La bière, une industrie qui fait mousser notre économie

Publié le 24/01/2018 à 16:00

La bière, une industrie qui fait mousser notre économie

Publié le 24/01/2018 à 16:00

Par Marie-Pier Frappier

Ici, on peut dire que ça brasse. Et que ça s'écoule aussi! 13,6 milliards $, ce sont les retombées des ventes de bière canadienne au Canada et à l'étranger en 2016, selon un rapport du Conference Board, publié à la mi-janvier.


«L'impact va au-delà de la brasserie locale, insiste Pedro Antunes, économiste en chef adjoint du Conference Board. Peu importe les points de vente, cette activité soutient des emplois d'un bout à l'autre du pays.» Cela s'est traduit par un revenu de plus de 5,3 M$ pour la main-d'oeuvre. En Ontario et au Québec, on parle de 95 000 emplois.


Les chiffres sont là pour appuyer ses dires. En effet, l'industrie de la bière a soutenu 149 000 emplois partout au Canada en 2016 et l'industrie a rapporté près de 5,7 M$ en recettes fiscales.



Nous n'avons obtenu aucun chiffre sur la gueule de bois, mais en revanche, nous savons que les Canadiens se sont procuré l'équivalent de 223 bouteilles de bière par personne l'an dernier! La bière est préférée à toute autre boisson alcoolisée, en dépit d'une baisse de la consommation par tête d'habitant et de taxes élevées. La «broue» compte en effet pour plus de 40 % des ventes totales d'alcool.


«Y'a-tu d'la bière d'icitte»


On reste dans le local pour une «bonne petite frette». Près de 85 % des ventes de bière au Canada proviennent de brasseries locales.


Quant aux ventes de bière importée, elles ont augmenté de 4,8 points de pourcentage au cours des dix dernières années. Elles comptent pour 15,7 % des ventes totales de bière au pays.


Encore soif? Consultez le rapport du Conference Board.


 


Ici, on peut dire que ça brasse. Et que ça s'écoule aussi! 13,6 milliards $, ce sont les retombées des ventes de bière canadienne au Canada et à l'étranger en 2016, selon un rapport du Conference Board, publié à la mi-janvier.

« L'impact va au-delà de la brasserie locale, insiste Pedro Antunes, économiste en chef adjoint du Conference Board. Peu importe les points de vente, cette activité soutient des emplois d'un bout à l'autre du pays. » Cela s'est traduit par un revenu de plus de 5,3 milliards $ pour la main-d'oeuvre. En Ontario et au Québec, on parle de 95 000 emplois.

Les chiffres sont là pour appuyer ses dires. En effet, l'industrie de la bière a soutenu 149 000 emplois partout au Canada en 2016 et l'industrie a rapporté près de 5,7 M$ en recettes fiscales.

Nous n'avons obtenu aucun chiffre sur la gueule de bois, mais en revanche, nous savons que les Canadiens se sont procuré l'équivalent de 223 bouteilles de bière par personne l'an dernier! La bière est préférée à toute autre boisson alcoolisée, en dépit d'une baisse de la consommation par tête d'habitant et de taxes élevées. La «broue» compte en effet pour plus de 40 % des ventes totales d'alcool.

«Y'a-tu d'la bière d'icitte»

On reste dans le local pour une «bonne petite frette». Près de 85 % des ventes de bière au Canada proviennent de brasseries locales. Quant aux ventes de bière importée, elles ont augmenté de 4,8 points de pourcentage au cours des dix dernières années. Elles comptent pour 15,7 % des ventes totales de bière au pays.

Encore soif? Consultez le rapport commandé par Bière Canada.

http://www.conferenceboard.ca/e-library/abstract.aspx?did=9329

 


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Impartition TI

Mercredi 09 octobre

Sur le même sujet

Où la bière est-elle la plus abordable sur Terre?

29/01/2019 | Olivier Schmouker

CHRONIQUE. Je paye ma tournée à celui ou celle qui trouvera la bonne réponse avant de cliquer!

Les brasseurs soulagés de l'exemption de taxe sur les canettes

Ottawa a annoncé la semaine dernière que plusieurs produits en métal américains seraient exemptés des droits de douane.

À la une

Que faut-il savoir sur Huawei?

Les consommateurs apprécient ses appareils, mais les États s'inquiètent de la proximité entre l'entreprise et la Chine.

À surveiller : Loblaw, BRP et Blackberry

Que faire avec les titres de Loblaw, BRP et Blackberry? Voici quelques recommandations d’analystes.

Manufacturier 4.0: le retard du Québec menace les exportations

Deloitte propose diverses stratégies pour accélérer la transformation des entreprises en manufacturiers intelligents.