Banques : une évaluation de temps de crise


Édition du 23 Janvier 2016

Banques : une évaluation de temps de crise


Édition du 23 Janvier 2016

Par Dominique Beauchamp

[Photo : iStock]

La chute de 9 % des banques canadiennes en 2015 arrive au septième rang des pires glissades en 50 ans. Depuis le début de 2016, les actions des banques ont perdu 7 % de plus. Sans prédire le creux ultime, trois analystes jugent qu'elles ont une évaluation très attrayante. Leurs cours s'échangent à un multiple de 1,5 fois leur valeur comptable, ce qu'on n'a pas vu depuis la crise de 2008. «Nous approchons d'un point de pessimisme extrême alors que le bilan des banques est plus solide que jamais», note Sohrab Movahedi, de BMO Marchés des capitaux. Cette évaluation correspond aussi à des pertes potentielles qui atteindraient 1,34 % de tous les prêts. «C'est le double de notre pire scénario», indique Kevin Choquette, de Credit Suisse. Leur ratio cours/bénéfice de 9,4 fois correspond aussi à des prévisions faisant état d'une baisse de 8 à 12 % des bénéfices en 2016. Darko Mihelic, de RBC Marchés des Capitaux, prévoit plutôt une hausse médiane de 1 %.

À la une

Optimisme plus élevé des entreprises au Québec

L’optimisme des entreprises canadiennes est à son plus haut depuis un an, selon la Chambre de commerce du Canada.

La Caisse de dépôt dévoilera ses conclusions sur la mobilité à Québec mercredi

Il y a 7 minutes | La Presse Canadienne

La question de la mobilité à Québec fait débat depuis plusieurs années.

L'effet de richesse de l'immobilier résidentiel (1)

EXPERT INVITÉ. Ciel relativement clair, avec certains… nuages.