La crainte d'un désastre nucléaire au Japon fait plonger les Bourses

Publié le 15/03/2011 à 13:07, mis à jour le 15/03/2011 à 13:24

La crainte d'un désastre nucléaire au Japon fait plonger les Bourses

Publié le 15/03/2011 à 13:07, mis à jour le 15/03/2011 à 13:24

Par La Presse Canadienne

Un homme marche parmi les débris dans la fille de Fukushima, au Japon.Photo: Bloomberg

La Bourse de Toronto plongeait mardi midi, mais s'était éloigné des creux affichés plus tôt dans la journée, pendant que s'intensifiait la crise nucléaire au Japon, qui a déclenché un mouvement de forte baisse sur les Bourses partout dans le monde.

Vers midi, l'indice composé S&P/TSX chutait de 203,38 points à 13 415,81 points, après avoir enregistré en matinée des pertes de jusqu'à 381 points, les investisseurs tentant toujours d'évaluer l'impact économique du séisme et du tsunami qui ont durement frappé le Japon vendredi. 

La Bourse de croissance TSXV retraitait de 116,05 points, soit 5,3 pour cent, à 2077,02 points.

Le dollar canadien connaissait aussi un fort mauvais début de séance, les investisseurs préférant se réfugier dans le dollar américain, davantage considéré comme une valeur refuge.

Le huard se dépréciait de 1,18 cent US à 101,64 cents US, après être descendu jusqu'à 100,26 cents US un peu plus tôt.

Le désinvestissement a débuté pendant la nuit, au Japon, lorsque le premier ministre du pays a annoncé que du matériel radioactif s'était échappé de la centrale nucléaire Fukushima Dai-ichi, de la province de Fukushima, et que d'autres fuites étaient possibles.

Ces déclarations ont plombé le principal marché boursier de Tokyo, qui a chuté de près de 11 pour cent.

Sur Wall Street, la moyenne Dow Jones des valeurs industrielles retraitait de 228,87 points à 11 764,29 points, tandis que l'indice composé du Nasdaq perdait 54,1 points à 2646,87 points et que l'indice élargi S&P 500 abandonnait 25,67 points à 1270,72 points.

Les cours des matières premières affichaient aussi de fortes baisses.

Le cours du pétrole brut cédait 3,08 $ US à 98,11 $ US le baril à la Bourse des matières premières de New York, ce qui faisait retraiter le secteur torontois de l'énergie de 1,57 pour cent.

Le lingot d'or perdait pour sa part environ deux pour cent, soit 21,60 $ US à 1403,30 $ US l'once.

Le secteur torontois des métaux de base rendait trois pour cent, les investisseurs continuant à s'écarter des titres des minières spécialisées en uranium.

En Asie, l'indice Kospi sud-coréen a perdu 2,4 pour cent; l'indice S&P/ASX 200 australien a abandonné 2,1 pour cent; et le Hang Seng, de Hong Kong, a lâché 2,9 pour cent.

L'indice composé de Shanghai, en Chine, a perdu 1,4 pour cent.

Les marchés européens affichaient eux aussi des pertes, l'indice FTSE 100 de la Bourse de Londres cédant 1,44 pour cent, tandis que le DAX de Francfort abandonnait 4,02 pour cent et que le CAC 40 de Paris chutait de 2,98 pour cent.


image

Expérience citoyen

Mercredi 26 août


image

Gestion de l'innovation 2020

Mercredi 09 septembre


image

Expérience client

Mercredi 16 septembre


image

Gestion agile

Mercredi 07 octobre

À la une

Le Québec brille à l'international dans les poudres métalliques

Édition du 17 Juin 2020 | Kévin Deniau

MATÉRIAUX AVANCÉS. En matière de fabrication additive, l'un des points forts du Québec les plus souvent évoqués est...

La COVID-19 a stimulé la demande de fabrication additive

Édition du 17 Juin 2020 | Kévin Deniau

MATÉRIAUX AVANCÉS. C'est l'une des belles histoires positives qui apportent un peu de contraste à cette sombre crise.

Le grand défi de l'adoption de la fabrication additive

Édition du 17 Juin 2020 | Kévin Deniau

MATÉRIAUX AVANCÉS. Avec 35 % des ventes mondiales, les États-Unis représentent le premier marché pour la fabrication...