États-Unis: l'embellie du marché de l'emploi se poursuit

Publié le 07/11/2014 à 08:49

États-Unis: l'embellie du marché de l'emploi se poursuit

Publié le 07/11/2014 à 08:49

Par AFP

Photo: Bloomberg

Le taux de chômage a encore reculé en octobre aux Etats-Unis, même si les créations d'emplois, moins fortes qu'attendu, sont moins nombreuses qu'en septembre, selon les données publiées vendredi par le département du Travail.

Le taux de chômage a perdu un dixième de point de pourcentage pour s'établir à 5,8%, son plus bas niveau depuis juillet 2008.

L'économie a créé 214 000 emplois en octobre, un rythme qui reste soutenu même si les analystes espéraient 235 000 créations de postes. Le ministère a par ailleurs révisé en hausse de 31 000 les créations d'emplois des deux mois précédents qui totalisent désormais 256 000 en septembre et 203 000 en août.

Les chiffres officiels de l'emploi résultent de deux enquêtes séparées, l'une auprès des entreprises sur les créations d'emplois, l'autre auprès des ménages sur le chômage.

«Ceux qui sont déçus par les chiffres d'octobre, qui s'affichent en dessous des attentes, doivent se souvenir que les créations d'emplois sont au-dessus de la barre des 200 000 depuis neuf mois», a commenté Chris Williamson de Markit.

«Cela veut dire que l'économie a ajouté 2,285 millions d'emplois dont 2,225 millions dans le secteur privé», ajoute-t-il.

Pour la première fois en six ans, le nombre de chômeurs est passé sous la barre des 9 millions, avec 8,995 millions de sans-emploi.

Le taux d'activité, qui compte les personnes ayant un emploi et celles qui en recherchent un activement, qui a baissé depuis la crise pour des raisons démographiques et conjoncturelles accélérant mécaniquement le recul du chômage, est très légèrement remonté à 62,8% en octobre.

Sur douze mois, la première économie mondiale a créé en moyenne 222 000 emplois par mois, a souligné Erica Groshen, commissaire au bureau des statistiques du Travail. Il y a eu bien plus de nouvelles personnes trouvant un emploi (683 000) que de nouveaux entrants sur le marché du travail (416 000) ce qui a aidé à faire baisser le taux de chômage, a souligné Paul Ashworth de Capital Economics.

Cet analyste note qu'à 5,8%, le taux de chômage s'approche du taux de plein emploi que la Réserve fédérale (Fed) estime être entre 5,2% et 5,5%.

Les chômeurs de longue durée (sans emploi pendant plus de six mois) demeurent nombreux, représentant 32% des sans-emplois à 2,9 millions.

Le nombre de ceux qui travaillent à temps partiel faute de trouver mieux demeure quasiment inchangé à 7 millions.

Le chômage touche plus fortement les noirs à 10,9% contre 4,8% pour les blancs.

La croissance des emplois s'est opérée notamment dans les activités de services, surtout les restaurants, le commerce de détail et les services de soins.

Ainsi les bars et restaurants ont ajouté 42 000 nouveaux emplois en octobre contre 26 000 par mois en moyenne au cours de l'année passée.

Le commerce de détail a effectué 27 000 nouvelles embauches et les services de santé presque autant avec 25 000 créations de postes.

L'emploi dans le secteur manufacturier s'est aussi développé (+15 000) ainsi que dans le secteur des transports et de la logistique (+13 000) comme du bâtiment (+12 000).

Parmi les secteurs qui ont réduit leur rythme d'embauche figurent le secteur minier, le gouvernement et le secteur de l'information qui a même dégraissé.

La durée hebdomadaire du travail a augmenté de 0,1 heure à 34,6 heures et le salaire moyen a grappillé 3 cents à 24,57 dollars.

À la une

Palmarès WOW: les bons citoyens corporatifs ont la cote

19/01/2022 | Catherine Charron

«Il y a deux ou trois ans, on était plus dans l’expérientiel,[...] là c’est davantage de parler au cœur des gens».

Garantie de construction résidentielle: un répertoire d’entreprises ayant perdu leur accréditation

19/01/2022 | Charles Poulin

Un nouvel outil à consulter avant de signer un contrat avec un entrepreneur

Bourse: Wall Street termine dans le rouge, correction pour le Nasdaq

Mis à jour le 19/01/2022 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de Toronto termine en baisse.