L'ex-dirigeant de DavidsTea, Joel Silver, n'est pas parti les mains vides

Publié le 19/06/2019 à 15:28

L'ex-dirigeant de DavidsTea, Joel Silver, n'est pas parti les mains vides

Publié le 19/06/2019 à 15:28

Par La Presse Canadienne

(Photo: Roméo Mocafico)

Poussé vers la sortie chez DavidsTea (DTEA)au terme d’un bras de fer entre le détaillant et son cofondateur Herschel Segal, l’ex-patron Joel Silver n’est pas parti les mains vides en empochant une indemnité de départ de 641 000 $ US.

En additionnant son salaire de base de 145 077 $ pour quelques semaines de travail, une prime annuelle de 133 200 $ US et d’autres avantages, M. Silver, qui a quitté ses fonctions le 14 juin 2018, a ainsi pu toucher une rémunération globale de 1,3 million $ US l’année dernière.

Cette information figure dans la circulaire du marchand de thé envoyée à ses actionnaires en vue de son assemblée annuelle du 10 juillet, qui se déroulera au centre-ville de Montréal.

Au terme d’une bataille qui s’était échelonnée sur plusieurs mois, M. Segal, également fondateur du détaillant de vêtements Le Château, avait remporté un vote lui permettant de revenir à la tête de la société, de façon intérimaire, en compagnie de son équipe pour siéger au conseil d’administration.

Par l’entremise de sa société Placements Mauvais Jours, l’homme d’affaires de 88 ans est également le plus important actionnaire du marchand de thé avec environ 46 % des titres en circulation.

Si l’on tient compte du traitement de M. Silver et des autres dirigeants ayant quitté DavidsTea l’an dernier, la rémunération globale de la haute direction du détaillant, qui tente toujours de se relancer, a totalisé environ 2,16 millions $ US.

La paye totale de M. Segal a été de 250 000 $ US, mais c’est sa fille, Sarah Segal, responsable de la marque, qui a obtenu la rémunération totale la plus élevée parmi les dirigeants toujours en poste, avec 305 318 $ US.

C’est la deuxième année consécutive que la société doit verser d’importantes indemnités de départ, puisqu’en 2017, trois ex-dirigeants avaient reçu près de 1,2 million $ US en primes dans la foulée de leur départ.

DavidsTea a débuté l’exercice du mauvais pied en dévoilant, lundi, après la fermeture des marchés, une perte nette de 4 millions $, ou 15 cents par action, par rapport à une perte nette de 1,2 million $, ou cinq cents par action, à la même période en 2018.

Pour la période de trois mois terminée le 4 mai, les ventes ont fléchi de 3,3 %, à 44,3 millions $.

« Les résultats du premier trimestre reflètent les délais nécessaires à la mise en œuvre et à l’adoption par les consommateurs de nos nouvelles initiatives à l’échelle de l’entreprise », avait indiqué M. Segal.

Le mois dernier, DavidsTea a annoncé un élargissement de son entente avec Loblaw, ce qui devrait lui permettre de vendre ses thés dans plus de 1500 succursales, comme des Maxi, Provigo et Pharmaprix, de la chaîne d’alimentation à partir de cet automne.

À suivre dans cette section


image

Marché du cannabis

Mercredi 23 octobre


image

Service à la clientèle

Mercredi 23 octobre


image

Communication interne

Mardi 26 novembre


image

Gestion de la formation

Mardi 03 décembre


image

Marché de l'habitation

Mercredi 04 décembre


image

Sommet Énergie

Mardi 21 janvier


image

Santé psychologique

Mercredi 22 janvier


image

Marketing personnalisé

Mercredi 05 février


image

Forum Contrats publics

Mardi 11 février

À la une

Swiss cloue ses appareils A220 au sol

Le transporteur aérien Swiss a décidé de clouer ses 29 appareils A220 (ex-CSeries) en raison de problèmes de moteurs.

Informatique ambiante: la stratégie de Google se dévoile

BLOGUE. La flopée de nouveaux appareils de Google mise sur l’intelligence artificielle pour attirer les acheteurs.

Politique: quand le contenant prime sur le contenu...

BLOGUE INVITÉ. Je suis avec un certain découragement la campagne électorale fédérale présentement en cours.