Fonds communs: les actions américaines dominent encore en 2014

Publié le 06/01/2015 à 06:37

Fonds communs: les actions américaines dominent encore en 2014

Publié le 06/01/2015 à 06:37

Les fonds communs au Canada ont produit des résultats généralement positifs, en dépit d'une hausse brutale de la volatilité au cours des quatre derniers mois de l'année. Trente-neuf des 42 indices de fonds Morningstar Canada, qui mesurent les rendements agrégés des fonds dans diverses catégories normalisées, ont affiché une hausse dans l'ensemble. Tout comme en 2013, les fonds qui investissent dans les actions américaines faisaient partie des plus performants, selon les données préliminaires sur les rendements publiées par Morningstar Canada.

L'indice qui piste les rendements des fonds de la catégorie Actions américaines a affiché une hausse de 17,3% en 2014, reflétant un gain de 13,7% de l'Indice S&P 500 ainsi qu'une dépréciation de 8,3% du dollar canadien par rapport à son homologue américain. L'indice de fonds qui piste la catégorie Actions de PME américaines a été aussi l'un des plus performants, ayant enregistré une hausse de 11,6 % durant les 12 derniers mois.

Une accélération de l'économie américaine, des bénéfices de sociétés élevés, ainsi qu'une politique monétaire patiente de la part de la Réserve fédérale, cette dernière réduisant de manière prudente et soigneusement calibrée son énorme programme de rachat d'obligations, ont permis au S&P 500 d'atteindre de nouveaux records au cours de la dernière année.

L'effondrement des cours du pétrole, l'une des grandes exportations pour le Canada, a en partie occasionné la dépréciation du dollar canadien. Les attentes quant à une augmentation des taux d'intérêt par la Réserve fédérale ont également nui au huard, car celles-ci peuvent susciter une demande pour la devise du pays.

Contrairement à l'année précédente, 2014 a été une très bonne année pour les fonds d'obligations, puisque tous les indices de fonds qui pistent les catégories de titres à revenu fixe ont terminé en territoire positif. La performance la plus marquante provenait de la catégorie Revenu fixe canadien à long terme, qui a terminé l'année avec une hausse de 17,1%. Par ailleurs, les catégories Revenu fixe canadien et Revenu fixe mondial étaient en hausse de 6,9% et de 6,8% respectivement.

Les obligations souveraines, provinciales et de sociétés canadiennes ont obtenu un rendement de 8,7 % en 2014, comme l'indique l'indice boursier général Merrill Lynch Canada, par rapport à 6,1 % et 7,6 % pour les indices comparables d'obligations américaines et mondiales, respectivement. Bien que l'économie américaine se soit bien comportée en 2014, la croissance dans d'autres grandes économies a été apathique, ce qui a rehaussé la demande pour les titres refuges comme les obligations canadiennes. Par ailleurs, alors que les économistes s'attendaient à une hausse d'environ 50 points de base des obligations du gouvernement du Canada à 10 ans, l'année s'est terminée avec des taux réduits d'environ un point de pourcentage. Outre la demande accrue pour les obligations du gouvernement du Canada de la part des investisseurs étrangers, la baisse de l'inflation et des prix du gaz ont été favorables aux taux.

Les fonds sectoriels se sont trouvés à la fois en tête et au bas du classement des rendements en 2014. Parmi les plus performants se trouvaient les indices de fonds qui pistent les catégories Actions de l'immobilier et Actions des services financiers, affichant respectivement des hausses de 13,6 % et de 12,2 %, tandis que les moins performants ont été les indices Actions des ressources naturelles et Actions énergétiques, subissant respectivement des baisses de 10,7% et de 11,1%.

Malgré un passage difficile qui a débuté en septembre, les fonds d'actions canadiennes diversifiés ont fini l'année avec des résultats solides. L'indice de fonds Morningstar Actions canadiennes a augmenté de 10,4% au cours des 12 derniers mois, en partie grâce à la vigueur du secteur des services financiers. L'effondrement du secteur énergétique, qui représente une grande partie du marché canadien, a nui aux résultats.

Les cours pétroliers ont atteint un creux en cinq ans, à cause d'une hausse issue de la production d'huile de schiste américaine, d'une diminution de la demande de l'Europe et de la Chine et du refus de l'OPEP de réduire la production dans une telle conjoncture d'offre et de demande. L'effondrement des cours pétroliers est un énorme désavantage pour le secteur canadien du pétrole et du gaz, qui comporte des frais de production parmi les plus élevés au monde.

Tableau des rendements pour le mois de décembre et pour 2014:

À la une

Nos exportations à risque en France malgré l'AECG

14/06/2024 | François Normand

ANALYSE. Les droites radicale et populiste minent l’économie et le niveau de vie des pays, selon des études empiriques.

Banque du Canada: jusqu'à cinq baisses de taux d'ici juin 2025

14/06/2024 | Denis Lalonde

BALADO. Les données américaines sur l’inflation pourraient conforter la Banque du Canada dans ses baisses de taux.

Bourse: Wall Street termine en ordre dispersé, mais le Nasdaq enchaîne un 5ème record d'affilée

Mis à jour le 14/06/2024 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de Toronto a terminé dans le rouge.