Les marchés: le pessimisme gagne du terrain

Publié le 26/10/2009 à 16:14

Les marchés: le pessimisme gagne du terrain

Publié le 26/10/2009 à 16:14

Par Denis Lalonde

Des statistiques décevantes poussent à la réflexion. Photo : Bloomberg.

La crainte que le crédit d’impôt américain à l’achat d’une résidence ne soit pas reconduit a semé le doute sur les marchés boursiers nord-américains.

«Le programme de crédit d’impôt à l’achat d’une première résidence et à la rénovation prend fin le 1er décembre et certains mémos internes du côté du gouvernement américain laissent croire que le programme ne sera pas prolongé», soutient Jean-René Ouellet, analyste financier chez Valeurs mobilières Desjardins.

Ce dernier ajoute que l’immobilier, qui a entraîné l’économie américaine dans l’une des pires crises financières de son histoire, demeure fragile et que la fin du programme est source de beaucoup d'inquiétude.

M. Ouellet souligne également le recul du secteur des financières à la suite d’un article du Wall Street Journal qui affirme que Bank of America pourrait devoir émettre des actions pour rembourser ce qu’elle doit au gouvernement.

«Tout cela serait hautement dilutif pour les actionnaires et a entraîné beaucoup de titres du secteur en baisse», dit-il.

De plus, Vendredi dernier, pas moins de sept établissements bancaires américains ont mis la clé sous la porte. Cela porte à 106 le nombre de banques ainsi fermées depuis le début de 2009, selon la Federal Deposit Insurance Corp (FDIC). Du jamais vu depuis 1992.

Les sept banques en question sont: First DuPage (Westmont, Illinois), Riverview Community Bank (Otsego, Minnesota), Bank of Elmwood (Racine, Wisconsin), Flagship National Bank (Brdenton, Floride), Hillcrest Bank Florida (Naples, Floride), American United Bank (Lawrenceville, Géorgie) et Partners Bank (Naples, Floride).

Ces sept fermetures devraient représenter un coût de 366 millions de dollars américains pour le fonds d’assurance de la FDIC.

À New York, le Dow Jones a clôturé la journée sur une baisse de 104 points (1,05%) à 9 867, le S&P/500 a reculé de 12 points (1,17%) à 1 066 et le Nasdaq a perdu 12 points (0,59%) à 2 141.

À Toronto, le S&P/TSX a plongé de 147 points (1,29%) à 11 234. Les secteurs des matériaux de l’énergie et des financières étaient sous pression.

Le dollar canadien a chuté de 1,26 cent à 93,75 cents américains.

Le prix du baril de pétrole brut pour livraison en décembre a terminé la journée sur une baisse de 1,60 dollar à 78,90 dollars américains au New York Mercantile Exchange (Nymex), alors que celui de l’once d’or s’est replié de 13,60 dollars (1,29%) à 1 043 dollars américains.

Avec Olivier Schmouker


image

Expérience citoyen

Mercredi 26 août


image

Gestion de l'innovation 2020

Mercredi 09 septembre


image

Expérience client

Mercredi 16 septembre


image

Gestion agile

Mercredi 07 octobre

À la une

Bourse: Wall Street plus optimiste sur le front sanitaire

Mis à jour à 16:49 | LesAffaires.com et AFP

REVUE DES MARCHÉS. Cette semaine, le Dow Jones est monté de 0,96 %, le Nasdaq de 4,02 % et le S&P 500 de 1,76%.

L'affaire Trudeau-WE Charity: on ne lésine pas avec l'éthique

Une apparence de conflits peut en effet être aussi dommageable pour sa réputation qu’un véritable conflit d’intérêts.

Se former à l'ère du «nouveau normal»

Édition du 17 Juin 2020 | Philippe Jean Poirier

FORMATION. Les entreprises ont tout intérêt à profiter de la timide reprise de leurs ...