Pas encore de sommet dans les commodités

Publié le 26/04/2011 à 12:18

Pas encore de sommet dans les commodités

Publié le 26/04/2011 à 12:18

Même si les prix du pétrole et des métaux précieux ont augmenté sensiblement durant le mois de mars, le marché n'aurait pas encore atteint son sommet, selon les experts de la Banque Scotia.

L'Indice des prix des commodités de la Banque Scotia, qui mesure les prix de 32 produits d'exportations canadiens, a augmenté de 1,3% de février à mars et atteint maintenant 50,9%. De plus, la croissance du PIB chinois, un facteur important dans le prix des commodités, atteint 9,7% jusqu'ici en 2011, juste en bas des 9,8% observés l'an dernier à la même période.

Cette hausse pourrait toutefois être ralentie par une chute de la consommation mondiale en raison des hauts prix de l'essence. Une augmentation de l'aversion des investisseurs pour le risque stimulée par les problèmes de dette souveraine en Europe et aux États-Unis pourrait aussi jouer contre les prix des commodités.

« Même avec ces vents de face, il est prématuré de parler d'un sommet cyclique dans les prix des commodités, soutient Patricia Mohr, vice-présidente Économie et commodités à la Banque Scotia. Les prix du cuivre pourraient revisiter leurs niveaux records parce qu'on s'attend à ce que la demande chinoise se solidifie en 2011. Le deuxième trimestre et la reconstruction au Japon devraient aussi augmenter la demande en cuivre. »

En mars, l'Indice des prix du pétrole et du gaz a quant à lui grimpé de 6,4% alors que le prix du baril grimpait de 14$US pour atteindre 99$US. Cette hausse serait imputable à plusieurs facteurs, dont la situation au Moyen Orient et une pénurie mondiale de pétrole brut non sulfureux.

Le prix des métaux et des minéraux a quant à lui baissé légèrement en mars, avec une chute de 0,1%, malgré une forte augmentation des prix des métaux précieux. Le prix de l'or a d'ailleurs atteint 1 518$US l'once durant le mois alors que l'uranium est passé de 66,50$US à 55,50$US après la catastrophe japonaise.

À la une

L'ACÉUM est un moindre mal, dans les circonstances

ANALYSE - Canadiens et Mexicains ont intérêt à mettre derrière eux la réingénierie du libre-échange en AmérIque du Nord.

Trois placements à contre-courant pour 2020

BLOGUE. Voici trois secteurs abordables susceptibles de battre le marché en 2020 pour l'investisseur anti-conformiste.

À surveiller: les titres qui ont retenu votre attention

(Re)voici quelques recommandations qui pourraient influencer les cours prochainement.