Ford : le marché a-t-il trop peur ?


Édition du 07 Avril 2018

Ford : le marché a-t-il trop peur ?


Édition du 07 Avril 2018

Par Tahar Mansour

Financièrement, le bilan de Ford est solide et les profits sont au ­rendez-vous.

Dans un marché haussier où les multiples fracassent les records, un secteur en particulier est relativement délaissé. Il s'agit de celui de l'automobile. Dans ce secteur, il y a une entreprise du nom de Tesla qui n'a encore rien prouvé et qui se négocie à un prix hallucinant, tandis que les autres se transigent à des multiples déprimés par rapport à ceux du marché en général.

En 2008, le secteur a connu la vraie misère. General Motors et Chrysler ont dû demander l'aide des gouvernements américain et canadien, aide qu'elles ont obtenue. Le même soutien a été offert à Ford. La société l'a refusé disant avoir suffisamment de fonds pour traverser la crise.

C'était vrai, Ford avait suffisamment de liquidités. Pourtant, elle avait traversé quelques crises depuis les années 1990. Plusieurs chefs de direction avaient essayé de la restructurer. Sans succès. En 2001, l'arrière-petit-fils du fondateur de l'entreprise avait notamment pris les commandes, sans salaire, mais il ne devait pas lui non plus réussir à redresser le navire.

Puis, en 2006, arriva finalement Alan Mulally. Avec une nouvelle vision, il réussit à donner un nouvel élan à Ford, élan sur lequel elle surfe encore.

Le président actuel, James Patrick (Jim) Hackett, suit les traces de Mulally. Côté technologique et intelligence artificielle, Ford s'est alliée à la canadienne BlackBerry pour solidifier sa position de leader dans la sécurité des voitures autonomes à l'aide du système QNX qui sera installé sur 50 millions de voitures. Financièrement, le bilan de l'entreprise est solide et les profits sont au rendez-vous.

Vous avez déjà deviné que c'est notre préférée. Attardons-nous à quelques comparaisons avec General Motors (voir le tableau).

Force est de constater que le titre de Ford est peu volatil (bêta de 0,92), qu'il est peu cher avec un ratio cours/bénéfice de 5,57 fois, que son dividende est attrayant, son rendement étant de 5,77 %, et que sa position financière est solide. Mieux encore, Ford a échappé aux scandales automobiles et aux rappels massifs.

À l'évidence, le marché redoute une éventuelle fin de cycle, mais a-t-il encore une fois trop peur ?

EXPERT INVITÉ
Tahar Mansour est économiste, Ph.D. et chargé de cours à l’Université du Québec à Trois-Rivières.

À la une

Ce projet de loi affectera toutes les entreprises

24/05/2024 | François Normand

ANALYSE. Le projet de loi sur l’énergie que Pierre Fitzgibbon déposera d’ici le 7 juin sera structurant pour le Québec.

Électricité: un manufacturier sur trois en manque

23/05/2024 | François Normand

Près de 75% des entreprises des secteurs manufacturier et industriel retardent des projets ou des investissements.

Bourse: les résultats des 7 magnifiques au 1T

24/05/2024 | lesaffaires.com

D'Apple à Nvidia, qui a dépassé les attentes ou déçu les marchés.