«Des propos contradictoires du ministre Flaherty»

Publié le 22/12/2009 à 12:11

«Des propos contradictoires du ministre Flaherty»

Publié le 22/12/2009 à 12:11

Par Audrey Myrand-Langlois

Les propos qu’a tenus le ministre des Finances Jim Flaherty hier, en entrevue au réseau télévisé CTV, sont contradictoires et auraient peu d’effet, croit Michel Beauséjour, chef de la direction à la Chambre immobilière du Grand Montréal.


«D’un côté, l’augmentation de la mise de fonds minimale réduit les paiements mensuels de l’hypothèque. D’un autre côté, si on diminue le nombre d’années pour le remboursement hypothécaire, on augmente les paiements mensuels. Ce qui vient, par conséquent, annuler la hausse de la mise de fonds minimale», soutient M. Beauséjour.


Selon le chef de la direction, les propos du ministre Flaherty sont un avertissement. «Il faut faire preuve de prudence quant au niveau d’endettement. Il est vrai que le niveau d’endettement moyen est passé de 91 % en 1990 à 145 % en 2009, mais c’est principalement de l’endettement de consommation. Au Canada, nous avons une attitude de consommation, mais l’immobilier n’est pas de la consommation, mais bien un investissement. Présentement, on voit une reprise du secteur immobilier et non une surchauffe, car rappelons que les transactions immobilières étaient en baisse de 38 % en janvier 2009.»


S’il prend les deux mesures, et considérant que les taux d’intérêt vont augmenter en 2010, on s’enligne droit vers une deuxième récession, croit M. Beauséjour. «Il faudrait plutôt attaquer le secteur des cartes de crédit», ajoute-t-il.


Dommageable pour les premiers acheteurs


Malgré le fait que ces mesures s’annuleraient, ce serait dommageable pour les premiers acheteurs, estime Michel Beauséjour. «Cela aurait évidemment un impact direct sur eux et réduirait l’accession à la propriété.»


« À Montréal, la proportion des propriétaires est de 55 %. À Toronto, la proportion est de 66,6 %. Il faut continuer à mettre en place des mesures incitatives pour encourager l’accession à la propriété.»


Toutefois, M. Beauséjour demeure positif. «Le coût moyen d’une maison à Montréal est de 282 000 $, tandis qu’à Toronto le prix moyen est de 418 500 $ et à Vancouver 622 500 $. Les prix, à Montréal, ont augmenté, en moyenne, de 7,6 % sur deux ans, donc depuis novembre 2007. C’est une augmentation normale.»


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Impartition TI

Mercredi 09 octobre

Sur le même sujet

Nouvelle stratégie sur le marché immobilier: la vente aux enchères en ligne

Cette méthode novatrice attire l'attention des observateurs, car elle pourrait bien lancer une nouvelle tendance.

La marge de sécurité: un concept intemporel

BLOGUE INVITÉ. La «marge de sécurité». Les 3 mots les plus importants dans l'investissement, selon Warren Buffett.

À la une

Est-ce la tâche du gouvernement de sauver nos sièges sociaux?

BLOGUE INVITÉ. Le gouvernement doit tout faire pour éviter que certaines entreprises dites stratégiques soient vendues.

Que faut-il savoir sur Huawei?

Les consommateurs apprécient ses appareils, mais les États s'inquiètent de la proximité entre l'entreprise et Pékin.

À surveiller : Loblaw, BRP et Blackberry

Que faire avec les titres de Loblaw, BRP et Blackberry? Voici quelques recommandations d’analystes.