La Banque mondiale alignera ses financements avec l'Accord de Paris

Publié le 02/04/2021 à 14:12

La Banque mondiale alignera ses financements avec l'Accord de Paris

Publié le 02/04/2021 à 14:12

Par AFP

(Photo: Getty Images)

La Banque mondiale a adopté un nouveau plan d’action quinquennal sur le changement climatique pour aligner ses flux de financements sur les objectifs de l’Accord de Paris d’ici 2023, a annoncé l’institution dans un communiqué vendredi.

« Nous avons présenté à notre conseil d’administration les éléments clés du nouveau Plan d’action de la Banque mondiale sur le changement climatique », a affirmé David Malpass, président de l’institution financière.

« Pour réaliser notre double objectif de réduction de la pauvreté et de promotion d’une prospérité partagée, il est essentiel que le Groupe de la Banque mondiale aide les pays à intégrer pleinement climat et développement », a affirmé M. Malpass.

À cette fin, le plan s’engage à « aligner les flux de financements sur les objectifs de l’Accord de Paris ».

L’institution affiche cet objectif alors que les États-Unis, son premier actionnaire, viennent en janvier, avec la présidence de Joe Biden, de rejoindre à nouveau l’Accord de Paris sur le climat.

Il y a quatre ans, Donald Trump avait sorti les États-Unis, deuxième plus gros émetteur de CO2 du monde, de cet accord qui a pour objectif de limiter la montée des températures de la planète à deux degrés Celsius par rapport aux niveaux antérieurs à la révolution industrielle, et de poursuivre les efforts pour limiter cette montée à 1,5 degré.

D’ici 2023, tous les financements de la Banque mondiale seront conformes aux objectifs de l’Accord signé en 2015.

Quelque 85 % des projets financés par la SFI, le bras d’investissement privé de la Banque mondiale, et par la MIGA, son agence de garantie, le seront en 2023, et 100 % le seront en 2025, a précisé la Banque.

Autre volet du plan: la Banque a confirmé accroître dans les cinq ans de 26 % à 35 % la proportion des financements consacrés au climat. « Il s’agit de répondre d’abord aux besoins de décarbonisation des pays », a indiqué à l’AFP Stéphane Hallegatte, principal économiste de la cellule climat à la Banque mondiale.

« L’objectif est de faire du développement désormais compatible avec les questions climatiques. Ce que nous ne voulons pas, c’est utiliser 35 % de nos ressources sur le climat et voir le reste de nos actions complètement déconnectées du sujet », a ajouté l’économiste.

La Banque mondiale privilégiera les projets d’énergie renouvelable, de transports publics, de gestion des forêts, a-t-il précisé.

L’institution de développement, qui ne finance plus de projets de centrales au charbon depuis 2010, va aussi soutenir « une transition équitable hors du charbon ».

« Nous allons considérablement augmenter notre soutien à la transition hors du charbon dans les pays qui demandent de l’aide », précise le communiqué.

La Banque mondiale, qui est « le plus grand fournisseur multilatéral de financement climatique pour les pays en développement », a financé pour 83 milliards de dollars de projets liés au climat depuis cinq ans, dont 21,4 milliards pour l’année 2020 seule.

À la une

Québec scellera bientôt le sort de Lithium Amérique du Nord

16/04/2021 | François Normand

ANALYSE - Trois entreprises seraient encore dans la course pour acheter la minière: une québécoise et deux étrangères.

Entrepreneuriat: le «trou noir» afflige le Québec

16/04/2021 | Emmanuel Martinez

La pérennité des nouvelles entreprises est faible dans la province, démontre une étude de l’UQTR.

La devise des entrepreneurs québécois: «Je veux changer le monde»

16/04/2021 | Emmanuel Martinez

Contrairement à ceux de l'étranger, les entrepreneurs québécois veulent «changer le monde», selon une étude de l'UQTR.