Fed: les hausses de taux vont continuer vu l'économie florissante

Publié le 27/02/2018 à 12:18

Fed: les hausses de taux vont continuer vu l'économie florissante

Publié le 27/02/2018 à 12:18

Par AFP

Le président de la Banque centrale américaine Jerome Powell a dressé un tableau très optimiste de l'économie des Etats-Unis, qui, selon lui, a accéléré depuis décembre, et confirmé mardi que la Fed allait poursuivre ses hausses de taux d'intérêt graduelles.


«Mon appréciation personnelle de l'orientation économique s'est renforcée depuis décembre», a déclaré lors de sa première intervention devant le Congrès, Jerome Powell, choisi par Donald Trump pour remplacer Janet Yellen à la tête de la puissante banque centrale.


La Fed tient une réunion monétaire dans trois semaines, les 20 et 21 mars. Non seulement les marchés s'attendent à un relèvement des taux mais ils suspectent que les responsables monétaires vont augmenter leurs prévisions de hausses pour l'année, qui jusqu'ici sont de trois.


Dans un style très prudent, qui devrait caractériser ses interventions, Powell s'est refusé à dire qu'un resserrement plus rapide de la politique monétaire se profilait.


Mais il a en même temps fait la liste des facteurs d'accélération de la première économie mondiale: «ce que l'on voit, c'est une amélioration de l'économie, un renforcement continu du marché de l'emploi, des signes, selon moi, que l'inflation remonte vers sa cible, une plus forte croissance à l'étranger et une politique budgétaire plus stimulante».


«Chacun d'entre nous» à la Fed «va prendre en compte ce qui s'est passé depuis décembre et dresser la nouvelle trajectoire moyenne des taux et je ne veux pas en préjuger», a-t-il dit.


Après avoir démarré la journée en recul, les taux d'intérêt sur la dette américaine se sont fortement tendus lors de l'audition de M. Powell.


Le taux d'intérêt des bons du Trésor américain à 10 ans montait à 2,915% contre 2,862% lundi soir et celui à trente ans progressait à 3,196% contre 3,153% la veille.


«Plus stimulante»


Dans un court discours de quatre pages, qui tranchait avec les longues descriptions économiques de ses prédécesseurs, l'ancien banquier, qui n'est pas un économiste de formation, a décrit une économie florissante avec une «croissance économique forte» dopée par «une politique budgétaire devenue plus stimulante». Il a promis «d'autres hausses des taux graduelles».


L'inflation devrait «monter» cette année et les salaires «accélérer aussi» a-t-il dit tandis que la récente volatilité des marchés n'a pas altéré la bonne orientation des conditions financières.


Il trouve que les risques financiers sont «au pire modestes», même si le prix de certains actifs est «élevé».


Jerome Powell, un républicain modéré, est un avocat d'affaires qui a déjà passé cinq ans à la Réserve fédérale en tant que gouverneur. Il s'est inscrit mardi dans la continuité de la politique suivie par Janet Yellen.


L'expansion du Produit intérieur brut (PIB) devrait s'établir à 3% cette année et 3,2% en 2019, selon les prévisions de la Maison Blanche qui dépassent largement celles de la Fed datant de décembre (+2,1% en 2018).


Remontée de l'inflation


M. Powell a semblé dissiper les inquiétudes sur la faiblesse de l'inflation, qui, ces dernières années, a fait craindre un manque de dynamisme de l'économie. Selon lui, cette faiblesse «reflète sans doute des éléments temporaires qui ne devraient pas se répéter».


«Nous prévoyons que l'inflation remonte cette année et se stabilise autour de la cible de 2% de la Fed à moyen terme», a affirmé le nouveau patron de la banque centrale. L'inflation sur un an, selon l'indice PCE, était à 1,7% en décembre. «Les salaires devraient croître à un rythme plus rapide aussi», a-t-il assuré.


Il a relevé à plusieurs reprises que la politique budgétaire, avec les réductions d'impôts accordées aux entreprises notamment, est «devenue plus stimulante». Interrogé sur les perspectives d'aggravation du déficit budgétaire, sur un ton toujours égal, M. Powell a juste rappelé que «sur le long terme», «il est très important de rester sur une voie budgétaire viable».


Il a promis que le Comité monétaire de la Fed «continuerait de trouver un équilibre entre éviter que l'économie ne surchauffe et pousser l'inflation vers sa cible de 2%». Il a assuré aux élus la «transparence» et qu'il «expliquerait clairement ce que fait la Fed et pourquoi elle le fait». Du temps de Mme Yellen, les républicains ont souvent reproché à l'institution un manque de transparence.


M. Powell a jugé que les turbulences boursières de début février «ne devraient pas peser lourdement sur l'activité économique, le marché du travail ou l'inflation».  Malgré «la récente volatilité, les conditions financières demeurent accommodantes».


«Je m'attends à ce que les deux prochaines années soient bonnes pour l'économie», a-t-il encore assuré estimant que le risque de récession est très faible.


 


image

Santé psychologique

Mardi 22 janvier


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Sommet Énergie

Mardi 29 janvier


image

ROI marketing

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier


image

Sécurité alimentaire

Mercredi 06 février


image

Science des données

Mardi 12 février


image

Pénurie de talents

Mercredi 13 mars


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai

À la une

Uber Canada: une entreprise en croissance

16:11 | Karl Moore

BLOGUE INVITÉ. Rob Khazzam est un bon exemple que l'emploi de rêve peut nous être offert quand on s'y attend le moins.

Décarbonisation de l'économie: des occasions réelles de 704 G$

Le marché pour décarboniser l'économie mondiale s'élève à 34 000 G$CA, mais cela ne tient pas compte de la concurrence.

Immobilier: Ivanhoé Cambridge et Claridge reconduisent leur partenariat

Nouvelle enveloppe de 100M$ pour des participations dans des projets immobiliers de Montréal et Québec.