FMI: mettre fin au climat d'incertitudes qui affaiblit la croissance mondiale

Publié le 23/07/2019 à 15:58

FMI: mettre fin au climat d'incertitudes qui affaiblit la croissance mondiale

Publié le 23/07/2019 à 15:58

Par AFP
Le logo du FMI sur un bâtiment

(Photo: 123RF)

Guerre commerciale, Brexit, crainte de sanctions et tensions géopolitiques créent un climat d’incertitude qui affaiblit la croissance mondiale et assombrit l’horizon, a prévenu le FMI mardi dans un rapport sur les perspectives économiques.

Le FMI a révisé en baisse sa prévision de croissance mondiale pour 2019, la qualifiant de « morose » et de « modérée » dans un contexte marqué par des tensions commerciales persistantes entre Pékin et Washington et un difficile Brexit en Europe.

Le Fonds monétaire international table désormais sur une expansion de 3,2 % cette année et de 3,5 % en 2020, soit 0,1 point de moins que lors de ses prévisions publiées en avril.

« La croissance est léthargique et précaire, mais il n’y a pas de raison qu’il en soit ainsi car, pour une grande part, cette faiblesse est auto-infligée », a estimé Gita Gopinath, économiste du FMI lors d’une conférence de presse qui se tenait à Santiago au Chili.

« Il faut absolument réduire les tensions commerciales et technologiques dont l’escalade pourrait perturber de façon significative les chaînes d’approvisionnement », a ajouté Mme Gopinath.

Pour les pays avancés, la croissance s’établira à 1,9 % cette année (+0,1 point par rapport à avril, une révision en hausse tirée par les États-Unis) et 1,7 % en 2020.

Prenant en effet en compte une hausse du PIB américain meilleure que prévue au premier trimestre, le FMI table sur une croissance américaine de 2,6 % (+0,3 point) cette année. Mais elle devrait retomber à 1,9 % en 2020.

Le FMI a exhorté les États-Unis et leurs partenaires commerciaux à ne pas céder à l’habitude de recourir à des tarifs douaniers punitifs et à coopérer. « Il est essentiel que les droits de douane ne deviennent pas un outil pour cibler les déséquilibres commerciaux bilatéraux ou bien se substituer au dialogue et forcer aux réformes », affirme le Fonds.

En mai, la Chine et les États-Unis se sont infligé de nouveaux tarifs douaniers supplémentaires. Les deux pays ont décidé fin juin de reprendre leurs négociations. Mais la semaine dernière, Donald Trump et ses conseillers ont reconnu que le conflit n’était pas près d’être résolu. « Il faut espérer que la Chine et les États-Unis règlent rapidement leurs différends », a déclaré Gita Gopinath.

Le représentant américain au Commerce (USTR), Robert Lighthizer, devrait diriger une délégation en Chine lundi pour une reprise des négociations commerciales, selon des informations de presse. Le secrétaire américain au Commerce, Wilbur Ross, a pour sa part indiqué mardi que « l’objectif primordial » était d’obtenir un « bon accord », ce qui est plus important qu’une « date ». 

Appel à coopérer

Pour l’économiste du FMI, « il y a un grand besoin de coopération mondiale », notamment sur les « les questions pressantes qui sont à régler comme le changement climatique, la taxation internationale et la cybersécurité ».

Pour la seule zone euro, la prévision des économistes du FMI reste inchangée à +1,3 % de même que la prévision de la France (+1,3 %), de l’Italie (+0,1 %). En revanche, la prévision de l’Allemagne est abaissée à 0,7 % (-0,1 point). 

« La croissance de la zone euro devrait s’accélérer d’ici la fin de l’année et jusqu’en 2020 car la demande extérieure s’améliore et les facteurs temporaires (notamment la baisse du secteur automobile en Allemagne, les manifestations sociales en France) continuent de s’estomper », commente le FMI.

Mais « les risques d’un Brexit sans accord ont augmenté », a ajouté l’économiste en chef, quelques heures seulement après que Boris Johnson, un des plus ardents défenseurs de la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne, a été désigné pour devenir le prochain Premier ministre du pays.

Le Fonds a également invité les pays avancés à poursuivre leur politique monétaire accommodante, compte tenu notamment des pressions « désinflationnistes ».

La prévision 2019 de la Chine a été abaissée (-0,1 point) à 6,2 %, une révision « reflétant en partie les tarifs douaniers » américains sur les marchandises chinoises, a relevé Mme Gopinath.

« Les effets négatifs de la hausse des droits de douane et l’affaiblissement de la demande extérieure ont exercé une pression supplémentaire sur une économie déjà en plein ralentissement structurel », souligne le rapport, exhortant le pays à réduire sa forte dépendance à l’endettement.

L’institution de Washington se montre également moins optimiste pour l’Amérique latine, projetant désormais une croissance de 0,6 % (-0,8 point) avant un rebond attendu en 2020.

D’une façon générale, les pays émergents attirent davantage de flux de capitaux, alléchés par des perspectives de rendements meilleures que les bas taux d’intérêt dans les pays industrialisés.

Si, globalement, les risques économiques augmentent, « la perspective d’une récession n’est pas dans notre scénario », a rassuré l’économiste du Fonds.


image

DevOps

Mercredi 11 septembre


image

Gestion du changement

Mardi 17 septembre


image

Gestion de l’innovation

Mercredi 18 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Marché du cannabis

Mercredi 23 octobre


image

Service à la clientèle

Mercredi 23 octobre


image

Communication interne

Mardi 26 novembre


image

Gestion de la formation

Mardi 03 décembre


image

Marché de l'habitation

Mercredi 04 décembre


image

Sommet énergie

Mardi 21 janvier


image

Santé psychologique

Mercredi 22 janvier


image

Contrats publics

Mardi 28 janvier

À la une

Climat : attention aux certitudes et aux peurs irrationnelles

24/08/2019 | François Normand

ANALYSE - Les certitudes des climatosceptiques et la panique de la «collapsologie» minent la lutte pour le climat.

10 choses à savoir cette fin de semaine

24/08/2019 | Alain McKenna

Voici 10 nouvelles parues cette semaine à (re)découvrir.

À surveiller: les titres qui ont retenu votre attention

24/08/2019 | lesaffaires.com

Que faire avec les titres de Stella-Jones, BRP et Bombardier? (Re)voici quelques recommandations d'analystes.