Doubler ou tripler sa mise grâce aux FNB

Offert par Les Affaires

Publié le 12/04/2018 à 13:06

Doubler ou tripler sa mise grâce aux FNB

Offert par Les Affaires

Publié le 12/04/2018 à 13:06

Par Stéphane Rolland

Nous vous présentons cinq types de FNB pour cinq paris différents. [Photo: 123RF]

Vous avez bon espoir que la Bourse continue son ascension et vous voulez jouer le tout pour le tout. Il existe des FNB qui permettent de doubler, voire de tripler votre mise. Quitte ou double, ces produits accentuent les hausses et les baisses de l'indice de référence.

Leur nom : les FNB à effet levier. En utilisant des contrats à terme, ces FNB cherchent à reproduire les mouvements quotidiens d'un indice à une échelle allant du double au triple, selon le fonds.

Au Canada, Horizons offre plusieurs fonds qui tentent de reproduire quotidiennement le double de la variation d'un indice boursier ou d'un secteur. Par exemple, le HSU le fait pour le S&P 500 et le HXU le fait pour le S&P/TSX 60. Sur le marché américain, ProShares distribue des FNB à effet levier dont le but est de tripler les variations quotidiennes. C'est le cas du UltraPro S&P 500 (UPRO).

Si on croit que les marchés continueront leur ascension à long terme, augmenter sa mise semble un choix raisonnable. L'intuition paraît bonne, mais la manière dont ces produits sont conçus fait en sorte qu'elle est fautive, prévient Daniel Straus, du Groupe de recherche et stratégie sur les FNB à la Financière Banque Nationale. « Le problème, c'est qu'on peut investir dans un FNB indiciel à long terme sans se préoccuper de la volatilité à court terme, explique l'analyste. Pour les FNB à effet levier, la volatilité a un effet crucial et elle va gruger votre position. »

À court terme, ces produits tentent de remplir leur rôle chaque jour. À long terme, d'importantes distorsions se manifestent. Prenons le HSU d'Horizons, le FNB à levier du S&P 500. Depuis sa création, en 2010, le FNB a généré un rendement annuel composé de 10,46 %. En comparaison, le rendement du S&P 500 a été de 9,8 % pendant la même période. On est loin du double.

La distorsion pourrait être encore plus dramatique à long terme, prévient M. Straus. « Si le S&P 500 efface 50 % en un jour en raison d'une crise financière, le FNB vaudra "zéro" tandis qu'un fonds indiciel conservera la moitié de sa valeur et pourra profiter d'une éventuelle reprise », explique M. Straus.

L'exemple est draconien, mais un contexte de marché beaucoup plus ordinaire peut aussi saboter votre pari, poursuit-il. « Supposons que le marché est dans une phase d'incertitude : il monte un jour, descend l'autre et ainsi de suite. Le rééquilibrage des contrats à terme dans votre FNB va éroder votre position au fils des jours. Même si l'indice est en hausse à long terme, votre FNB perdra de la valeur en cours de route. »

L'investisseur autonome devrait tout simplement se « tenir loin de ce type de produit », selon M. Straus. « Je n'insisterai jamais assez sur ce point. Ils ont leur utilité pour les fonds spéculatifs, mais ils n'ont pas leur place dans le portefeuille d'un investisseur autonome.

Pour l'investisseur qui chercherait tout de même à augmenter sa mise, contracter une dette ou investir sur marge est une option risquée, mais plus facile à comprendre. « Lorsque vous investissez sur marge, vous devrez vendre d'autres actifs pour rembourser votre marge si les marchés tombent, explique M. Straus. Ce risque fait peur. Il est concret. Instinctivement, je crois que les investisseurs comprennent mieux ce risque lorsqu'ils choisissent de le prendre. »

 

Extrait du cahier Investir

Cinq paris macronéconomiques pour un FNB

 

À la une

5. Calendrier de l'avent des affaires: le métavers

CALENDRIER DE L'AVENT DES AFFAIRES. Univers parallèle dans lequel rêvent de se réfugier les habitants des pays riches...

4. Calendrier de l'avent des affaires: la COP26

04/12/2021 | Olivier Schmouker

Concours international du jeu appelé «la politique de l’autruche»...

Nationaliser l’hydrogène vert serait une mauvaise idée

04/12/2021 | François Normand

ANALYSE. L'industrie n'a pas de problème, et on se priverait de capitaux privés, en plus d'assumer tous les risques.