La Caisse de dépôt s'éloigne des obligations

Publié le 24/02/2017 à 11:02

La Caisse de dépôt s'éloigne des obligations

Publié le 24/02/2017 à 11:02

Par Stéphane Rolland

Michael Sabia. [Photo: Jérôme Lavallée]

En raison du contexte difficile pour le marché obligataire, la Caisse de dépôt et placement du Québec va réduire «significativement» la taille de son portefeuille obligataire, a dit son pdg Michael Sabia dans le cadre de la présentation des résultats de l’année 2016, qui ont surpassé la médiane des caisses de retraite avec un rendement de 7,6%.

Depuis 2014, les portefeuilles de revenus fixes ont «constamment» été à la baisse et «ce n’est pas quelque chose qui va changer», a prévenu M. Sabia. Le rendement du portefeuille de revenu fixe s’est établi à 2,9%, comparativement à 8,4% en 2014. C’est un peu mieux que les 2,4% de l’indice de RBC Services aux investisseurs et de trésorerie. «C’est la raison pour laquelle nous allons restructurer le portefeuille de manière importante afin de diminuer les investissements dans les obligations, mais augmenter ceux dans le crédit», a-t-il précisé en conférence de presse.

  • Les Affaires a suivi en direct la conférence de presse, à revoir ici ou sur notre page Facebook.

À lire aussi: Ivanhoé Cambridge fait pleuvoir des milliards.


La Caisse doit tout de même conserver un portefeuille obligataire pour des raisons actuarielles et d’accès aux liquidités, poursuit le pdg. En augmentant la part du crédit aux entreprises et des investissements dans la dette immobilière, la Caisse serait en mesure d’obtenir de «meilleurs rendements» avec un «risque faible», a-t-il dit.

Outre le contexte des taux d’intérêt incertain, Roland Lescure, le chef des placements, a reconnu que l’environnement boursier avec une volatilité au plus bas, la confiance des investisseurs au sommet et une multiplication des risques géopolitiques était «du jamais vu». Les risques baissiers ne sont pas à écarter.

Sur le même sujet, Michael Sabia a cependant assuré que la Caisse était en mesure de profiter d’une baisse des marchés, contrairement à ce qui était survenu en 2009 quand l’institution était empêtrée dans les papiers commerciaux. «Cette fois-ci, si quelque chose arrive, nous avons la flexibilité de profiter pleinement d’une reprise des marchés, assure le pdg. Oui, il y aura une baisse si cela survient, mais maintenant nous sommes bien positionnés pour faire des investissements pour chercher des actifs.»

M. Sabia a d’ailleurs confié avoir été surpris par la hausse des marchés suite à l’élection de Donald Trump. «Oui, j’étais surpris, répond-il. Je pense maintenant qu’il y a une tendance à mettre l’accent sur les éléments positifs du programme et de ne pas comprendre en profondeur les risques. On se demande si le marché est un peu complaisant. Encore une fois, je ne peux pas donner une réponse simple, il est possible qu’une vague d’investissement va débuter, c’est loin d’être évident.

Résultats

En 2016, la Caisse a généré un rendement supérieur à la moyenne des caisses de retraite canadiennes. L’ensemble de ses portefeuilles a généré un rendement de 7,6%. Le rendement pour la portion gérée pour le compte de la Régie des rentes du Québec (RRQ) est de 11,4% sur cinq ans et de 8,2% en 2016

Elle fait ainsi mieux que les 6,8% obtenus par les fonds de pension canadiens en 2016, selon les données compilées par RBC. Comme la répartition des actifs diffère d’une caisse de retraite à l’autre, la Caisse de dépôt estime plutôt qu’elle devrait être comparée à son propre indice de référence, qui aurait généré un rendement de 5,8%. «Parmi les autres caisses de retraite, la Caisse se situe ainsi dans le premier quartile des rendements sur une période de cinq ans, a commenté Roland Lescure en marge de la conférence de presse. Elle se trouve au deuxième quartile en 2016, mais presque au premier quartile. »

Plus en détail, le portefeuille d’actions a généré un rendement de 9,4%, toujours en 2016. Les actions canadiennes ont progressé de 22,7%. Durant la même période, l’indice RBC et le S&P/TSX ont progressé de 21,9% et 21,2%, respectivement. Cette surperformance s’explique par le biais de la Caisse en faveur des sociétés canadiennes qui ont des activités importantes à l’étranger, a expliqué M. Lescure.

Le Mandat Qualité Mondiale, une stratégie lancée en 2013 afin de concilier rendement à long terme et diminution de la volatilité, a obtenu un rendement de 4%.

Les actifs réels, soit les infrastructures et l’immobilier, progressent, pour leur part, de 10,6%. Les placements privés ont généré un rendement de 14%. La Caisse mise sur ses investissements à l’extérieur de la Bourse pour faire mieux que la Bourse. M. Sabia a admis que la diversification vers ces investissements «n’était pas assez rapide à son goût»

Actifs au Québec

La taille des actifs au Québec a reculé de 1,5% en 2016 pour s’établir à 58,8 G$ par rapport à l’année précédente. En 2014, cet actif s’établit à un seuil de 60 G$ en 2014. Cette baisse s’explique cependant par une diminution des investissements dans le secteur public, comme les obligations gouvernementales. Cela fait partie de la stratégie de désinvestissement obligataire de la Caisse. Les investissements dans le secteur privé, qui inclut les entreprises en Bourse et fermées, sont toutefois en hausse. Ils s’établissent à 36,9 G$. M. Sabia a réitéré son objectif d’accompagner les entreprises québécoises à l’étranger.

À la une

Bourse: Wall Street termine en hausse, avec l’espoir d’une Fed moins radicale

Mis à jour le 15/08/2022 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS.À Toronto, la Bourse reste stable, malgré une baisse du secteur de l'énergie et des métaux de base.

Bourse: les gagnants et les perdants du jour

15/08/2022 | Refinitiv

Voici les gagnants et les perdants du jour.

Turquoise Hill chute à Toronto après son rejet de l'offre de Rio Tinto

Les actions de Turquoise Hill ont baissé de 3,49$ pour atteindre 30,05$ à la clôture à la Bourse de Toronto.