Air Canada finalise l'acquisition d'Aéroplan

Publié le 26/11/2018 à 10:06, mis à jour le 26/11/2018 à 13:25

Air Canada finalise l'acquisition d'Aéroplan

Publié le 26/11/2018 à 10:06, mis à jour le 26/11/2018 à 13:25

Par La Presse Canadienne

Air Canada (AC) a conclu une entente définitive avec Aimia (AIM) afin de mettre la main sur le programme de fidélisation Aéroplan pour 450 millions $ en espèces.


En vertu de l’entente annoncée lundi, le transporteur aérien prendra également en charge un passif d’environ 1,9 milliard $ en milles Aéroplan. En août, une entente de principe avait été annoncée pour la vente du programme.


Air Canada a également annoncé des accords avec la Banque TD (TD), la Banque CIBC (CM) ainsi que Visa, qui vont continuer à demeurer partenaires d’Aéroplan.


La Banque TD versera notamment 622 millions $ à la société aérienne et allongera 308 millions $ de plus sur 10 ans pour l’achat futur de points de fidélisation. La CIBC enverra 200 millions $ à Air Canada et versera 92 millions $ pour de futurs paiements mensuels liés aux milles Aéroplan.


Visa fera également une contribution financière.


Parallèlement, Air Canada poursuit ses négociations avec American Express, qui émet aussi des produits comarqués Aéroplan, afin de maintenir sa participation au programme après 2020.


Les actionnaires d’Aimia devront donner leur feu vert à la transaction, qui devra également obtenir l’approbation des autorités réglementaires. Une assemblée extraordinaire est prévue le 8 janvier à Montréal.


Selon le plus important transporteur aérien au pays, la clôture de la transaction devrait avoir lieu en janvier.


« Cette (transaction) génère une valeur considérable pour Aimia, a indiqué le président du conseil d’administration de l’entreprise, Robert Brown, par voie de communiqué. Une fois qu’elle sera réalisée, Aimia sera dans une bonne posture et elle pourra se concentrer sur son objectif de maximiser les rendements provenant de ses actifs importants et de ses activités restantes. »


L’entente conclue au sujet d’Aéroplan laisserait à la société plus de 1 milliard $ en espèces pour investir ailleurs, a pour sa part souligné Mittleman Brothers, principal actionnaire d’Aimia, avec une participation de 17,6 %.


La direction d’Aimia a indiqué en août qu’elle envisageait de nouvelles ventes d’actifs et une liquidation de la société.


Des analystes ont estimé qu’environ 1000 employés d’Aéroplan seraient transférés chez Air Canada si la transaction va de l’avant.


Le chef de la direction d’Air Canada, Calin Rovinescu, a aussi confirmé que le programme de fidélisation du transporteur aérien sera déployé en 2020 et qu’il permettra au quelque cinq millions de membres d’Aéroplan de conserver leurs milles.


À l’origine, Aéroplan était le programme de fidélisation maison de la compagnie aérienne établie à Montréal. Il a été essaimé en tant qu’entreprise indépendante en 2005.


De nombreuses questions entouraient Aimia depuis l’an dernier, quand Air Canada avait annoncé son intention de ne pas renouveler son partenariat avec la société afin de mettre en place son propre programme en 2020.


En mi-journée, à la Bourse de Toronto, l’action d’Aimia prenait 3,73 %, ou 14 cents, pour se négocier à 3,89 $.


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Impartition TI

Mercredi 09 octobre

Sur le même sujet

Aimia s'attend à rembourser l'ARC après sa vérification fiscale

Aimia a ajouté qu’elle avait l’intention de contester « vigoureusement » l’avis de nouvelle cotisation.

Bourse: les gagnants et perdants de la semaine

18/01/2019 | Martin Jolicoeur

Quels sont les titres boursiers qui ont le plus marqué la semaine? Du nombre: du pétrole, du yoga et du... cannabis.

À la une

Est-ce la tâche du gouvernement de sauver nos sièges sociaux?

BLOGUE INVITÉ. Le gouvernement doit tout faire pour éviter que certaines entreprises dites stratégiques soient vendues.

Que faut-il savoir sur Huawei?

Les consommateurs apprécient ses appareils, mais les États s'inquiètent de la proximité entre l'entreprise et Pékin.

À surveiller : Loblaw, BRP et Blackberry

Que faire avec les titres de Loblaw, BRP et Blackberry? Voici quelques recommandations d’analystes.