GAFA: pas de taxe du Québec à court terme, dit Legault

Publié le 11/12/2019 à 06:51

GAFA: pas de taxe du Québec à court terme, dit Legault

Publié le 11/12/2019 à 06:51

Par La Presse Canadienne

Ce n'est pas demain la veille que le Québec imposera une taxe à Google et aux autres géants américains du numérique que sont Amazon, Facebook et Apple, connus sous l'acronyme GAFA.

En mêlée de presse, après une rencontre avec cinq dirigeants de Google, dont le vice-président principal aux affaires mondiales de Google, Kent Walker, mardi au siège social du géant du numérique dans la Silicon Valley, le premier ministre François Legault s'est montré fort prudent quand le sujet d'une taxe, qui revient périodiquement dans l'actualité, a été abordé.

Le Québec attendra donc de voir ce que le Canada fera avant de se positionner, a réaffirmé M. Legault, qui préférait parler d'éventuels investissements attendus de Google au Québec.

«Il faut être prudent et il faut le faire ensemble», a réaffirmé M. Legault, qui n'a pas l'intention de faire cavalier seul dans ce dossier. Pas question, donc, «de prendre des risques inutiles».

Il entend donc «faire ça correctement avec le Canada et les autres pays de l'OCDE», organisme qui doit produire un rapport sur le sujet en 2020.

Le premier ministre met en garde tous ceux qui voudraient précipiter les choses, car «on aurait beaucoup à perdre s'il y avait des représailles contre le Québec ou contre le Canada».

En juillet dernier, la France a légiféré pour imposer à hauteur de 3 pour cent le chiffre d'affaires réalisé sur son territoire par des firmes comme Google et Amazon.

Les pays du G7 ont récemment convenu qu'ils tenteront de s'entendre en 2020 sur une taxe internationale. Une fois qu'elle entrera en vigueur, la France supprimera sa taxe et remboursera aux entreprises leurs versements sous forme de déduction.

En campagne électorale, le premier ministre Justin Trudeau a lui aussi affirmé son intention de taxer les GAFA à hauteur de 3 pour cent.

M. Trudeau devrait commencer en imposant la TPS aux GAFA, a fait valoir M. Legault, qui voudrait sa part du gâteau d'une éventuelle taxe de 3 pour cent.

Google a déjà un bureau à Montréal, qui emploie 150 personnes.

Les profits de Google sont imposés seulement aux États-Unis et «Google ne veut pas payer deux fois les impôts sur les profits», a expliqué M. Legault.

Pour le Québec, l'objectif, a rappelé M. Legault, demeure de trouver moyen de taxer la partie des activités de Google reliées au Québec.

Peu de choses ont filtré, par ailleurs, de sa rencontre avec la direction de Google, sauf que le premier ministre s'est montré confiant de voir le géant américain investir au Québec et assurer une présence accrue, en créant des emplois.

Les deux parties ont convenu de garder confidentiels les projets d'investissement au Québec qui sont sur la table.

À suivre dans cette section


image

Sommet Énergie

Mardi 21 janvier


image

Santé psychologique

Mercredi 22 janvier


image

Marketing personnalisé

Mercredi 05 février


image

Forum Contrats publics

Mardi 11 février


image

Expérience

Jeudi 20 février


image

DevOps - Québec

Mercredi 26 février


image

Usine 4.0 – Québec

Mercredi 18 mars


image

Expérience citoyen

Mercredi 01 avril


image

Objectif Nord

Mardi 07 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 22 avril


image

CONNEXION

Jeudi 07 mai


image

Gestion agile

Mercredi 27 mai

Sur le même sujet

Alphabet franchit les 1000 milliards de dollars à Wall Street

16/01/2020 | AFP

Alphabet a connu en 2019 d’importants changements au plus haut niveau.

Eh oui, l'IA tue nos jobs (prise 2)!

14/01/2020 | Olivier Schmouker

CHRONIQUE. Après Loblaw, c'est au tour de Walmart d'annoncer qu'il va décupler son armada de robots intelligents...

À la une

À surveiller: Stingray, Industries CCL et Amgen

Que faire avec les titres de Stingray, Industries CCL et Amgen? Voici quelques recommandations d'analystes.

737 MAX: Boeing cherche à emprunter au moins 10 G$

Il y a 41 minutes | AFP

Cette somme lui permettra de faire face à la facture galopante de la crise du 737 MAX.

Météo en 2019: 1,3 G $ de dommages assurés selon le Bureau d'assurance

Il y a 50 minutes | La Presse Canadienne

2019 s’est classée au septième rang pour l’année des pertes assurées les plus élevées jamais enregistrées au Canada.