Fonds de solidarité: Robert Parizeau refait une offre à Ottawa

Publié le 27/09/2014 à 18:38

Fonds de solidarité: Robert Parizeau refait une offre à Ottawa

Publié le 27/09/2014 à 18:38

Par François Pouliot

Robert Parizeau en mission pour convaincre Ottawa de faire marche arrière.

Le nouveau président du conseil d'administration du Fonds de solidarité, Robert Parizeau, est pour la première fois sorti sur la place publique, samedi, en souhaitant que le gouvernement fédéral revoie sa décision sur le retrait du crédit d'impôt fédéral.


«Le conseil d'administration du Fonds juge crucial ce crédit pour le développement économique du Québec. C'est pourquoi nous ne perdons pas espoir d'amener Ottawa à revenir sur sa décision», a-t-il déclaré devant une salle bondée, lors de l'assemblée annuelle du Fonds.


Monsieur Parizeau a indiqué que l'an dernier, les deux fonds de travailleurs du Québec (Fondaction de la CSN étant le second), avec l'accord du gouvernement du Québec, avaient proposé au fédéral d'établir «nouveau partenariat fondé sur nos intérêts mutuels». En contrepartie du maintien du crédit d'impôt, sur une période de 10 ans, les fonds de travailleurs "auraient investi des centaines de millions de dollars dans des entreprises et des fonds d'investissement partout au Canada". "Considérant l'ampleur des retombées qu'un tel partenariat pourrait avoir à l'échelle canadienne, le Fonds estime qu'il mérite d'être évalué plus attentivement", a dit le nouveau président du conseil.


Une étude de KPMG, produite pour le Fonds de solidarité, conclut que le retrait graduel du crédit d'impôt à compter de 2015 aura pour effet de faire tomber ses investissements annuels en capital de développement dans les entreprises du Québec de 521 M$, en 2013, à 250 M$, en 2018.


Le chef de la direction du Fonds, Gaétan Morin, a précisé qu'il n'avait pas encore rencontré à ce sujet le ministre des finances Joe Oliver, qu'il souhaitait plutôt le rencontrer dans quelques mois, "au moment opportun".


Interrogé s'il jouerait un rôle actif dans les discussions avec Ottawa, monsieur Parizeau s'est montré prudent. "Ce n'est pas le rôle d'un président de conseil d'entrer dans ces batailles, ou plutôt ces discussions. Le conseil va appuyer notre chef de direction. Le rôle d'un président est de s'assurer que le conseil comprend bien les enjeux et appuie la direction dans les démarches qui sont entreprises", a-t-il expliqué.


Robert Parizeau est le frère de l'ancien premier ministre Jacques Parizeau. Ses opinions politiques ne sont pas connues. Aujourd'hui expert en gouvernance, il a aussi été au conseil d'administration de Power Corporation, de la Banque Nationale, de Canam, de Van Houtte et Gaz Metro.


«J'ai un frère qui est bien connu, a-t-il reconnu en riant, mais je n'ai jamais fait de politique».


Monsieur Parizeau n'a pas totalement écarté la possibilité de rencontrer le ministre Oliver, "si ce dernier estimait que la présence du président du conseil était souhaitable".


Une demande à Québec?



image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Impartition TI

Mercredi 09 octobre

Sur le même sujet

Deux nouvelles tours danseront dans le ciel du Spectrum

22/11/2018 | Martin Jolicoeur

Après des années d’abandon, le terrain de l’ancien Spectrum de Montréal accueillera finalement un nouveau projet.

Fonds FTQ : un tableau de bord pour mieux parler aux jeunes

BLOGUE. À 20 ou 30 ans, entendre parler de retraite et de REER, ce n’est pas très sexy. Pour rejoindre les ...

À la une

Nous sommes vulnérables à une nouvelle crise financière

23/03/2019 | François Normand

ANALYSE - «Sommes-nous plus en sécurité qu'en 2008? Oui, mais nous ne le sommes pas assez.» - Christine Lagarde du FMI.

Bourse: les gagnants et perdants de la semaine

22/03/2019 | Martin Jolicoeur

BILAN. Quels sont les titres qui ont le plus marqué l'actualité boursière de la dernière semaine?

Bourse: que penser du nouveau signal de récession?

BLOGUE. Le risque de récession augmente, mais le signal de l'inversion des taux divise encore les financiers.