Fonds communs: la sous-performance de votre gestionnaire doit-elle vous inquiéter?

Publié le 29/08/2014 à 12:30

Fonds communs: la sous-performance de votre gestionnaire doit-elle vous inquiéter?

Publié le 29/08/2014 à 12:30

Par Jean Gagnon

Photo: Bloomberg

Tandis que les Bourses atteignent de nouveaux records presque chaque jour, plusieurs d’entre vous constatez peut-être que les rendements de vos communs d’actions sont inférieurs à ceux des principaux indices boursiers. Et que cet écart semble s’élargir constamment.

En effet, selon une étude de S&P Capital IQ Fund Research, 80% des gestionnaires de fonds de titres à grande capitalisation sous-performent l’indice S&P 500 en 2014.

Il est reconnu que les gestionnaires de fonds communs sont quelque peu désavantagés par cette comparaison avec l’indice de référence à cause des frais qui viennent parfois gruger jusqu’à 2% et plus du rendement annuel. Mais s’ils sont actuellement 80% dans cette situation, il doit bien y avoir une explication.

Selon Sam Stoval, stratège en chef pour le secteur des actions chez S&P Capital IQ, l’explication réside dans le fait que les gestionnaires croient que les marchés ont poussé beaucoup trop loin et qu’un recul, possiblement significatif, risque fort de se produire bientôt. Et ils ont réduit leurs positions en conséquence.

Le stratège note qu’il n’y a pas eu sur les marchés de correction de 10% et plus depuis 35 mois, alors que la médiane depuis la dernière guerre mondiale est de 12 mois.

La tention de vouloir regagner le terrain perdu

Par ailleurs, ces gestionnaires prudents pourraient bien avoir de la difficulté à maintenir le cap, craint M. Stoval. C’est que plusieurs d’entre eux sont rémunérés en partie en fonction de leur performance. Et comme l’année avance, certains pourraient être tentés de rattraper le temps perdu en ajoutant à leurs positions et ainsi espérer que les marchés poursuivent leur marche vers de nouveaux sommets.

Cela pourrait très mal servir les investisseurs, selon certains experts sondés par CNBC. «La sous-performance démontre que ces gestionnaires ont réduit le risque alors que l'ascension des marchés s’étire, ce qui est probablement la bonne chose à faire», explique Todd Schoenberger, président de J. Streicher Asset Management, une firme de gestion de portefeuilles de New York. Selon lui, les investisseurs doivent plutôt s’inquiéter des gestionnaires qui présentent des rendements spectaculaires, car leur niveau de risque est probablement très élevé à un moment où les marchés sont à des sommets historiques.

De plus, alors que la tentation pourrait être forte pour les gestionnaires en retard sur l’indice de tenter le grand coup d’ici la fin de l’année, certains signaux devraient plutôt les inciter à ne pas le faire. Parmi ces signaux, notons le niveau d’optimisme élevé chez les investisseurs individuels, selon les résultats de l’enquête hebdomadaire de l’American Association of Individual Investors (AAII) publiés hier.

Selon le sondage, 51,9% des investisseurs croient que les marchés boursiers seront encore plus élevés dans six mois qu’ils ne le sont aujourd’hui. Ce résultat est nettement plus élevé que la moyenne historique de 39%.

C’est généralement lorsque l’optimisme est à son plus haut que les marchés sont le plus à risque. Dans ces conditions, préférez-vous que votre gestionnaire demeure prudent, ou qu’il tente plutôt de rattraper l’indice?

 

 

À la une

Yoshua Bengio: TIME100 honore un pionnier de l'IA

11:01 | Les Affaires

Le professeur titulaire à l'Université de Montréal est l'un des chercheurs en IA les plus cités au monde.

Hausse de 15 % en deux ans des cas de fraude au Québec

Il y a 52 minutes | La Presse Canadienne

Montréal, la Montérégie et la Capitale-Nationale sont les régions où les fraudeurs ont fait le plus de victimes.

Est-ce une bonne idée d'offrir un REEE à ses petits-enfants?

LE COURRIER DE SÉRAFIN. Que se passe-t-il si cet enfant ne poursuit pas d’études post secondaire?