Pourrez-vous profiter de la gestion supérieure de Global Alpha ?


Édition du 19 Mai 2018

Pourrez-vous profiter de la gestion supérieure de Global Alpha ?


Édition du 19 Mai 2018

Fondée en 2008, ­Global ­Alpha, se consacre entièrement à la construction de portefeuilles d’actions mondiales et internationales de petite capitalisation. [Photo: 123RF]

Le lancement d'un fonds commun de placement géré par une société québécoise est peu fréquent. Celui d'un fonds d'actions internationales de petite capitalisation l'est encore moins. Or, la société torontoise Ninepoint, qui a pris en charge la gestion de l'actif diversifié de Sprott Asset Management, a confié la gestion de son nouveau Fonds petite capitalisation internationale Ninepoint(1) à Gestion d'actifs Global Alpha Ltée. Robert Beauregard, anciennement chez Natcan et à la Caisse de dépôt et placement du Québec, en est le gestionnaire principal.

Fondée en 2008, Global Alpha, dont l'actif sous gestion est d'environ 1,3 milliard de dollars, se consacre entièrement à la construction de portefeuilles d'actions mondiales et internationales de petite capitalisation. Le nouveau fonds Ninepoint clonera la Stratégie d'actions internationales à petite capitalisation Global Alpha, un des deux fonds institutionnels offerts par Global Alpha. Il cible des sociétés dont la capitalisation varie entre 100 millions de dollars américains et 3,5 G$ US. Ces société combinent une bonne rentabilité financière, des antécédents de croissance des bénéfices et des dirigeants possédant une part importante du capital. Elles sont sélectionnées dans tous les marchés développés, à l'exception du Canada et des États-Unis.

La méthode a porté fruit : lancée à la fin de décembre 2009, la Stratégie d'actions internationales à petite capitalisation Global Alpha a dégagé un rendement annualisé brut de 22,52 % pour la période de cinq ans terminée le 31 mars, contre 13,61 % pour l'indice MSCI EAEO petite capitalisation, son indice de référence. La Stratégie est le seul fonds de sa catégorie à obtenir la cote 5 étoiles de Morningstar pour son rendement ajusté pour le risque. Le placement minimal y est de 1 M$.

Toutefois, le placement minimal ne sera que de 1 000 $ dans le nouveau fonds Ninepoint ayant le même profil, mais les frais de gestion seront de 2,5 % pour la série A et de 2 % pour la série D, qui est destinée aux investisseurs autonomes. Le coût total de détention sera encore plus élevé, puisqu'il inclura tous les frais de négociation engagés par le fonds.

Évidemment, l'écart de près de 9 % entre le rendement de la Statégie et celui de son indice de référence rend la proposition attrayante, même en tenant compte de ce coût de détention.

Difficile de prévoir si cet écart de rendement peut se maintenir, mais Global Alpha écrit sur son site web que l'objectif de valeur ajoutée de la Stratégie d'actions internationales à petite capitalisation Global Alpha est égal au rendement de l'indice EAEO petite capitalisation (net) + 3 % sur un cycle complet de marché.

Si le petit investisseur doit plutôt baser sa décision sur ce scénario, il est clair que les frais du nouveau Fonds petite capitalisation internationale Ninepoint vont sérieusement entamer le rendement excédentaire qu'a dégagé la méthode Global Alpha dans les dernières années.

Prenons l'exemple de l'autre fonds réservé aux institutions offert par Global Alpha, la Stratégie d'actions mondiales à petite capitalisation Global Alpha, qui inclut des titres américains et canadiens. Son rendement annualisé brut a été de 11,76 % pour la période de trois ans terminée le 31 mars, contre 10,62 % pour son indice de référence, l'indice MSCI Monde petite capitalisation.

Depuis 2014, il est possible aux petits investisseurs d'accéder au même portefeuille par le Fonds Global Alpha CC&L de Connor, Clark & Lunn(2). Or, la série A de ce fonds a dégagé un rendement annualisé net de tous frais de 9,13 % durant la même période. Ce rendement inférieur à l'indice MSCI Monde petite capitalisation s'explique par le coût total de détention de ce fonds, qui était de 2,54 % au 30 juin 2017.

C'est pourquoi certains, constatant que le rendement net qu'ils obtiennent d'une bonne stratégie active est souvent inférieur à celui d'un indice, se tournent vers des fonds qui ne font que le reproduire.

Or, il n'existe pas de FNB international de petite capitalisation coté sur le marché canadien. En revanche, la base de données du site ETF.com en compte une dizaine qui sont cotés aux États-Unis, dont le plus important est de loin l'Ishares MSCI EAFE Small-Cap Index (SCZ) et sa version couverte en dollar US (HSCZ).

Il est incroyablement neutre, évitant les gros paris sur les secteurs, la taille des sociétés ou les pays. Ses avantages s'étendent toutefois au-delà de sa composition. C'est un fond extrêmement liquide pour ce segment, avec des écarts (bid/ask spread) très serrés, un grand nombre de transactions et une création facile. Il affiche aussi parmi les plus bas frais du segment tout en suivant de très près son indice », résume ETF.com.

Pour ceux qui acceptent d'élargir leur univers aux petite et moyenne capitalisations à l'échelle mondiale, il est possible d'acheter un FNB coté au Canada, soit le PowerShares FTSE RAFI Global Small-Mid Fundamental ETF (PZW), décliné aussi en version couverte en dollar canadien (PZW.F) ou libellé en dollar américain (PZW.U). Le volume de transactions sur ces fonds est toutefois assez faible pour l'instant.

(1) Le prospectus se retrouve sur www.sedar.com sous l’appellation Fonds petite capitalisation internationale Sprott.
(2) La société Global Alpha fait partie du Groupe financier Connor, Clark & Lunn.

À la une

Sans épargne à 20 ans de la retraite

EXPERT INVITÉ. Comment financer une retraite de trente ans avec vingt ans d’épargne?

Perspectives boursières pour les 100 prochaines années

EXPERT INVITÉ. J’ai reçu une question fort intéressante d’un lecteur au cours des derniers jours.

À surveiller: Lightspeed, Rogers et Apple

Mis à jour à 10:29 | Catherine Charron

Que faire avec les titres de Lightspeed, Rogers et Apple? Voici quelques recommandations d'analystes.