BlackBerry: Fairfax cherche 1G$ auprès d'investisseurs pour financer l'acquisition

Publié le 25/09/2013 à 07:31, mis à jour le 25/09/2013 à 09:01

BlackBerry: Fairfax cherche 1G$ auprès d'investisseurs pour financer l'acquisition

Publié le 25/09/2013 à 07:31, mis à jour le 25/09/2013 à 09:01

Par lesaffaires.com

Prem Watsa, président de Fairfax Financial, est en quête d'investissements. Photo: Bloomberg

Le sauveteur de BlackBerry, Fairfax Financial, vise à récolter 1G$ US auprès d’investisseurs institutionnels pour l’aider à financer son projet d’acquisition de 4,7G$ US du fabricant de téléphones ontarien en perte de vitesse.

Citant des personnes au courant des discussions, le Globe & Mail rapporte que le patron de l’assureur Fairfax Financial, Prem Watsa, a personnellement contacté plusieurs fonds de pension canadiens et américains afin de trouver des appuis financiers pour son offre d’achat très conditionnelle de BlackBerry.

Selon les sources anonymes, seul le fonds de pension des enseignants de l’Ontario, Teacher’s, songerait sérieusement à se joindre à un groupe d’acheteurs.

Lisez la chronique de Bernard Mooney: Le problème avec Prem Watsa

M. Watsa a prévu financer l’acquisition grâce à diverses sources: 3 G$ US en prêts bancaires, 1G$ US provenant de prises de participation d’investisseurs institutionnels et le reste, grâce à la participation de 10% que le patron de Fairfax détient déjà dans BlackBerry, dont la valeur se situe à 470M$ US.

Si M. Watsa échoue dans sa tentative de rallier des investisseurs institutionnels, il pourrait chercher à obtenir un prêt-relais auprès de ses banquiers, lequel sera remboursé à même les liquidités de 2,6G$ US que détient BlackBerry.

Les investisseurs semblent pour le moment douter que cette transaction, qui comporte de nombreuses conditions, se concrétise. Mardi, l’action de BlackBerry a continué sa glissade, chutant de 3,3% à 8,53$ US sur le Nasdaq.

 

À suivre dans cette section

À la une

Feu et smog: ce que les employeurs doivent faire

Il y a 26 minutes | Catherine Charron

RHÉVEIL-MATIN. «Tout travailleur qui a du mal à respirer doit réduire ou arrêter ses activités», rappelle le CCHST.

Feux de forêts: des pertes économiques pour des minières

06/06/2023 | François Normand

Exploration Brunswick a suspendu temporairement ses activités d’exploration dans la région d’Eeyou Istchee Baie-James.

Adaptation climatique: l’industrie minière se doit d’innover

Édition du 12 Avril 2023 | Katia Tobar

SPÉCIAL CLIMAT: ADAPTEZ VOTRE ENTREPRISE. Les changements climatiques laissent déjà des traces sur les sites miniers.