Bombardier anticipe une hausse de 10 % de ses revenus en 2019

Publié le 06/12/2018 à 11:26

Bombardier anticipe une hausse de 10 % de ses revenus en 2019

Publié le 06/12/2018 à 11:26

Par La Presse Canadienne
Courbe croissante bleue

[Photo: 123rf]

Bombardier prévoit une croissance de 10 % de ses revenus en 2019, grâce à l’entrée en service de son nouveau jet d’affaires, du carnet de commandes de sa division ferroviaire et de son offre de service après-vente.

Les prévisions dévoilées jeudi par le constructeur d’avions et de trains surviennent dans la foulée d’une restructuration qui se traduira par l’élimination de 5000 emplois, dont 2500 au Québec, ainsi qu’une chute de 60 % du cours de l’action depuis l’été.

La multinationale anticipe un chiffre d’affaires de 18 milliards $ US alors que l’entrée en service du Global 7500, dont tous les avions sont vendus jusqu’en 2021, devrait lui permettre de livrer entre 150 et 155 appareils d’affaires en 2019, comparativement à environ 135 cette année.

Cette prévision est relativement conforme aux attentes des analystes sondés par Thomson Reuters Eikon, qui anticipent un chiffre d’affaires d’environ 18,1 milliards $ US au terme de la prochaine année financière.

« Après trois ans d’exécution de notre plan de redressement, Bombardier est une entreprise beaucoup plus solide », a souligné Alain Bellemare, par voie de communiqué, avant la tenue d’une importante rencontre avec les investisseurs, en après-midi, à New York.

Le carnet de commandes de 34 milliards $ US de Bombardier Transport représente plus de 80 pour cent des revenus de cette division en 2019, qui sont estimés à 9,5 milliards $ US.

Pour leur part, les recettes tirées des services après-vente devraient afficher une croissance de 500 millions $ US pour atteindre 4 milliards $ US en raison de la maintenance à effectuer sur plus de 100 000 voitures de trains, au moins 4700 jets régionaux et 1250 appareils d’affaires.

La rencontre de jeudi est importante étant donné que M. Bellemare cherche à rassurer les investisseurs depuis la divulgation des résultats du troisième trimestre, il y a un mois.

L’entreprise avait alors affiché un trou de 600 millions $ US dans ses liquidités, en raison de dépenses plus élevées que prévu dans sa division ferroviaire, ce qui a soulevé des questions sur la capacité de la société à atteindre ses cibles. Certains sont aussi préoccupés par la lourde dette de l’entreprise, qui était de 9,5 milliards $ US en date du 30 septembre.

En excluant les éléments non récurrents, Bombardier s’attend à générer des flux de trésorerie qui devraient osciller entre 250 millions $ US et 500 millions $ US en 2019.

« La solide marge du bénéfice d’exploitation (de neuf pour cent) chez Bombardier Transport devrait rassurer les investisseurs que les problèmes rencontrés dans cette division n’affecteront pas sa profitabilité », a estimé Benoit Poirier, de Desjardins Marchés des capitaux, dans une note.

En plus d’avoir procédé à une autre importante restructuration le mois dernier, Bombardier avait vendu des actifs, dont son programme d’avions à hélices Q400, en plus de signaler qu’elle évaluait ses options entourant ses jets régionaux CRJ.

À la une

L’Italie prendra-t-elle un virage « illibéral »?

ANALYSE. L'élection législative de dimanche pourrait porter au pouvoir un parti issu de la nostalgie mussolinienne.

En face du ou de la prochain.e premier.ère ministre

Édition du 21 Septembre 2022 | Les Affaires

Si le ou la prochain.e premier.ère ministre du­ Québec était en face de vous, quel sujet serait votre priorité?

Qui est le gagnant du «Débat des chefs» pour les lecteurs de Les Affaires?

23/09/2022 | Les Affaires

Un lecteur a souligné que «l’auditeur» était le gagnant de l’exercice.