Face à l'incertitude, la Banque du Canada gèle son taux directeur

Publié le 06/12/2017 à 10:52

Face à l'incertitude, la Banque du Canada gèle son taux directeur

Publié le 06/12/2017 à 10:52

Par AFP

Photo: 123rf.com

La Banque du Canada a maintenu mercredi à 1% son principal taux directeur, pointant pour l'économie canadienne les risques géopolitiques et les conséquences d'un protectionnisme commercial accru des Américains.


La croissance de l'économie canadienne évolue depuis la fin de l'été à un rythme moins soutenu que lors du premier semestre, a indiqué la banque centrale dans son communiqué.


Comme les économistes le prévoyaient, l'institut d'émission a maintenu les conditions de crédit plutôt accommodantes, même si un resserrement de la politique monétaire reste probable l'an prochain.


Ce statu quo est justifié, selon la banque centrale, car «les perspectives mondiales demeurent entachées d’une incertitude considérable, notamment quant à l’évolution géopolitique et aux politiques commerciales».


Les tensions politiques dans plusieurs régions du monde mais aussi les velléités sans cesse répétées du président américain Donald Trump de mettre fin à l'Accord de libre-échange nord-américain (Aléna), ou à minima d'aboutir à une renégociation favorable aux exportateurs américains, sont autant de points noirs pour l'économie canadienne.


Après un rythme annuel de croissance de 3,7% sur la première moitié de l'année, la croissance s'est ralentie au troisième trimestre (+1,7% en rythme annualisé).


Cette tendance confirme les prévisions de la Banque du Canada «selon lesquelles la croissance de l’économie canadienne se modérera tout en demeurant supérieure à celle de la production potentielle au deuxième semestre de 2017».


Le marché de l'emploi a été dynamique et les salaires ont augmenté, favorisant, selon la banque centrale, la consommation des ménages et l'activité des entreprises.


«Quoique des taux d’intérêt plus élevés soient probablement nécessaires avec le temps», la banque centrale basera ses futures décisions sur les conséquences pour les grands indicateurs économiques de «la sensibilité de l’économie aux taux d’intérêt, l’évolution des capacités économiques et la dynamique de la croissance des salaires et de l’inflation».


 


image

eCommerce B2B

Mardi 29 mai


image

Forum TI DevOps

Mercredi 12 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 18 septembre


image

Gestion de l'innovation

Mercredi 19 septembre


image

Objectif Nord

Mardi 25 septembre


image

Gestion du changement

Mercredi 03 octobre


image

Marché du cannabis

Mercredi 10 octobre

Sur le même sujet

L'émission de prêts hypothécaires la plus lente depuis 2001

04/05/2018 | lesaffaires.com

Les nouvelles règles hypothécaires produisent déjà leurs effets, se réjouit la Banque du Canada.

Les Canadiens ont pour 1500 milliards $ de prêts hypothécaires

Ce volume est une importante vulnérabilité, tant pour les individus que pour l'économie, souligne Stephen Poloz.

À la une

Où se trouvent les plus grands employeurs du Québec?

Édition du 19 Mai 2018 | Julien Abadie

LES 500 | Nous avons créé cette carte interactive des sièges des plus grandes entreprises québécoises.

Le classement des 500 plus grandes entreprises du Québec

Édition du 19 Mai 2018 | Les Affaires

Le classement des plus importantes entreprises québécoises en 2018.

Les 500 en quelques chiffres

Édition du 19 Mai 2018 | Les Affaires

Nous avons trituré les données pour dresser le portrait des 500 plus grandes entreprises du Québec. Voici leur visage.