Évaluation des FNB et des FCP : place à un rapprochement chez Morningstar


Édition du 22 Octobre 2016

Évaluation des FNB et des FCP : place à un rapprochement chez Morningstar


Édition du 22 Octobre 2016

[Photo : Shutterstock]

Les analystes de Morningstar accoleront bientôt à des fonds négociés en Bourse (FNB) les mêmes cotes qualitatives qu'ils attribuent déjà à certains fonds communs de placement (FCP). Au Canada, 30 FNB recevront une telle cote plus tard cette année.

«Les investisseurs voient de plus en plus les FCP et les FNB comme des options interchangeables lorsqu'ils choisissent des placements. En les combinant dans le même groupe, les investisseurs peuvent comparer plus facilement les placements, peu importe la structure du produit», dit Ben Johnson, directeur de la recherche mondiale sur les FNB chez Morningstar à Chicago.

Il ne faut pas confondre la Cote des analystes de Morningstar avec la Cote Morningstar, où les fonds se voient accoler de une à cinq étoiles, purement en fonction de leurs rendements passés, ajustés pour le «risque» (fluctuations). Même si Morningstar a également annoncé qu'elle combinerait les FNB et les FCP dans le même groupe lorsqu'elle attribuera ses cotes Morningstar.

La Cote des analystes est, elle, de nature prospective. Elle vise à communiquer la conviction des analystes de Morningstar qu'un fonds est en mesure de surpasser son homologue médian ou son indice de référence sur une base ajustée selon le risque à long terme. Elle est apparue au Canada à la fin de 2011.

Son échelle de notation comporte trois cotes positives, soit «Or», «Argent» et «Bronze», une cote «Neutre» et une cote «Négative». D'après Morningstar, un fonds auquel ses analystes attribue une des trois cotes positives peut être considéré comme une composante d'un portefeuille pour un vaste éventail d'investisseurs.

L'analyse d'un fonds se fait en fonction de cinq «piliers», à savoir : le personnel, le processus de gestion, la société, le rendement et le prix (c'est-à-dire le coût de détention). Un fonds coté «Or» se distingue dans ces cinq «piliers» en ce qu'il a recueilli le plus haut niveau de conviction des analystes.

Parmi les rares fonds qui obtiennent cette cote, ceux de la famille Mawer se démarquent. Quatre de ses sept fonds d'actions obtiennent la cote «Or», soit le Fonds d'actions canadiennes Mawer, le Fonds d'actions internationales Mawer, le Fonds d'actions mondiales Mawer et le Fonds mondial de petites capitalisations Mawer.

Des fonds vendus sous l'enseigne Manuvie, mais gérés par Mawer, se voient aussi octroyer la cote «Or» par les analystes de Morningstar, notamment la Catégorie de placements canadiens Manuvie et la Catégorie d'actions mondiales Manuvie. Outre ces fonds, seul le Fonds d'actions canadiennes Beutel Goodman obtient une cote «Or» parmi les fonds d'actions répertoriés par Morningstar Canada.

Les mêmes piliers pour les FNB

Il est important de comprendre qu'un fonds pourrait avoir une Cote Morningstar cinq étoiles pour son excellent rendement passé, mais recevoir une Cote des analystes «Négative», parce que les analystes ne croient pas qu'il puisse faire mieux que les fonds équivalents dans le futur.

Les cinq «piliers» d'analyse cités plus haut resteront les mêmes pour les FNB. Or, la plupart sont gérés de manière à reproduire le rendement d'un indice boursier. C'est pourquoi l'impact relatif de chacun des «piliers» dans l'évaluation finale de ces FNB sera différent.

Maintenir les coûts bas, tant les coûts explicites, comme le ratio des frais de gestion, qu'implicites, comme le coût inhérent à la rotation d'un portefeuille, est primordial lorsqu'il s'agit de FNB mimant un indice. Il n'est donc pas surprenant que, parmi les FNB analysés, les mieux cotés soient les options dont les coûts sont les plus bas dans leur catégorie Morningstar, pas seulement par rapport aux fonds gérés activement, mais aussi relativement aux autres FCP et FNB gérés passivement. Entre deux FNB ayant obtenu un pointage semblable sur les autres «piliers», celui qui aura la Cote des analystes la plus élevée sera souvent le moins cher.

Même s'ils sont jugés critiques, les coûts ne sont qu'un aspect de l'évaluation globale des fonds que propose Morningstar. Leur rendement comparé à celui des fonds de la même catégorie, peu importe qu'ils soient des FCP ou des FNB, est aussi pris en compte. Les indices boursiers sous-jacents à ces FNB sont analysés pour comprendre comment les portefeuilles sont construits. Sont aussi étudiées les techniques utilisées par les promoteurs de ces fonds pour reproduire avec précision l'indice sous-jacent des FNB.

Morningstar dit aussi mettre l'accent sur les bonnes pratiques de gérance, en favorisant les sociétés qui font passer les intérêts du client avant leurs objectifs commerciaux et qui ajustent la compensation des gestionnaires en conséquence. Le fait d'avoir une équipe expérimentée est aussi crucial dans le cas des FNB, où chaque point de base (0,01 %) de rendement compte.

À la une

Armez-vous (encore plus) de patience pour recruter

Il y a 53 minutes | Catherine Charron

RHÉVEIL-MATIN. À l'automne dernier, il fallait compter en moyenne 14 semaines pour embaucher un employé.

1er trimestre de CGI: hausse en un an des bénéfices et des revenus

Il y a 30 minutes | La Presse Canadienne

CGI signale que la valeur de son carnet de commandes s’élevait à 25,01 milliards $ au 31 décembre dernier.

Le Canadien Pacifique engrange un profit de 1,27 G$ au 4e trimestre

Les revenus du CP ont atteint 2,46 G$, en hausse de 21% par rapport au même trimestre un an plus tôt.