Kansas City Southern préfère CN à CP

Publié le 14/05/2021 à 07:28

Kansas City Southern préfère CN à CP

Publié le 14/05/2021 à 07:28

Par La Presse Canadienne

(Photo: La Presse Canadienne)

L’entreprise Kansas City Southern affirme qu’elle met fin à son accord de fusion avec le Chemin de fer Canadien Pacifique (CP) après avoir déterminé que l’offre révisée de 33,6 milliards $ US de la Compagnie des chemins de fer nationaux du Canada (CN) était supérieure.

Aux termes de l’accord annoncé jeudi soir, CN, établie à Montréal, paiera 200$ US en espèces et 1,129 action de CN pour chacune des 90,9 millions d’actions de Kansas City et assumera 3,8 milliards $ US de dette de KCS.

«Nous sommes ravis que le KCS ait jugé supérieure la proposition exécutoire du CN, qu’il ait reconnu les avantages indéniables de notre regroupement et ait exprimé sa confiance dans la capacité du CN à obtenir les approbations nécessaires et à conclure avec succès l’opération», a déclaré le président-directeur général du CN, Jean-Jacques Ruest.

«La voie vers la conclusion de l’opération est libre, et notre proposition est structurée de façon à offrir aux actionnaires du KCS une valeur supérieure immédiate et l’occasion de participer à l’essor de l’entreprise fusionnée.»

Le CN a dit avoir accepté de rembourser 700M$ à KCS, montant des frais de résiliation que KCS doit verser au CP en vertu de l’entente de fusion.

L’offre représente une prime de 45% par rapport au cours de clôture de l’action de KCS le 19 mars.

Les actionnaires de Kansas City Southern devraient détenir 12,6% de la société fusionnée.

Le chemin de fer américain a déclaré avoir informé CP Rail de son intention de résilier son accord après avoir déterminé que la proposition révisée du CN constituait une «proposition supérieure».

CP a maintenant le droit de modifier son offre, et le conseil d’administration de KCS pourrait être appelé à déterminer si une nouvelle proposition constitue une meilleure proposition que celle du CN.

 

CP ne baisse pas les bras

Le Canadien Pacifique a minimisé ce changement de situation.

«Cela ne rend pas plus probable que la proposition du CN puisse se transformer en une fiducie de vote», a déclaré le chemin de fer après que des rumeurs concernant un accord révisé ont émergé jeudi après-midi.

«Nous pensons que l’accord négocié entre le CP et KCS est la seule véritable combinaison de classe 1 de bout en bout qui soit dans l’intérêt des expéditeurs et des collectivités nord−américains. CP-KCS est une occasion unique de non seulement protéger toutes les options existantes des expéditeurs, mais d’injecter une nouvelle concurrence et une nouvelle capacité dans le réseau de transport nord-américain», a ajouté le Canadien Pacifique.

«Notre accord mutuellement négocié avec KCS représente une valeur irrésistible à court et à long terme pour les actionnaires.»

Keith Creel, directeur général de CP Rail, a déclaré il y a deux semaines que sa société n’avait pas l’intention d’augmenter son offre, car elle pensait que son offre était plus susceptible d’être approuvée par les régulateurs.

Cependant, des analystes du transport prévoyaient que le plus petit des deux principaux chemins de fer du Canada devrait augmenter sa soumission.

L’une ou l’autre de ces transactions relierait les ports et les chemins de fer des États-Unis, du Mexique et du Canada.

La transaction mise à jour du CN est assujettie à l’approbation des actionnaires de KCS, à l’approbation par l’organisme de réglementation ferroviaire américain d’une fiducie avec droit de vote et à d’autres approbations réglementaires.

CN a déclaré qu’il demandait l’approbation du Surface Transportation Board pour une convention de vote fiduciaire et un fiduciaire identique à celle approuvée par l’organisme de réglementation pour l’acquisition proposée par CP.

CN a ajouté que la convention de vote fiduciaire devrait fermer au deuxième semestre de 2021, la transaction totale devant être conclue environ un an plus tard.

 

Sur le même sujet

À la une

Le Canada se fait damer le pion par la Chine en Amérique du Sud

11/06/2021 | François Normand

ANALYSE. L'Europe s'inquiète de la perte de son influence économique dans le Mercosur. Le Canada, lui, regarde ailleurs.

Lumenpulse renonce à son retour en Bourse

11/06/2021 | Denis Lalonde

Lumenpulse, qui souhaitait revenir en Bourse à une valorisation d'un milliard de dollars, interrompt son PAPE.

Lumenpulse revient en Bourse avec une valeur d'un milliard

BLOGUE. Lumenpulse devient LMPG et revient en Bourse avec deux nouveaux partenaires québécois.