Prudence avec les marchés émergents


Édition du 03 Octobre 2015

Prudence avec les marchés émergents


Édition du 03 Octobre 2015

«Nous allons pouvoir tirer parti d'une occasion qui ne se présente qu'une fois tous les 10 ans. Les actions des marchés émergents subiront une réévaluation fondamentale à la baisse qui risque d'être excessive, ce qui va créer une occasion de rendement attrayant avec le temps. Mais soyez prudents, ce marché sera très volatil au cours des prochains mois.» C'est la mise en garde qu'a servie Mohamed El-Arian, conseiller économique en chef pour Allianz, aux auditeurs du réseau CNBC à la mi-septembre.

«Cependant, si votre horizon de placement est de 5 à 10 ans et que vous n'avez aucune exposition aux marchés émergents, vous pouvez commencer lentement à y investir, en tenant pour acquis que vous pourrez vivre avec la volatilité qui s'intensifiera au cours des prochains mois», a-t-il ajouté.

Pour ceux qui sont déjà exposés aux actions des marchés émergents, il leur conseille d'attendre, car il y a encore beaucoup d'investisseurs qui tentent de sortir de ces marchés.

Matthew Strauss, cogestionnaire du Fonds marchés nouveaux Signature CI, partage ce point de vue. Les liquidités de son fonds sont passées de 7,8 % au 31 juillet à 14,8 % au 31 août. «Nous pourrions les déployer si nous percevions des signes que la croissance de l'économie chinoise se stabilise», précise-t-il en entrevue.

Selon lui, le récent recul est nettement attribuable aux inquiétudes quant à la croissance en Chine, qui ralentit et se transforme, passant d'un modèle axé sur les matières premières à un modèle centré sur les services et les consommateurs. Ce qui jette une ombre sur les matières premières et les pays émergents qui en exportent, comme le Brésil ou l'Afrique du Sud, explique Matthew Straus. Son scénario de base ne prévoit pas de remontée importante des matières premières.

«En fait, les pays émergents ne peuvent plus, comme en 2009, relancer l'économie mondiale. Ils sont rendus où nous étions il y a sept ans et ont désormais des problèmes de croissance sans moyen rapide de les régler. Nous sommes arrivés à la fin du supercycle des matières premières. De plus, les pays émergents importateurs de ces matières ont eu recours à une forte expansion du crédit pour soutenir leur taux élevé de croissance. On se demande d'où la prochaine poussée de croissance pourrait venir», indique-t-il.

Depuis 2011, les actions de marchés émergents ont connu au moins cinq reprises de 20 % (en dollars américains) qui se sont terminées par des reculs. De sorte que le MSCI Emerging Markets Index a dégagé un rendement annualisé de - 0,92 % (en dollars américains) pour la période de cinq ans terminée le 31 août 2105. Le rendement annualisé de 3,57 % en dollars canadiens de cet indice pour la même période n'est que le reflet de la chute du huard.

Des actions décimées

Au cours de la dernière année, les actions de marchés émergents ont été décimées. Le Vanguard FTSE Emerging Markets ETF (VWO), un fonds diversifié de marchés émergents, affiche un rendement de - 21,9 % en dollars américains et de - 6,1 % quant à sa version en dollars canadiens (VEE) pour l'année terminée le 31 août ; une chute rapide à partir du printemps dernier explique en partie ce résultat.

Si vous acceptez la thèse de Mohamed El-Arian, vous pourrez vous tourner vers des fonds négociés en Bourse (FNB) ou des fonds communs de placement au moment opportun. Les FNB ayant amassé l'actif le plus important dans cette catégorie sont les fonds indiciels indexés selon la capitalisation boursière. Ils ont aussi les frais de gestion les plus bas, soit 0,27 % pour l'iShares Core MSCI Emerging Markets IMI (XEC) et 0,29 % pour VEE.

Des FNB de marchés émergents mettant l'accent sur des critères de sélection, comme la faible volatilité ou les dividendes, sont aussi offerts. L'iShares MSCI EM Minimum Volatility (XMM) et le Horizons Active Emerging Markets Dividend ETF (HAJ) ont d'ailleurs réalisé les meilleurs rendements (en dollars canadiens) pour l'année terminée le 31 août, avec 0,64 % et - 1,9 %, respectivement, par rapport à - 5,49 % pour l'indice MSCI Emerging Markets.

Il est un peu tôt pour affirmer que la stratégie de HAJ est supérieure. Le fonds aura bientôt trois ans et son actif n'est que de 5,4 M$.

Quarante des 158 fonds de marchés émergents répertoriés dans la base de données AdvisorWorkstation de Morningstar ont dégagé un rendement supérieur à celui de l'indice MSCI Emerging Markets pour l'année terminée le 31 août. Toutefois, aucun des 17 fonds ayant un historique d'au moins 15 ans n'a enregistré un rendement supérieur à l'indice sur cette période. C'est pourquoi certains investisseurs autonomes se tournent vers des fonds indiciels.

Parmi les fonds communs de placement, le Fonds indiciel marchés émergents CIBC permet de faire un placement minimum de 500 $ et des placements subséquents de 25 $. Seulement deux fonds ont obtenu un meilleur rendement que lui sur 10 ans. Si l'on se fie au passé, d'autres fonds occuperont très probablement les premiers rangs dans 10 ans, mais le Fonds CIBC sera encore près du sommet.

Fellow CSI, Yves Bourget a fait carrière dans l’industrie des valeurs mobilières pendant une vingtaine d’années, en particulier à titre de vice-président pour le Québec de Placements Altamira, de 1990 à 1997. Il collabore depuis 2001 à la publication Finance et Investissement, notamment en matière de fonds communs.

À la une

Bourse: Wall Street termine en hausse, avec l’espoir d’une Fed moins radicale

Mis à jour le 15/08/2022 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS.À Toronto, la Bourse reste stable, malgré une baisse du secteur de l'énergie et des métaux de base.

Bourse: les gagnants et les perdants du jour

15/08/2022 | Refinitiv

Voici les gagnants et les perdants du jour.

Turquoise Hill chute à Toronto après son rejet de l'offre de Rio Tinto

Les actions de Turquoise Hill ont baissé de 3,49$ pour atteindre 30,05$ à la clôture à la Bourse de Toronto.