Les nouveaux fonds iShares Factor Select


Édition du 05 Décembre 2015

Les nouveaux fonds iShares Factor Select


Édition du 05 Décembre 2015

Investir dans des titres qui ont un bénéfice stable et un bilan solide. Investir dans des titres bon marché par rapport aux paramètres fondamentaux de l'entreprise, comme le ratio cours/bénéfice et le ratio cours/valeur comptable. Investir dans des entreprises de plus petite taille pour bénéficier de la prime de rendement associée à ces titres. Détenir des actions en progression constante.

C'est cette recette que proposent trois nouveaux fonds négociés en Bourse (FNB) iShares FactorSelect, lancés en septembre : l'iShares FactorSelect MSCI Canada ETF (XFC), l'iShares FactorSelect MSCI USA Index (XFS) et l'iShares FactorSelect MSCI EAFE (XFI). Ils reproduiront la performance d'indices créés par la firme MSCI en se fondant sur ses recherches1.

Il s'agit d'un autre exemple de FNB à «bêta intelligent» ou «stratégies indicielles améliorées», une façon de combiner la transparence des stratégies indicielles classiques, dans lesquelles la composition du portefeuille est publiée quotidiennement, avec les stratégies utilisées couramment par des gestionnaires actifs, comme celles décrites en introduction, mais à moindre coût.

Ce type de FNB a connu une croissance rapide et représentait 22 % des 49,7 milliards de dollars en FNB d'actions cotés au Canada, soit 10,7 G$, répartis dans une centaine de produits différents. Ce qui est nouveau cette fois, c'est la combinaison de facteurs en un seul produit.

«Plusieurs études montrent que des indices fondés sur la valeur, la tendance, la taille des entreprises et leur "qualité" peuvent obtenir un meilleur rendement, à long terme, que les indices pondérés selon la capitalisation boursière traditionnelle. Des données fictives validées rétrospectivement [backtests] montrent que les indices Diversified Multiple-Factor (DMF) de MSCI ont dégagé des rendements supérieurs aux indices traditionnels de 2 à 3 %, de façon annualisée, lors d'une simulation sur les 10 dernières années. Ces rendements excédentaires peuvent être attribués aux quatre facteurs sélectionnés», soutient Daniel Straus, du Groupe de recherche et stratégie sur les FNB à la Financière Banque Nationale.

Un rendement supérieur

Ainsi, l'indice DMF MSCI Canada affiche un rendement annualisé de 8,2 %, de septembre 2005 à septembre 2015, en utilisant des données validées rétrospectivement, par rapport à 4,7 % pour l'indice traditionnel MSCI Canada, avec une volatilité presque identique. Le rendement excédentaire est de 3,4 % pour l'indice DMF MSCI EAFE et de 1,4 % pour le DMF MSCI USA. Ces indices multifactoriels ne sont pas à l'abri de replis en cas de crise : en 2008, l'indice DMF MSCI Canada aurait reculé de 38 %, alors que l'indice composé S&P/TSX reculait de 33 %.

Le portefeuille de l'iShares FactorSelect MSCI Canada ETF se compose de 85 titres, dont les 10 plus importants comptaient récemment pour environ 40 %.

«Eu égard à l'expertise de MSCI dans la gestion du risque et l'optimisation de portefeuille, nous considérons ces produits comme des positions de base en actions appropriées pour des investisseurs à long terme, complétant ou remplaçant potentiellement des positions de base dans des produits traditionnels pondérés selon la capitalisation boursière», juge Daniel Straus.

Le ratio de frais de gestion des nouveaux FNB iShares est de 0,45 %, ce qui concorde avec celui d'autres fonds à «bêta intelligent», mais est plus cher que les fonds indiciels passifs de base, dont les frais varient de 0,05 % à 0,20 %.

Contrairement à ces derniers, les nouveaux FNB connaîtront une certaine rotation de portefeuille. Elle sera limitée à 20 % à chaque rééquilibrage semestriel. «Les investisseurs devront se demander si les gains potentiels de la stratégie seront supérieurs aux coûts que cela entraîne», souligne Daniel Straus. Parmi ces coûts, l'impôt est non négligeable.

L'accroissement de la complexité de ces nouveaux produits alourdit le fardeau des investisseurs, selon Ben Johnson, directeur de la recherche mondiale sur les FNB pour Morningstar : «Les processus de diligence raisonnable que les investisseurs doivent adopter pour ces produits doivent être tout aussi rigoureux que ceux qu'ils entreprendraient en passant au crible les gestionnaires actifs», prévient-il dans un article2.

La petite taille, les ratios fondamentaux bas, le «momentum» et la «qualité» sont des stratégies qu'utilisent depuis longtemps les gestionnaires actifs pour tenter de battre les indices. Peu y arrivent sur de longues périodes. Du moins, après les frais de gestion des fonds communs de placement. L'avenir nous dira si les FNB multifactoriels y parviendront.

1 MSCI, « Deploying Multi-Factor Index Allocations in Institutional Portfolios », décembre 2013.

2 Johnson, Ben, «Une approche sensée du « bêta intelligent », site Internet de Morningstar

À la une

Bourse: des prises de profits coupent l'élan de Wall Street qui termine en ordre dispersé

Mis à jour le 11/08/2022 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de Toronto termine dans le vert.

À surveiller: Metro, Stella-Jones et CAE

11/08/2022 | Denis Lalonde

Que faire avec les titres de Metro, Stella-Jones et CAE? Voici quelques recommandations d’analystes

Bourse: les gagnants et les perdants du jour

11/08/2022 | Refinitiv

Voici les gagnants et les perdants du jour.