Amazon avale la chaîne de supermarchés Whole Foods

Publié le 16/06/2017 à 09:22

Amazon avale la chaîne de supermarchés Whole Foods

Publié le 16/06/2017 à 09:22

Par lesaffaires.com

Un big bang dans le monde de l’alimentation est sur le point d’arriver aux États-Unis: Amazon(Nasdaq, AMZN) met la main sur la chaîne de supermarchés bio Whole Foods Markets(Nasdaq, WFM), dans une transaction évaluée à 13,7 milliards de dollars américains, incluant la dette.


Le géant du commerce en ligne déboursera ainsi 42$US par action dans une transaction au comptant, ce qui représente une prime de 27% sur le cours de clôture de jeudi du titre de Whole Foods. 


La direction actuelle de Whole Foods Market, y compris son coloré PDG John Mackey, restera en place. Whole Foods continuera d'être exploitée de manière indépendante.


Pour Amazon, il s’agit d’une incursion en force dans le domaine de l’alimentation. En outre, le commerçant en ligne deviendra avec cette acquisition un exploitant de magasins de briques et de mortier.


Fondée en 1978, Whole Foods exploite 465 magasins aux États-Unis, au Canada et en Grande-Bretagne. Au cours de son dernier exercice, la chaîne qui a ouvert son premier établissement à Austin, au Texas, a réalisé des recettes de 16G$US.


Cette transaction risque de créer de grands bouleversements dans le domaine de l'alimentation aux États-Unis, déjà marqué par une vive concurrence et la déflation. Jeudi, notre chroniqueur Yannick Clérouin évoquait justement l'intérêt d'Amazon pour le secteur de l'alimentation. (Re)lisez Pourquoi un mariage entre Metro et Jean Coutu m'apparaît incontournable. 


Relisez aussi son blogue L'épicerie, la nouvelle cible d'Amazon


Les titres de Metro et de Loblaw chutent de 4% après l'annonce, tandis que celui de Whole Foods bondit de 28%.


Whole Foods faisait l'objet de pression de la part d'un actionnaire activiste, la firme JANA Partners. Celle-ci avait accumulé une participation de 8,3% dans le détaillant de produits bio et naturels afin de le forcer à évaluer différentes options pour relancer son titre en Bourse. Whole Foods semble donc avoir trouvé en Amazon son chevalier blanc.


La transaction devrait se conclure dans la deuxième moitié de 2017, selon le communiqué conjoint émis par les deux entreprises.


À savoir sur Whole Foods:


-au cours des cinq dernières années, ses revenus ont progressé à un rythme annuel de 10%, ses bénéfices de 17,5%.


-la chaîne a affiché une décroissance de ses ventes comparables au cours des six plus récents trimestres.


-La chaîne exploite 11 magasins au Canada


-Son titre a reculé de 25% sur cinq ans, avant l'annonce de la transaction.

À suivre dans cette section


image

Fraude alimentaire

Mardi 12 septembre


image

Forum TI

Mercredi 13 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 19 septembre


image

Gestion de l'innovation

Mercredi 20 septembre


image

Résidences pour aînés

Jeudi 21 septembre


image

Objectif Nord

Mardi 26 septembre


image

Contrats publics

Mercredi 11 octobre


image

Gestion du changement

Mercredi 18 octobre


image

Croissance PME

Mercredi 25 octobre


image

Parcs industriels

Mardi 21 novembre

Sur le même sujet

Google Home : la voix officielle de votre maison connectée… en français svp!

27/06/2017 | Alain McKenna

BLOGUE. L'enceinte connectée Google Home est la première au Québec... et en français SVP!

10 choses à savoir lundi

Mis à jour le 26/06/2017 | Yannick Clerouin, Denis Lalonde et François Remy

Votre argent est sale, la preuve, le condo le plus cher...aux enchères, Facebook dans le cinéma...

À la une

Forte croissance de DuProprio au Québec

28/06/2017 | Matthieu Charest

Alors que le nombre de courtiers immobiliers chute année après année, DuProprio gagne des parts de marchés.

La face cachée des crédits d’impôt aux entreprises du multimédia

28/06/2017 |

Ceux qui veulent faire du Québec et de Montréal des plaques tournantes du secteur numérique devraient faire ceci.

Subventions aux entreprises étrangères: un débat doit avoir lieu

Mis à jour le 21/06/2017 | Nicolas Duvernois

BLOGUE INVITÉ. Tant mieux pour les entreprises étrangères subventionnées, mais pas au détriment des entreprises locales.