Gestion active : un rendement inférieur imputable aux frais


Édition du 30 Mai 2015

Gestion active : un rendement inférieur imputable aux frais


Édition du 30 Mai 2015

Le Fonds d'actions de croissance Fiera Capital, catégorie B, a dégagé le meilleur rendement excédentaire ajusté pour la volatilité dans cette catégorie, en tenant compte des frais. Il affiche un RFG de 1,57 %.

Les fonds de petite et moyenne capitalisations qui se sont classés dans le premier quintile ont un RFG moyen de 2,19 % alors qu'il est de 2,98 % pour ceux qui se sont classés dans le dernier quintile. Plus vous payez cher, moins il vous en reste. Le raisonnement : «Je paye plus cher, mais j'en obtiens plus» ne tient pas lorsqu'il s'agit de fonds communs.

Des catégories problématiques

Le thème des dividendes demeure très populaire auprès des investisseurs approchant la retraite ou qui sont déjà retraités. Pourtant, le bulletin SPIVA montre que seulement 6,7 % de ces fonds obtiennent de meilleurs résultats que l'indice sur un an, et qu'aucun d'entre eux n'y parvient sur cinq ans. Il faut dire que, dans ce cas précis, l'indice Aristocrates de dividendes canadiens S&P/TSX sert d'étalon. Cet indice cible des titres dont le dividende est en croissance ou, du moins, reste identique pour au plus deux années.

Or, tous les fonds dans cette catégorie ne sont pas construits autour de cette stratégie, certains privilégiant plutôt un rendement de dividende élevé comme critère déterminant. Cela fausse donc ce résultat plutôt décevant.

Néanmoins, les investisseurs devraient être prudents avec ces fonds axés sur le revenu de dividende, du moins ceux détenant des actions canadiennes. Ces fonds surpondèrent souvent les titres du secteur financier.

Du côté des fonds d'actions étrangères, les résultats sont désastreux. Seulement 13,16 % des fonds d'actions internationales gérés activement obtiennent de meilleurs résultats que leurs indices au cours des cinq années terminées le 31 décembre dernier. Ces fonds détiennent la majorité de leurs actifs dans d'autres pays développés que le Canada et les États-Unis. Pour la plupart, ces fonds ne couvrent pas le risque associé aux devises étrangères.

Pis encore, seulement 2,9 % des fonds d'actions américaines gérés activement ont réussi à battre l'indice S&P 500 durant la même période, et seulement 2,83 % des fonds d'actions mondiales ont réussi à battre leur indice de référence. Y a-t-il un meilleur argument en faveur de la gestion passive ?

1 «Have Active Canadian Equity Fund Managers Earned Their Keep ?» Christopher Davis et Michael Keaveney, Morningstar Manager Research, 23 avril 2015

Biographie

Fellow CSI, Yves Bourget a fait carrière dans l’industrie des valeurs mobilières pendant une vingtaine d’années, en particulier à titre de vice-président pour le Québec de Placements Altamira, de 1990 à 1997. Il collabore depuis 2001 à la publication Finance et Investissement, notamment en matière de fonds communs.

À la une

Il faut concentrer les investissements en R-D, dit le Conseil de l’innovation du Québec

L’État devrait davantage concentrer les investissements en R-D dans certains secteurs, selon le Conseil de l’innovation.

1T: Meta dépasse les attentes avec 12,4G$US de profits

16:31 | AFP

Le marché est enthousiasmé par les perspectives du groupe américain dans l'IA.

1T: Rogers annonce une chute de 50% de son bénéfice

Mis à jour à 13:45 | La Presse Canadienne

L'entreprise a dû faire face à des coûts plus élevés liés à ses efforts d'acquisition et de restructuration de Shaw.