Le vrai coût de détention des fonds


Édition du 05 Mars 2016

Le vrai coût de détention des fonds


Édition du 05 Mars 2016

[Photo : Shutterstock]

Le ratio des frais de gestion (RFG) est la façon habituelle de rapporter ce qu'il en coûte annuellement pour détenir un fonds. Mais les commissions et les autres coûts encourus lorsqu'un gestionnaire de portefeuille achète ou vend des titres du fonds ne sont pas inclus dans ce ratio.

Ces coûts additionnels se retrouvent dans les états financiers d'un fonds et dans le «Rapport de la direction sur le rendement d'un fonds», sous la rubrique «Ratios et données supplémentaires». Exprimés en pourcentage de l'actif moyen du fonds, ils sont regroupés sous l'appellation «Ratio des coûts de transactions» (RCT) ou «Ratios des frais d'opérations» (Trading expense ratio, en anglais).

Cela veut dire que le coût total de détention correspond à l'addition du ratio des frais de gestion et du ratio des coûts de transactions. Le rendement publié d'un fonds équivaut donc à son rendement brut net de son coût total de détention.

Une étude1 portant sur plus de 200 fonds ayant un actif de 300 M$ révèle que ces coûts de transactions ne comptent que pour 4,9 % du coût total de détention moyen de ces fonds : ainsi, le RCT moyen des fonds étudiés est de 13 points de base (0,13 %), auquel s'ajoute le RFG moyen de 2,45 %, pour un coût total de détention annuel de 2,58 %.

«C'est plutôt raisonnable, et il ne faut pas oublier que les coûts de transactions sont des coûts de fonctionnement normaux», soutient James Gauthier, analyste en fonds communs chez PatrimoineHollis et auteur de l'étude. Cette étude portait évidemment sur des fonds gérés activement. Le RCT des fonds gérés passivement (indiciels) est presque nul, voire nul dans plusieurs cas, et ce, autant pour les fonds communs de placement que les fonds négociés en Bourse.

Cependant, 16 (8 %) des fonds étudiés avaient un RCT de plus de 30 points de base, et 6 d'entre eux, de plus de 50 points de base. Or, à la fin de juillet 2015, seulement 4 des 20 fonds ayant le RCT le plus élevé parmi les fonds étudiés avaient réussi à dégager un rendement de premier ou deuxième quartile sur un, trois et cinq ans.

«Des coûts de transactions élevés ne sont pas la seule explication du rendement inférieur de certains fonds, mais ils n'ont certainement pas aidé», estime James Gauthier.

Ainsi, ces coûts élevés ont empiré les résultats médiocres de cinq fonds AGF ayant affiché un rendement de quatrième quartile pour leur rendement sur cinq ans au 31 janvier. Leur coût total de détention les classait parmi les fonds les plus chers du Canada. Il s'agit du fonds AGF d'actions de croissance canadienne (3,33 %), du fonds AGF de titres internationaux (3,25 %), du Fonds de valeur mondiale AGF (3,17 %), de la Catégorie actions européennes AGF (3,30 %) et du Fonds d'actions EAEO AGF (3,24 %).

Regardez d'abord l'équipe de gestion, sa philosophie et sa stratégie

Il y a par contre des cas où ce coût de détention élevé n'a pas empêché le gestionnaire d'enregistrer des résultats supérieurs. Le Fonds Fidelity Extrême-Orient (3,4 %), le Fonds mondial de découverte Dynamique (2,81 %) et la Catégorie Fidelity Situations spéciales (2,94 %) figurent parmi ceux-là.

«Lorsque nous recommandons des fonds, nous regardons d'abord l'équipe de gestion, sa philosophie et son processus de mise en oeuvre. Un coût de détention bas dès le départ est un avantage qu'il est bien d'avoir. Mais sélectionner ou éviter des fonds strictement en fonction de leurs coûts n'est pas une approche que nous recommandons», dit James Gauthier.

Mon conseil : si vous cherchez des fonds gérés activement dans le but de dégager des rendements supérieurs aux indices, cherchez-les quand même parmi ceux dont les coûts sont beaucoup plus faibles que la moyenne. On retrouve peu de fonds coûteux au sommet des palmarès sur des périodes de 10 ou 15 ans.

1 James Gauthier, «The Trading Expense Ratio and the Total Cost of Fund Ownership: 2015 Edition», PatrimoineHollis, 18 août 2015

Fellow CSI, Yves Bourget a fait carrière dans l’industrie des valeurs mobilières pendant une vingtaine d’années, en particulier à titre de vice-président pour le Québec de Placements Altamira, de 1990 à 1997. Il collabore depuis 2001 à la publication Finance et Investissement, notamment en matière de fonds communs.

Voici les fonds dont les coûts totaux de détention sont les plus élevés.

Fonds / Coût total de détention

› Actions canadiennes Sprott 3,43 %

› Fidelity Extrême-Orient 3,40 %

› AGF cat actions croissance can 3,33 %

› AGF cat mondiale ressources 3,30 %

› AGF cat actions européennes 3,30 %

› Mondial de découverte Dynamique 3,26 %

› AGF marchés en émergence 3,25 %

› AGF cat titres internationaux 3,25 %

› AGF d'actions EAEO 3,24 %

› Renaissance sciences santé mondial 3,19 %

› AGF valeur mondiale 3,17 %

› Sentry croiss métaux préc 3,13 %

› Mackenzie ressources can - A 3,03 %

› IA Clarington de petites cap can A 3,03 %

› Petites soc Dynamique Power 3,00 %

› Templeton marchés émergents 2,99 %

› Fidelity Potentiel Canada - A 2,97 %

› Sociétés à petite cap Franklin Bissett - A 2,96 %

› AGF cat actions mondiale 2,96 %

› Fidelity Situations spéciales A 2,94 %

› Sentry croiss. et revenu américain 2,94 %

› Fidelity Europe - A 2,93 %

› Templeton Mondial petites sociétés 2,90 %

› Actions globales Brandes 2,90 %

› Sentry infrastructures A 2,89 %

› Sentry placement immobilier 2,89 %

› Dynamique dividendes Avantage A 2,88 %

› Fidelity cat expansion Canada - A 2,88 %

› AGF canadien de répartition de l'actif 2,88 %

› Trimark Europlus 2,88 %

Source : James Gauthier, HollisWealth, données colligées selon celles de Morningstar et des rapports de sociétés de fonds, août 2015

À la une

Bourse: Wall Street finit la semaine en hausse, moins anxieuse d'une récession et de l'inflation

Mis à jour le 24/06/2022 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de Toronto clôture en hausse de près de 350 points.

Bourse: un parallèle avec le début des années 2000

24/06/2022 | Philippe Leblanc

EXPERT INVITÉ. Je suis en train de lire «No Rules Rules» écrit par Reed Hastings, le cofondateur de Netflix.

Le français, notre langue d'affaires

BLOGUE INVITÉ. Soyons fiers de cette langue rassembleuse qui rythme nos vies depuis des générations.