Boralex trouvera l’argent pour financer tous ses projets, assure son patron

Publié le 01/03/2024 à 18:38

Boralex trouvera l’argent pour financer tous ses projets, assure son patron

Publié le 01/03/2024 à 18:38

Par La Presse Canadienne

Dans un contexte de forte demande pour l’industrie de l’énergie renouvelable, la direction de Boralex (BLX) assure qu’elle sera en mesure de trouver le financement nécessaire pour le développement de ses projets.

Le producteur d’énergie renouvelable a indiqué que son portefeuille de projets en construction atteint 6,8 gigawatts (GW) au 31 décembre. Près de 400 mégawatts (MW) ont été ajoutés au cours des trois derniers mois de l’année. La société attend aussi de connaître le résultat d’appels d’offres dans l’État de New York et en Ontario.

«Les projets sont étalés dans le temps, alors nous n’aurons pas de difficulté à les financer», assure le président et chef de la direction du producteur d’énergie, Patrick Decostre, lors d’une conférence téléphonique, vendredi, visant à discuter des résultats trimestriels.

«Si nous continuons d’avoir du succès (pour remporter des contrats), nous devrons trouver des moyens de financer ces projets, probablement avec une récupération du capital en vendant des participations minoritaires comme nous l’avons fait en France», précise-t-il.

Le chef des finances, Bruno Guilmette, précise que Boralex avait suffisamment de capitaux pour la prochaine année. L’entreprise disposait de 547 millions de dollars (M$) en liquidités disponibles et financements autorisés au 31 décembre. C’est 155M$ de plus qu’au trimestre précédent.

M. Guilmette souligne que plusieurs options s’offrent à l’entreprise québécoise, notamment la dette liée à un projet en particulier, les crédits d’impôt du gouvernement fédéral, la vente d’actifs ou la formation de partenariat pour certains projets.

«Le marché est très réceptif, affirme le chef des finances. Nous avons de bonnes relations avec les prêteurs. Nous sommes capables de choisir les meilleures options de financement.»

Il note que Boralex génère des flux de trésorerie et que ceux-ci sont réinvestis dans le développement de projets. «Nous nous donnons l’objectif d’en réinvestir entre 50% et 75%. Ce trimestre, 62% des flux de trésorerie produits par les opérations sont réinvestis dans l’entreprise.»

M. Decostre a mentionné que la demande était très forte dans les marchés où Boralex concentre son attention, soit le Québec, l’Ontario, l’État de New York, la France et le Royaume-Uni. «Nous avons beaucoup de travail dans ces juridictions.»

La forte demande internationale fait aussi en sorte de réduire la concurrence au Canada tandis que les entreprises internationales en ont déjà plein les bras aux États-Unis et en Europe.

«Si vous regardez l’Allemagne, ils remettaient des permis pour 1 GW par année, maintenant c’est 5 GW par année. Si vous êtes une entreprise allemande, vous n’avez pas à venir au Québec ou en Ontario parce que vous avez déjà beaucoup à faire en Allemagne, en France, au Royaume-Uni ou aux États-Unis.»

L’analyste Brent Stadler, de Desjardins Marché des capitaux, croit que Boralex «est dans une bonne posture pour financer sa croissance». Il estime que la société pourra dégager environ 120 M$ en flux de trésorerie en 2024 pour réinvestir dans le développement de projets.

L’analyste Sean Steuart, de Valeurs mobilières TD, souligne que Boralex a soumis sa candidature pour l’équivalent de 765 mégawatts (MW) de projets dans l’État de New York et en Ontario. «Ça soutient notre opinion que Boralex est dans une bonne posture pour alimenter son portefeuille de projets en développement.»

Résultats supérieurs aux attentes

Boralex a dévoilé des résultats supérieurs aux attentes au quatrième trimestre tandis que la société a augmenté sa production d’électricité de 12% à 1814 gigawattheures (GWh).

Le producteur a affiché un bénéfice net de 58M$, comparativement à une perte de 7M$ à la même période l’an dernier. Les revenus, pour leur part, ont diminué de 2% à 315M$.

Son bénéfice avant intérêts, impôts et amortissement (BAIIA) ajusté en combiné, un indicateur que les analystes couvrant Boralex suivent de plus près, atteint 129M$. Avant la publication des résultats, les analystes anticipaient que le BAIIA serait de 196M$, selon une compilation de RBC Marchés des capitaux.

L’action de Boralex perdait 34 cents, ou 1,14%, à 29,49$ à la Bourse de Toronto en après-midi.

Stéphane Rolland, La Presse Canadienne

 

Inscrivez-vous gratuitement aux infolettres de Les Affaires et suivez l’actualité économique et financière au Québec et à l’international, directement livrée dans votre boîte courriel.

Avec nos trois infolettres quotidiennes, envoyées le matin, le midi et le soir, restez au fait des soubresauts de la Bourse, des nouvelles du jour et retrouvez les billets d’opinion de nos experts invités qui soulèvent les enjeux qui préoccupent la communauté des affaires.

Sur le même sujet

À surveiller: Boralex, Alphabet et Bombardier

19/04/2024 | Charles Poulin

Que faire avec les titres Boralex, Alphabet et Bombardier? Voici des recommandations d’analystes.

Le titre de Boralex ne semble pas prêt de s'envoler

08/03/2024 | Jean Gagnon

BOUSSOLE BOURSIÈRE. Les producteurs d’énergies renouvelables peinent à récompenser les investisseurs.

À la une

Honda construira une usine de batteries pour véhicules électriques en Ontario

Mis à jour il y a 11 minutes | LesAffaires.com et La Presse Canadienne

L'usine devrait être construite à St. Thomas et coûtera 7 milliards de dollars en capital.

Transformer ses faiblesses en force avec le livre «Mentores»

Mis à jour à 10:26 | Emmanuel Martinez

Le livre «Mentores» rassemble douze témoignages de femmes d’affaires québécoises qui dirigent des entreprises.

Les ambitions internationales du nouveau président de Croesus

Vincent Fraser, président de Croesus depuis le 27 mars, entend développer l’expansion internationale de l’entreprise.