Dettes grecques : les banques allemandes s’entendent

Publié le 30/06/2011 à 07:55

Dettes grecques : les banques allemandes s’entendent

Publié le 30/06/2011 à 07:55

Par lesaffaires.com

Les banques et les sociétés d’assurance allemandes vont suivre leurs homologues français. Ces entreprises privées ont tracé les grandes lignes d’une entente en vue d’allonger l’échéance de la dette grecque, a indiqué une source à l’agence de presse Bloomberg.

Les entreprises et le ministre des Finances allemand se rencontrent aujourd’hui. Les grandes lignes du plan doivent encore être arrêtées, soit la proportion de la dette dont l’échéance sera reportée et les conditions à remplir pour donner droit à cet avantage.

Dernièrement, les États européens avaient évoqué la possibilité d’allonger l’échéance des obligations grecques à condition d’obtenir l’accord de créanciers privés. Les pays se sont donné l’objectif de reporter l’échéance de 70% de la dette grecque, soit près de 30 milliards d’euros.

Les banques françaises ont ouvert la voie à une participation du privé en vue d’éviter la faillite de la Grèce. Le plan est issu d’une collaboration entre Paris et les banques. Ce sont les banques qui en ont dessiné les grandes lignes, insiste le gouvernement.

Les observateurs attendent que les institutions allemandes se prononcent officiellement sur cette question.

 PLUS : Dette grecque : les banques françaises s’entendent

PLUS : Grèce : plan d'austérité adopté

 

 

 

À suivre dans cette section


image

Expérience citoyen

Mercredi 26 août


image

Gestion de l'innovation 2020

Mercredi 09 septembre


image

Expérience client

Mercredi 16 septembre


image

Gestion agile

Mercredi 07 octobre

À la une

La cadence annuelle des mises en chantier hausse de 16% en juillet

Il y a 52 minutes | La Presse Canadienne

Le taux annualisé et désaisonnalisé des mises en chantier a atteint 245 604 unités en juillet.

À surveiller: Cominar, Couche-Tard et Power Corporation

Que faire avec les titres de Cominar, Couche-Tard et Power Corporation? Voici quelques recommandations d'analystes.

Le Québec a perdu 450 000 emplois en quatre mois

L’industrie des services d’hébergement et de restauration a connu une baisse de près de 100 000 emplois.