Johnson and Johnson porté par ses ventes de médicaments

Publié le 16/04/2019 à 10:32

Johnson and Johnson porté par ses ventes de médicaments

Publié le 16/04/2019 à 10:32

Par AFP
Une boite de médicament Benadryl

(Photo: 123RF)

Le groupe pharmaceutique et de produits d’hygiène Johnson and Johnson (JNJ) a dépassé les attentes au premier trimestre, la progression soutenue des ventes de ses médicaments permettant notamment de compenser l’effet de la hausse du dollar, selon ses comptes publiés mardi.


L’entreprise a vu son bénéfice net reculer de 14 %, à 3,7 milliards de dollars, mais rapporté par action et hors éléments exceptionnels, son bénéfice est ressorti à 2,10 dollars, soit plus que les 2,04 dollars attendus par les analystes. 


Le chiffre d’affaires du fabricant du gel douche « Le Petit Marseillais » ou des crèmes Neutrogena a aussi dépassé les prévisions en progressant de 0,1 % à 20,02 milliards de dollars.


Ce sont surtout les ventes de médicaments, dont l’entreprise tire plus de la moitié de ses revenus, qui ont entraîné cette augmentation. 


Le Stelara, utilisé dans le traitement du psoriasis ou de la maladie de Crohn, a notamment vu son chiffre d’affaires bondir de 32 % pour atteindre 1,4 milliard de dollars. Ce qui a permis de compenser en partie le repli d’autres médicaments phares du groupe concurrencés par des génériques, comme le traitement contre la polyarthrite Remicade (-21 % à 1,1 milliard) et l’anti-coagulant Xarelto (-6 % à 542 millions).


Les ventes d’instruments médicaux ont quant à elles baissé de 4,6 %. 


Touchée depuis plusieurs mois par l’affaire du talc aux États-Unis, l’entreprise a aussi vu ses ventes de produits destinés aux consommateurs baisser légèrement (-2,4 %), principalement en raison du recul des produits pour bébés (-14 %). 


La société fait face à une multitude de procès accusant le talc du groupe d’être à l’origine de cancers, ce que dément le groupe. Principalement commercialisé aux États-Unis comme de la « poudre pour bébé », il est aussi utilisé par les adultes pour contenir la transpiration.


La facture juridique de l’entreprise s’est élevée à 342 millions de dollars sur l’ensemble du trimestre, soit moins que les 1,29 milliard de dollars enregistrés au quatrième trimestre 2018.


La hausse du dollar a par ailleurs affecté les ventes du groupe dans le monde, qui représentent environ la moitié de son chiffre d’affaires : elles s’affichent en repli de 1,7 % alors que, sans effet de change, elles ont augmenté de 7,9 %.


Pour l’ensemble de l’année, le groupe maintient ses prévisions de ventes dans une fourchette comprise entre 80,4 et 81,2 milliards de dollars cette année, ce qui correspondrait à un repli de 0,5 % à 1,5 %.


Johnson and Johnson a par ailleurs resserré sa prévision de bénéfice par action ajusté, référence en Amérique du Nord, de 8,53 à 8,63 dollars (contre 8,50 à 8,66 dollars auparavant).


À Wall Street, le titre montait de 0,40 % dans les échanges électroniques de préséance.


 


image

Gestion du changement

Mardi 17 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre

Sur le même sujet

Bourse: mieux vaut parfois ne rien faire

Mis à jour le 25/05/2019 | Dominique Beauchamp

BLOGUE. Les conseils affluent en pleine guerre commerciale. Même les pros ne savent pas sur quel pied danser.

À surveiller: les titres qui ont attiré votre attention

25/05/2019 | lesaffaires.com

(Re)voici quelques recommandations qui pourraient influencer les cours prochainement.

À la une

Guerre commerciale : Xi a un atout dans sa manche contre Trump

24/05/2019 | François Normand

ANALYSE - Ces minerais stratégiques pour l'industrie américaine procure un rapport de force à la Chine.

L'inégalité, l'un des principaux enjeux des élections européennes, dit Olivier Royant du Paris Match

25/05/2019 | Karl Moore

BLOGUE INVITÉ. La place de la politique régionale grandit dans la publication, qui s'intéresse à «l'aventure humaine».

Bourse: mieux vaut parfois ne rien faire

Mis à jour le 25/05/2019 | Dominique Beauchamp

BLOGUE. Les conseils affluent en pleine guerre commerciale. Même les pros ne savent pas sur quel pied danser.