Fed: les risques demeurent, la crainte d'une récession américaine

Publié le 03/01/2020 à 15:56

Fed: les risques demeurent, la crainte d'une récession américaine

Publié le 03/01/2020 à 15:56

Par AFP

Les risques pour l’économie américaine demeurent, mais les incertitudes sur le commerce sont moindres et la menace de récession s’éloigne, selon les minutes de la dernière réunion du comité monétaire de la Réserve fédérale américaine (Fed) publiées vendredi.

Le compte-rendu des discussions entre les responsables de la Banque centrale américaine en décembre fait état d’un soulagement lié d’une part à la guerre commerciale avec la Chine qui semble en phase de détente, et d’autre part aux risques moindres de voir la Grande-Bretagne s’effondrer à sa sortie de l’Union européenne.

Les responsables de la Fed ont relevé que « l’économie américaine montre des signes de résistance face aux vents contraires du développement mondial ».

Plus encourageants encore, les modèles économiques « suggèrent que la probabilité d’une récession à moyen terme s’est considérablement réduite dans les derniers mois ».

À l’issue de sa dernière réunion de 2019, les 10 et 11 décembre, la Fed a maintenu ses taux entre 1,50 % et 1,75 %, après les avoir baissés à trois reprises, notant que la croissance des États-Unis avance à un rythme « modéré ».

La réunion s’est tenue avant l’annonce par le président Donald Trump de la signature, le 15 janvier, de la première phase de l’accord commercial conclu avec la Chine après des mois d’affrontement à coups de droits de douane punitifs.

Les banquiers centraux ont pointé du doigt les « développements commerciaux et les préoccupations sur les perspectives de la croissance mondiale comme étant les principaux facteurs d’explication de la faiblesse des investissements et de l’export ».

Ils ont également relevé de « nouvelles incertitudes » dans la politique commerciale des États-Unis avec l’Argentine, le Brésil et la France ainsi que des tensions politiques avec Hong Kong.

Les responsables de la Fed ont voté à l’unanimité, en décembre, pour laisser les taux inchangés. Néanmoins, ils n’étaient pas tous en ligne avec le président de la Fed Jerome Powell, enclin à maintenir cette position jusqu’à ce que les perspectives économiques évoluent.

Ainsi, certains responsables ont estimé que rester en attente leur donnera le temps d’évaluer les développements à venir et l’effet des trois baisses consécutives de taux. D’autres en revanche se sont inquiétés de voir ces taux rester bas pendant trop longtemps, estimant que « cela pourrait encourager des prises de risques excessives » et rendre plus sévère une prochaine récession.

À suivre dans cette section

Sur le même sujet

La Bourse en pause comme la reprise?

Mis à jour le 21/09/2020 | Dominique Beauchamp

BLOGUE. Deux stratèges ne perdent pas espoir que les chouchous techno passent le bâton aux bénéficiaires de la reprise.

Lente reprise économique: que peut-on anticiper des marchés boursiers?

18/09/2020 | Denis Lalonde

BALADO. La Fed anticipe une lente reprise économique aux États-Unis. Dans ce contexte, comment évoluera la Bourse?

À la une

Plan d'aide à l'économie: «compromis raisonnable» possible, selon le Trésor américain

11:37 | AFP

Après des mois de surplace, les démocrates ont présenté en début de semaine au Congrès un plan d'aide de 2 200 G$US.

L'incertitude grimpe entourant la vente d'usines de Bombardier à Spirit

L’entente devait initialement être conclue au mois de mai de cette année.

L'action de Palantir démarre à 10$ à Wall Street

Il y a 57 minutes | AFP

La société est valorisée à 21,7 milliards de dollars, soit un peu moins que ce qui était attendu.