FNB : déboulonner des mythes tenaces


Édition du 08 Avril 2017

FNB : déboulonner des mythes tenaces


Édition du 08 Avril 2017

[Photo: 123rf]

Année après année, la popularité des fonds négociés en Bourse ne se dément pas. Pourtant, certains mythes tenaces en freinent le potentiel d'utilisation et d'innovation, selon Jim Ross, chef mondial des FNB de SSgA (1).

Des actifs records sur le plan mondial en 2016

À l'échelle mondiale, on compte 6 625 FNB dont les actifs ont atteint un niveau record de 3,55 billions de dollars américains en fin d'année 2016. Des FNB sont maintenant inscrits à 65 Bourses et dans 53 pays (2).

Au Canada, les FNB ne cessent de gruger des parts de marché aux fonds communs de placement dont les nouvelles ventes diminuent et les rachats de parts augmentent (3). Les actifs des FNB domiciliés au pays ont terminé 2016 à 113,7 G$ CA, en hausse de près de 27 % par rapport à 2015 (4).

Quatre mythes bien ancrés chez les investisseurs

Selon Jim Ross, le plus grand succès des fonds négociés en Bourse ne tient pas à la croissance rapide de leurs actifs dans le monde mais plutôt à la façon dont ils ont changé l'expérience client. Il est bien placé pour le savoir, car il est à la tête du FNB le plus négocié (et le plus gros) du monde, le SPDR (dit SPYDER) qui calque le principal indice d'actions américaines, le S&P 500.

Pour que l'industrie des FNB atteigne le niveau de croissance exponentiel qu'elle recèle, Jim Ross s'en prend à quatre mythes et invite les experts à se joindre à lui pour que les investisseurs ne soient pas induits en erreur.

1. La liquidité des FNB pourrait faire exploser le marché des titres à revenu fixe.

Bien que cette préoccupation puisse sembler justifiée, les FNB de titres à revenu fixe ne constituent qu'un pour cent de tout ce marché. Au fil du temps, ces FNB sont même plus efficients que d'autres produits à revenu fixe, et leurs actifs augmentent. Leurs frais de transaction sont aussi plus transparents.

2. Il y a une prolifération de FNB.

Comme c'est souvent le cas dans l'industrie financière, un produit qui connaît du succès est rapidement décliné en multiples variations. Certes, certains FNB sont mal structurés et d'autres ferment, mais Jim Ross nous met en garde d'en tirer des conclusions hâtives. «Ce n'est pas la prolifération de FNB qui peut nuire à l'investisseur, mais plutôt la mauvaise compréhension qu'il a des produits. Il faut comprendre ce que l'on achète.»

3. Les FNB ne reflètent pas toujours leur valeur intrinsèque dans des marchés volatils.

Il peut arriver que des FNB ne reflètent pas la valeur réelle de leurs actifs sous-jacents lorsque le marché est très volatil, manque de liquidité et de données. Toutefois, lorsque le marché présente ces caractéristiques, les FNB contribuent à ramener les prix vers leur véritable niveau. Pour éviter pareille situation, Jim Ross recommande :

- D'éviter de négocier à l'ouverture des marchés, alors que la volatilité est souvent élevée, et les écarts de prix, importants ;

- D'utiliser des ordres à cours limité ;

- De considérer les ordres stop ;

- De vous abstenir de négocier si possible lorsque le marché est trop volatil.

4. Les FNB ne sont qu'une alternative à faible coût par rapport à d'autres fonds.

Jim Ross estime plutôt que la véritable innovation des FNB est de donner plus de pouvoir à l'investisseur.

Alors que les FNB ne représentent que 5 % de tout le marché, on peut leur prévoir un bel avenir une fois les mythes déboulonnés et leur utilisation mieux comprise.

EXPERTE INVITÉE

Hélène Gagné, F.Adm.A., est gestionnaire de portefeuille chez Gestion privée PEAK (une division de Valeurs mobilières PEAK) Pl. Fin. et conseillère en sécurité financière chez Gagné, Morin & Associés M.T.L. Elle est l'auteure du livre Votre retraite crie au secours.

À la une

Meta bondit de 24% à Wall Street au lendemain de ses résultats

Il y a 6 minutes | AFP

Vers 10h35 l’action du groupe dirigé par Mark Zuckerberg montait de 24% à 189,75 $US.

À surveiller: CGI, Canadien Pacifique et Stingray

Il y a 58 minutes | Charles Poulin

Que faire avec les titres CGI, Canadien Pacifique et Stingray? Voici quelques recommandations d’analystes.

Ode au libre-service

BLOGUE INVITÉ. «L’adage disant que la nécessité est la mère de l'invention prend ici tout son sens.»