Aux États-Unis, la Fed laisse de nouveau ses taux inchangés

Publié le 01/11/2023 à 14:05, mis à jour le 01/11/2023 à 16:26

Aux États-Unis, la Fed laisse de nouveau ses taux inchangés

Publié le 01/11/2023 à 14:05, mis à jour le 01/11/2023 à 16:26

Par AFP

Le président de la Réserve fédérale des États-Unis, Jerome Powell, participe à une rencontre de l'Economic Club de New York sur cette photo prise le 19 octobre 2023. (Photo: AP Photo/Seth Wenig)

La banque centrale américaine (Fed) a laissé ses taux inchangés mercredi, dans la fourchette de 5,25% à 5,50%, pour la deuxième fois d'affilée, soulignant la vigueur de l'économie, mais toujours «très attentive» aux risques d'inflation.

C'est la troisième fois, sur les quatre dernières réunions, que la Fed ne touche pas à ses taux. Elle veut en effet éviter de trop freiner l'activité économique, afin de ne pas provoquer de récession.

Le principal taux directeur reste ainsi à son plus haut niveau depuis plus de 20 ans. Cela rend le crédit plus coûteux pour les ménages et les entreprises, dans l'espoir de faire ralentir la consommation et l'investissement, pour desserrer la pression sur les prix.

L'inflation, combat numéro un de la Réserve fédérale, «reste bien supérieure» à l'objectif de 2,0%, et la ramener durablement dans les clous prendra du temps, a averti son président Jerome Powell, lors d'une conférence de presse mercredi, à l'issue de la réunion.

Elle s'est stabilisée à 3,4% en rythme annualisé en septembre, selon l'indice PCE, privilégié par la Fed.

Jerome Powell n'a pas écarté la possibilité d'une hausse supplémentaire lors de la prochaine réunion, indiquant cependant qu'aucune décision n'était prise à ce stade.

Mais «les pleins effets» des 11 hausses des taux effectuées depuis mars 2022 «doivent encore se faire sentir», ce qui peut être long, a-t-il souligné.

 

Peu convaincant  

D'autant plus que la montée des taux obligataires à long terme, si elle est «persistante, peut avoir des implications sur la politique monétaire» de la Fed, a-t-il averti.

Wall Street a fini en nette hausse mercredi, après ce statu quo sur les taux.

Jerome Powell «a tenté de laisser une option [sur une hausse des taux] mais il n'a pas semblé très convaincant», a souligné Edward Moya, analyste d'Oanda.

«Il est clair que la Fed ne sait pas quand nous ressentirons le plein impact de son cycle de resserrement», a-t-il ajouté.

Le président de la Fed a en revanche assuré que l'institution, à ce stade, ne pense «pas du tout» à abaisser ses taux.

L'économie américaine, en effet, est bien plus vigoureuse qu'attendu, a-t-il encore relevé.

La croissance s'est envolée au troisième trimestre, multipliée par deux, pour atteindre 4,9% en rythme annuel.

En parallèle, le chômage reste bas, à 3,8% en septembre, avec la persistance d'un manque de main-d'œuvre dans divers secteurs clés. Les chiffres d'octobre seront publiés vendredi.

Le marché du travail, qui fait face depuis plus de deux ans à une importante pénurie de main-d'œuvre, a vu récemment un afflux de nouveaux travailleurs, «à la fois du fait de la [hausse de la] participation au marché du travail et de l'immigration», a détaillé Jerome Powell.

Cet apport de main-d'œuvre représente «un gain important», et «aide réellement l'économie. Cela explique en partie pourquoi le produit intérieur brut est si élevé», a-t-il ajouté.

 

Nuages

Mais, bien que l'économie américaine paraisse plus solide que jamais, alors qu'elle était attendue en début d'année en légère récession, les nuages s'accumulent à l'horizon, tant au niveau national que mondial.

La guerre entre Israël et le Hamas, qui a débuté le 7 octobre, pourrait en effet entraîner une hausse des prix du pétrole, surtout si elle venait à s'étendre à d'autres pays de la région.

La Banque mondiale estimait lundi qu'en cas de conflit généralisé au Proche-Orient, le prix du pétrole pourrait ainsi dépasser les 155 dollars américains, un niveau inédit.

Une telle hausse des prix de l'énergie entraînerait aussitôt celui des matières premières vers le haut, avec le risque en fin de compte de faire repartir l'inflation.

Et au niveau national, aux États-Unis, l'élection d'un président à la Chambre des représentants, Mike Johnson, après trois semaines d'atermoiements au sein du parti républicain, permet d'envisager un vote sur le budget fédéral pour 2024.

Mais il y a fort à parier que le bras de fer entre républicains et démocrates repartira de plus belle, alors que le déficit public s'envole. Il ne reste plus que deux semaines pour parvenir à un accord, et éviter une paralysie de l'État fédéral.

Sur le même sujet

É.-U.: la Fed doit «résister à la tentation» de baisser ses taux prématurément, selon une responsable

16/02/2024 | AFP

La Fed, après avoir relevé ses taux pour juguler l'inflation, prévoit désormais les abaisser dans les prochains mois.

Bourse: le casse-tête inflationniste de la Réserve fédérale américaine

16/02/2024 | Denis Lalonde

BALADO. L'inflation a provoqué une éphémère douche froide sur les marchés boursiers. À quand une baisse de taux?

À la une

Bourse: Wall Street termine en baisse, plombée par la technologie

Mis à jour le 20/02/2024 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de Toronto a également terminé dans le rouge.

Bourse: les gagnants et les perdants du 20 février

Mis à jour le 20/02/2024 | LesAffaires.com et La Presse Canadienne

Voici les titres d'entreprises qui ont le plus marqué l'indice S&P/TSX aujourd'hui.

À surveiller: Nvidia, Manuvie et TC Énergie

20/02/2024 | Catherine Charron

Que faire avec les titres de Nvidia, Manuvie et TC Énergie? Voici des recommandations.