle une inversion de la courbe a été dans le passé un indicateur d'une augmentation des risques de récession aux Etats-Unis», souligne le rapport. 


La prochaine réunion de la Fed est prévue pour les 31 juillet et 1er août. Elle ne doit en principe pas être suivie d'une conférence de presse de son président Jerome Powell.


 


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Impartition TI

Mercredi 09 octobre

Sur le même sujet

Le pronostic économique de la zone euro s'assombrit

07/03/2019 | AFP

La Banque centrale européenne abaisse ses perspectives pour la croissance et l'inflation.

La BCE met un frein à sa tactique anti-crise

13/12/2018 | AFP

En trois ans et demi, l’institut de Francfort aura injecté sur le marché la somme faramineuse de 2 600G d’euros.

À la une

Broadsign International acquiert Ayuda Media System

«C’est une transaction relativement transformatrice pour nous», résume le PDG de Broadsign, l'Américain Burr Smith.

À surveiller: Dollarama, Thomson Reuters et Rogers

Que faire avec les titres de Dollarama, Thomson et Rogers? Voici quelques recommandations d'analystes.

Ottawa aide Chrysler et Honda… mais pas les entreprises québécoises

Il y a 30 minutes | Alain McKenna

BLOGUE. L’aide fédérale à l’achat d’une auto électrique s’arrête là où l’industrie québécoise débute.