Essence: la CAA pointe encore le malaise montréalais des prix

Publié le 26/04/2017 à 12:52

Essence: la CAA pointe encore le malaise montréalais des prix

Publié le 26/04/2017 à 12:52

Par La Presse Canadienne

Photo: Shutterstock

L'analyse des prix de l'essence de CAA-Québec pour l'année 2016 conclut que les automobilistes de la région de Montréal paient plus cher que ce qu'ils devraient.

La région métropolitaine compte de nombreuses essenceries à fort volume, un débit élevé par point de vente et une grande diversité d'enseignes, ce qui devrait en faire un marché plus compétitif que les autres. De plus, il y a eu l'an dernier une baisse générale des coûts d'acquisition.

Mais le CAA-Québec a observé dans la région de Montréal des marges au détail plus élevées que les autres régions du Québec moins populeuses, ce qui lui semble anormal et questionnable.

La marge au détail pour chaque litre d'essence a été en 2016 de 6,9 cents à Montréal, comparativement, par exemple, à 2,6 litres à Québec, 3,8 cents dans les Laurentides et 4,7 cents en Mauricie.

Par rapport à 2015, la marge a reculé de 9,2% à Montréal comparativement à 41 pour cent à Québec, 21,9 pour cent dans Lanaudière et 21,7 pour cent en Mauricie.

Ce qui dérange la CAA

Par ailleurs, CAA-Québec a remarqué que les prix avaient tendance à fluctuer à l'unisson d'un bout à l'autre de la région métropolitaine. L'organisme a d'ailleurs fait part de son inquiétude à cet effet à la Régie de l'énergie.

En 2016, les prix du pétrole brut ont dégringolé de 16,3% par rapport à l'année précédente. Parallèlement, les Québécois ont payé 7% de moins pour faire le plein, soit 101$ d'économie par année pour une petite voiture et 134$ pour un véhicule utilitaire sport (VUS).

À la une

Déclin de 13% des énergies vertes en 2020, selon l’AIÉ

Le secteur ralentit globalement, mais il y a deux gros marchés qui continueront de croître en 2020 malgré la pandémie.

Legault s'inquiète de l'avenir d'Air Transat

L’incertitude au sujet de l’avenir du transport aérien Air Transat inquiète le premier ministre du Québec.

Sail ferme six magasins, 500 emplois touchés

Sail Plein Air ferme entre autres ses quatre établissements Sportium au Québec.