Des taux d'intérêt négatifs sont improbables au Canada

Publié le 18/04/2016 à 13:32

Des taux d'intérêt négatifs sont improbables au Canada

Publié le 18/04/2016 à 13:32

Par François Normand

(Photo: 123rf.com)

Même si le quart de l'économie mondiale évolue dans un environnement de taux d'intérêt négatifs, le Canada court peu de risque de se retrouver dans cette situation, affirment les économistes de quatre institutions financières sondés par Les Affaires.


Des banques centrales, comme celles de la Suisse, du Japon ou la Banque centrale européenne (BCE), recourent à des taux d'intérêt négatifs pour stimuler l'économie et dévaluer leur devise.


En réduisant ainsi leurs taux d'intérêt sous zéro, elles espèrent inciter les banques à accorder davantage de prêts aux entreprises et aux particuliers.


Mais dans le même temps, des taux d'intérêt négatifs découragent aussi l'épargne des particuliers et amènent certains investisseurs à prendre plus de risques.


Au pays, le gouverneur de la Banque du Canada, Stephen Poloz, a déjà indiqué que des taux d'intérêt négatifs au Canada étaient une «option» - actuellement, le taux directeur de l'institution est de 0,50%.


Malgré tout, l'économie canadienne serait en grande partie à l'abri de ce phénomène, selon des économistes du Mouvement Desjardins, de la Banque Nationale, de la Banque Laurentienne et de BMO Marchés des capitaux.


«Notre vision est que ce scénario apparaît actuellement peu probable», affirme Hendrix Vachon, économiste principal chez Desjardins.


Pour qu'il y ait des taux d'intérêt négatifs, la Banque du Canada devrait selon lui avoir une raison majeure pour assouplir davantage sa politique monétaire.


Par exemple, cela pourrait être le cas si l’économie canadienne se détériorait à nouveau et si cela menaçait clairement l’atteinte de la cible d’inflation de la Banque du Canada.


L'économie canadienne reprend de la vigueur


«Or, les plus récentes données indiquent plutôt que l’économie canadienne reprend de la vigueur, aidée entre autres par la croissance des exportations manufacturières, souligne Hendrix Vachon.


Paul-André Pinsonnault, directeur économie et stratégie à la Banque Nationale, ne croit pas non plus que le Canada aura bientôt des taux d'intérêt négatifs.


«Dans le contexte canadien actuel ou les risques de déflation sont bas et/ou les anticipations face à l'inflation sont bien ancrées, il ne semble pas y avoir de justification pour la banque centrale de recourir à cet outil», affirme-t-il.


En février, l'indice des prix à la consommation au Canada s'établissait à 1,4%, comparativement à -0,2% dans la zone euro.


Sébastien Lavoie, économiste en chef adjoint de la Banque Laurentienne, est du même avis. Selon lui, il n'est pas envisageable à court terme d'assister à plusieurs baisses successives de taux directeur de la Banque du Canada, qui mèneraient à un environnement de taux d'intérêt négatifs au pays.


«Ce n'est pas pour bientôt», dit-il.


L'économie canadienne, explique-t-il, est en voie de connaître une année de croissance positive mais modeste, propulsée par la demande américaine vigoureuse, un huard faible et les récentes mesures budgétaires du gouvernement Trudeau.


De plus, l'inflation continuera de naviguer près de 2%.


Pour sa part, Douglas Porter, économiste en chef chez BMO Marchés des capitaux, croit que la Banque du Canada pourrait recourir à l'outil des taux d'intérêt négatifs seulement dans le cas «d'une véritable urgence financière mondiale».


Selon lui, une politique de taux d'intérêt négatifs est loin d'être une panacée. «Les banques centrales qui ont essayé des taux d'intérêt négatifs dans les derniers mois ont eu des succès mitigés», indique-t-il.


Comme plusieurs économistes, il estime que la recherche économique doit se poursuivre afin de déterminer si une telle politique est efficace et utile à terme.


image

Blockchain

Jeudi 28 février


image

Pénurie de talents

Mercredi 13 mars


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai

Sur le même sujet

Hausse des taux : ce n'est que partie remise

09/01/2019 | Stéphane Rolland

La Banque du Canada a toujours l’intention de resserrer la politique monétaire «avec le temps».

Sans surprise, la Banque du Canada garde son taux directeur stable à 1,75%

Mis à jour le 09/01/2019 | Stéphane Rolland

La BdC maintient son taux directeur à 1,75%, alors que la baisse des prix de l'énergie plombe l'économie canadienne.

À la une

Les démocrates proposent une révolution verte aux États-Unis

16/02/2019 | François Normand

ANALYSE - Des démocrates proposent un New Deal qui pourrait transformer les États-Unis comme celui de Roosevelt.

Bourse: le rebond de 18% suscite la méfiance

BLOGUE. Les experts se demandent si la pause de la Fed suffira à contrecarrer la récession possible des profits.

Bourse: les gagnants et perdants de la semaine

15/02/2019 | Martin Jolicoeur

Quels sont les titres qui ont marqué l'actualité boursière? Surprise: l'un d'entre-eux n'aura pu faire mieux que SNC.