«La Fed va tuer le marché haussier»

Publié le 21/06/2018 à 14:28

«La Fed va tuer le marché haussier»

Publié le 21/06/2018 à 14:28

Par Stéphane Rolland

Photo:123rf

Oubliez la rhétorique protectionniste de Donald Trump. Le fossoyeur du marché boursier sera la Réserve fédérale (Fed) et elle pourrait provoquer une récession d’ici les douze prochains mois, prévient David Rosenberg, économiste en chef de Gluskin Sheff + Associates, dans un discours prononcé à Montréal, jeudi.

«Les gens répètent qu’“un marché haussier ne meurt pas de ses vieux jours”. Oui, je le sais, mais, vous savez quoi, ils meurent tous un jour. Les cycles meurent. Et voulez-vous savoir comment? La Fed lui tirera une balle dans la tête. », a déclaré le stratège devant les participants d’Inside ETFs Canada, une conférence sur les Fonds négociés en Bourse (FNB), qui pour la première fois avait lieu au Canada.

M. Rosenberg prédit que c’est la banque centrale qui provoquera le retournement du cycle économique. «Parce que la Fed assouplit trop ses politiques, puis les resserre trop, ainsi de suite, précise-t-il. Même si cela attire l’attention des médias aujourd’hui, ce ne sont pas les politiques commerciales qui prédominent. La plus importante chose à regarder est la politique monétaire de la Fed.»

Un discours pessimiste

L’idée qu’une hausse des taux d’intérêt représente un vent de face pour les marchés boursiers et l'économie reste une opinion consensuelle parmi les experts. M. Rosenberg, pour sa part, se démarque par sa perception de l’imminence du danger.

David Rosenberg, économiste en chef de Gluskin Sheff + Associates. Photo :Gluskin Sheff + Associates

L’idée en vogue est que le stimulus fiscal, la robustesse du marché de l’emploi et le fait que la politique monétaire demeure accommodante (même si la Fed resserre la vis) repousseront la prochaine récession à 2020 ou 2021. M. Rosenberg pense que l’échéance est beaucoup plus rapprochée, soit d’ici 12 mois. À la Bourse, le plus récent sommet du S&P 500 à New York, atteint en janvier, serait le dernier du cycle, selon M.Rosenberg. «Il faut voir ce que l’histoire nous enseigne», met-il en garde.

Pour démontrer son propos, le conférencier pointe vers la comparaison entre le dividende du S&P 500 et la distribution des obligations. «Il y a un an, je vous aurais dit qu’il n’y avait pas de solution de rechange (aux actions), affirme-t-il. Le taux d’intérêt des obligations de deux ans du gouvernement américain était à 1,3% et le rendement du dividende du S&P 500 était à 1,9%. Aujourd’hui, le rendement du dividende est le même pour le S&P 500, mais la distribution du deux ans a doublé à 2,6%. On n’a pas vu cela depuis une décennie!»

Peu importe si la croissance des bénéfices par actions est vigoureuse. Ce sont les multiples qui détermineront la suite des choses, poursuit l'économiste. Il note que la variation des multiples a un plus grand impact que l’accroissement des bénéfices. Au prix actuel, il croit que le potentiel de rendement sur dix ans avoisinera «zéro».

En regardant les précédents cycles, M. Rosenberg en arrive à la conclusion que la Fed a joué un rôle crucial dans l’appréciation des actions américaines. En comparant le lien précédent entre la croissance économique et les multiples, il juge que le S&P 500 aurait dû toucher un sommet à 1800 points. Mercredi, il fermait à 2767 points. «Ça veut dire que la Fed a donné un gain de près de 1000 points à l’indice. Ça soulève des inquiétudes quand le vent tournera. »


image

Gestion du changement

Mardi 17 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Marché du cannabis

Mercredi 23 octobre


image

Service à la clientèle

Mercredi 23 octobre

Sur le même sujet

À la une

Agriculture urbaine: des melons d'Oka à l'ancien hippodrome

BLOGUE. Urbanisme transitoire: cet été, il poussera des melons d'Oka sur le terrain vacant de l'Hippodrome Blue Bonnets.

À surveiller: Dorel, Stantec et Bank of America

Que faire avec les titres de Dorel, Stantec et Bank of America?

Bourse: le temps de miser sur les banques américaines?

14/06/2019 | Denis Lalonde

BALADO GESTIONNAIRES EN ACTION. Les banques américaines se négocient à des ratios très intéressants, dit François Rochon