«L'argent ne pousse pas dans les arbres», dit la FCEI

Publié le 07/11/2011 à 10:26, mis à jour le 07/11/2011 à 11:43

«L'argent ne pousse pas dans les arbres», dit la FCEI

Publié le 07/11/2011 à 10:26, mis à jour le 07/11/2011 à 11:43

Par Olivier Schmouker

Les entrepreneurs voudraient pourvoir grandir sans tuteur. Photo : DR.

Que feraient les chefs d’entreprise du Québec s’ils pouvaient décider des finances de la province? C’est grosso modo la question qui leur a été posée par la Fédération canadienne de l'entreprise indépendante (FCEI), à l’occasion des consultations prébudgétaires amorcées aujourd'hui-même par Raymond Bachand, le ministre des Finances et du Revenu. La réponse : ils sabreraient dans l’État et dans les aides sociales.

Ainsi, la Fédération leur a demandé quelles seraient, d’après eux, les trois mesures prioritaires pour redresser les finances publiques du Québec. Voici le palmarès :

1. Réduire la rémunération des fonctionnaires (54%);

2. Instaurer un ticket modérateur pour financer le système de santé (à savoir un montant minimal à payer par visite chez le médecin) (51%);

3. Abolir les commissions scolaires (48%).

Autres suggestions : couper dans les programmes sociaux (39%) ; abolir les agences régionales de la santé et des services sociaux (28%) ; augmenter les frais de scolarité dans les universités (21%) ; tarifer certains services publics (20%) ; etc.

En ce qui concerne la stimulation de l’économie québécoise, les membres de la FCEI ont d’autres suggestions :

1. Alléger le fardeau administratif imposé aux entrepreneurs (ex. : diminuer la paperasserie, supprimer des règlements, etc.) (57%);

2. Rembourser la dette avec les redevances perçues sur les ressources naturelles (48%);

3. Baisser la TVQ (40%).

Autres idées émises par les chefs d’entreprise : diminuer les impôts des particuliers (37%) ; baisser les taxes sur la masse salariale (35%) ; diminuer les impôts des entreprises (16%) ; etc.

«Conscients que l'argent ne pousse pas dans les arbres, les dirigeants de PME savent que les postes budgétaires de la santé, de l'éducation et de la main-d'œuvre du secteur public occupent une grande partie des dépenses du gouvernement du Québec. C'est sans doute pourquoi ils estiment que s'ils étaient à la place du gouvernement, ils entameraient prioritairement des réformes en ce sens», dit Martine Hébert, vice-présidente, Québec, de la Fédération.

À suivre dans cette section


image

Usine 4.0 – Québec

Mercredi 18 mars


image

Expérience citoyen

Mercredi 01 avril


image

Objectif Nord

Mardi 07 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 22 avril


image

CONNEXION

Jeudi 07 mai


image

Gestion agile

Mercredi 27 mai

À la une

Canada: l'économie a connu un brusque ralentissement fin 2019

Il y a 58 minutes | AFP

Le PIB a progressé de seulement 0,3 %, une forte baisse par rapport à la croissance de 1,1 % au 3e trimestre.

À surveiller: Banque Nationale, Kinaxis et Banque TD

08:55 | Jean Gagnon

Que faire avec les titres de Banque Nationale, Kinaxis et Banque TD? Voici quelques recommandations d'analystes.

Bourse: le temps de miser sur les grandes banques canadiennes?

BALADO. Les plongeons boursiers des derniers jours rendent les titres bancaires très intéressants, selon Steve Bélisle.