Petites capitalisations: les perles financières des gestionnaires

Publié le 15/02/2012 à 20:12

Petites capitalisations: les perles financières des gestionnaires

Publié le 15/02/2012 à 20:12

Les gestionnaires interrogés par Morningstar dans le cadre de sa table ronde des petites capitalisations reconnaissent qu'il est ardu pour des investisseurs de se plonger dans cette catégorie d'actifs, mais voient des occasions, notamment dans les services financiers.

Le portefeuille de Martin Ferguson, directeur et gestionnaire de portefeuille chez Mawer Investment, contient un total de 55 titres à petite capitalisation dont 22,7 % sont consacrés aux services financiers : «L'un des placements à long terme qui est à présent dans nos 10 principaux titres est Equitable Group. »

Stephen Arpin, vice-président chez Beutel, Goodman, détient également le titre d'Equitable Group dans son Fonds à petite capitalisation Beutel Goodman. Il y a un an, ce fonds détenait plus de titres de petite capitalisation en provenance des services financiers, mais il a révisé ses positions depuis.

Intact, des avis partagés

«L'an dernier nous aurions eu plus d'entreprises du secteur financier, mais nous avons réduit notre participation dans Intact Corporation financière, bien que ce titre soit encore l'un de nos principaux avoirs. Cette action a atteint notre cours de vente cible, et notre discipline est d'en vendre le quart », a-t-il indiqué à Morningstar.

À l'opposé, le directeur général et gestionnaire principal de portefeuille chez Gestion d'actifs Manuvie, Ted Whitehead, préfère étoffer ses positions dans le titre d'Intact. Ce titre occupe une part importante du Fonds d'occasions de croissance Manuvie, qui détient 92 noms, dont près de 12 % sont consacrés aux services financiers.

«C'est l'une des plus grandes sociétés d'assurances multirisque au Canada, a expliqué Ted Whitehead à Morningstar. Elle représente 17 % du marché canadien de l'assurance multirisque. Son acquisition d'AXA Canada devrait faire croître les bénéfices d'Intact. L'estimation de ses bénéfices est à la hausse, et c'est ce que j'aime voir en tant que gestionnaire quantitatif.»

Un autre titre qui retient l'attention est celui de l'Industrielle Alliance. Il intéresse Stephen Arpin en raison de sa résilience : «La vie est dure pour les compagnies d'assurance vie ces derniers temps, mais cette société a su générer de la valeur depuis son premier appel public à l'épargne. L'évaluation de son action est attrayante.»

Martin Ferguson aime bien également le titre de Canadian Western Bank, puisqu'elle a fait croître ses bénéfices par action de plus de 10 % durant 23 dernières années. Il dit surpondérer aussi les compagnies de prêts hypothécaires comme Equitable Group ou Financière First National.

« Le rendement du dividende de First National en fin d'année était de 7,16 %. Les compagnies de prêts hypothécaires se sont historiquement bien comportées. Elles octroient des prêts contre une bonne garantie : la maison d'un individu », a souligné Martin Ferguson à Morningstar.

Le titre de cette dernière a également été acquis par Ted Whitehead lors de son premier appel à l'épargne pour un prix de 10 $ l'unité : «Elle propose un rendement élevé et n'a pas eu de gros ratés. Son président Stephen Smith et Moray Tawse détiennent environ 80 % de l'entreprise, et pourraient bien vendre un jour ou l'autre. »

Stephen Arpin, qui possédait aussi une participation dans Financière First National, a déclaré pour sa part avoir vendu sa position dans le titre.

Avec Morningstar

À la une

«On réinvestit dans la croissance pour capter les occasions qui se multiplient», Patrick Decostre, PDG de Boralex

Patrick Decostre, PDG de Boralex, a répondu à nos questions sur ses nouvelles orientations stratégiques et financières.

Boralex veut doubler sa puissance d'ici 2025, et encore d'ici 2030

Cette croissance se fera d’abord par la multiplication de son empreinte dans le solaire et aux États-Unis.

Boralex se lance dans le partage de terrains pour le solaire

14/06/2021 | François Normand

Comme les terrains sont rares, le producteur d'énergie verte se lance dans l’agrivoltaïsme avec la française Sun’Agri.