La Banque du Canada a une nouvelle première sous-gouverneure

Publié le 12/07/2021 à 12:01, mis à jour le 12/07/2021 à 12:30

La Banque du Canada a une nouvelle première sous-gouverneure

Publié le 12/07/2021 à 12:01, mis à jour le 12/07/2021 à 12:30

Par La Presse Canadienne

(Photo: 123RF)

La Banque du Canada nomme Carolyn Rogers comme première sous-gouverneure.

Elle entrera en fonction le 15 décembre, pour un mandat de sept ans.

Mme Rogers est une ancienne surintendante auxiliaire au Bureau du surintendant des institutions financières.

Elle a passé les deux dernières années à titre de secrétaire générale d’un organisme réglementaire international supervisé par des banques centrales à travers le monde, connu sous le nom de Comité de Bâle sur le contrôle bancaire.

Elle succède à Carolyn Wilkins en tant que seconde haute responsable en importance de la banque centrale.

La banque centrale était à la recherche d’un premier sous-gouverneur depuis la fin de l’année dernière, lorsque Mme Wilkins a annoncé qu’elle quittait la Banque du Canada avant la fin de son mandat de sept ans.

Dans un communiqué, le gouverneur Tiff Macklem a souligné que l’expérience de Mme Rogers à l’échelle nationale et internationale apportera une perspective diversifiée à la Banque du Canada. Il a aussi parlé d’une «dirigeante solide, dotée d’un grand esprit stratégique».

La ministre des Finances, Chrystia Freeland, a déclaré dans un communiqué que la vaste expérience de Mme Rogers devrait aider le pays à gérer la fin de la pandémie et à bâtir une solide relance économique.

 

Sur le même sujet

La Banque du Canada haussera son taux avant la prochaine phase de réinvestissement

le calendrier de la hausse des taux dépendra de la reprise économique

La Banque du Canada laisse son taux directeur inchangé à 0,25 %

Mis à jour le 08/09/2021 | La Presse Canadienne

La Banque centrale a aussi maintenu la cadence cible de son programme d’assouplissement quantitatif à 2 milliards $.

À la une

L'assurance-emploi et l'assurance médicaments dans la mire des syndicats

Les syndicats s’attendent à des changements concernant l’assurance-emploi et le programme d’assurance médicaments.

Main-d'oeuvre: les attentes des chambres de commerce sont grandes

Elles s'inquiètent aussi des conséquences qu’aura l'endettement des derniers mois sur les PME.

Le patronat veut de l'action de la part d'Ottawa

Mis à jour à 13:53 | Emmanuel Martinez

Suite aux élections fédérales, les associations représentant les entreprises veulent de l'action de la part d'Ottawa.