Enquête sur SNC-Lavalin: l'AMF se défend d'avoir fermé les yeux

Publié le 11/04/2019 à 14:18

Enquête sur SNC-Lavalin: l'AMF se défend d'avoir fermé les yeux

Publié le 11/04/2019 à 14:18

Par La Presse Canadienne

L’Autorité des marchés financiers (AMF) s’est défendue jeudi des allégations selon lesquelles elle aurait « fermé les yeux » dans le cadre d’une enquête sur SNC-Lavalin qui ne s’est pas traduite par des accusations.


Selon le gendarme boursier, le projet Faucon a été mené avec « diligence » dès le départ, en 2012, et ce, jusqu’à sa fermeture, en 2015, et que ses conclusions sont « solides », « justifiées » et « documentées ».


« Ainsi, les allégations voulant que cette enquête ait fait l’objet de complaisance ou encore que l’Autorité ait fermé les yeux sur SNC-Lavalin sont non fondées », a fait valoir l’organisme, par voie de communiqué.


Selon le « Journal de Montréal », qui affirme avoir recueilli le témoignage d’ex-employés de l’AMF, l’enquête n’aurait pas été tout à fait menée dans les règles de l’art.


Le projet Faucon s’intéressait entre autres aux documents financiers de la société établie à Montréal et à des transactions effectuées par certains cadres, dont Michael Novak, le conjoint de l’ex-ministre de la Justice et députée libérale Kathleen Weil.


« Toute insinuation voulant que des considérations politiques aient pu intervenir dans le déroulement de cette enquête est totalement fausse », a indiqué l’AMF.


À l’Assemblée nationale, jeudi, le premier ministre François Legault a dit que son gouvernement allait « demander des réponses » dans cette affaire.


« Pour l’AMF, il y a une régie administrative et la présidente a la responsabilité de s’assurer, quand il y a des doutes, de vérifier si tout a été fait dans les règles de l’art, a-t-il dit en mêlée de presse. On va commencer par avoir des réponses. »


Le chef intérimaire du Parti libéral du Québec, Pierre Arcand, s’est également montré préoccupé. Sans réclamer une enquête sur l’AMF ou évoquer toute forme d’ingérence politique, il a estimé que le gendarme boursier se devait de bien faire son travail.


Au Parti québécois, le chef intérimaire Pascal Bérubé s’est également inquiété des allégations, invitant l’Autorité à s’expliquer.


image

Gestion du changement

Mardi 17 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre

À la une

Guerre commerciale : Xi a un atout dans sa manche contre Trump

24/05/2019 | François Normand

ANALYSE - Ces minerais stratégiques pour l'industrie américaine procure un rapport de force à la Chine.

L'inégalité, l'un des principaux enjeux des élections européennes, dit Olivier Royant du Paris Match

25/05/2019 | Karl Moore

BLOGUE INVITÉ. La place de la politique régionale grandit dans la publication, qui s'intéresse à «l'aventure humaine».

Bourse: mieux vaut parfois ne rien faire

Mis à jour le 25/05/2019 | Dominique Beauchamp

BLOGUE. Les conseils affluent en pleine guerre commerciale. Même les pros ne savent pas sur quel pied danser.